Histoire

_____

_____

Après la destitution de la reine Vashti, Ahashvérosh fit rassembler, dans son royaume et par-delà les provinces, les plus belles filles vierges afin de nommer sa nouvelle épouse. Parmi celles-ci se trouve Hadassah, appelée également Esther, de la famille de Mordekhaï, le Juif. Trouvant grâce aux yeux de tous, elle devient la nouvelle Reine, mais ne révéla pas toutefois ses origines Israélites au dirigeant des Mèdes et des Perses.

Dans le même temps, Ahashvérosh nomma un amalécite, Hamân, à la tête de son gouvernement, à qui tous montraient un profond respect, à l'exception de Mordekhaï. Le prenant en haine, lui et son peuple, Hamân demanda au roi de publier un décret afin d'appeler les populations à faire périr Israël dispersé parmi elles. Prenant connaissance de la terrible nouvelle, le descendant de Binyamîn revêtit le sac et la cendre, et contacta Esther dans le palais, afin de lui demander d'intercéder auprès du roi pour révoquer son édit.

Demandant à son peuple de jeûner pour que sa mission soit un succès, la Reine parvint, au travers un stratagème, à montrer la perfidie d'Hamân au roi, qui le fit pendre, lui et ses dix fils, à la potence que ce rasha avait préparé pour y pendre Mordekhaï. Un nouvel édit fut publié pour permettre aux Juifs de se défendre et de traiter leurs ennemis de la façon dont ils voulaient eux-mêmes les traiter.

Cette victoire fut célébrée par l'ensemble du peuple, et devint une commémoration chaque année, en Israël.

Références

L'histoire de cette fête se trouve dans Séfer Esther, situé dans le Tanakh. Pourim ne fait donc pas partie des Fêtes de la Torah, mais est un décret des Maîtres d'Israël, au même titre que Hanoukkah.

Il y a cependant des allusions, dans la Torah écrite, à la fête de Pourim. En effet, il est dit la chose suivante :

 

"Et moi, je cacherai ma face en ce jour-là" (Dévarim/Deutéronome 31:18)

 

En hébreu, cela se dit « Véanokhi, haster astir panaï, bayom hahou », littéralement : « Et Moi, caché je cacherai Ma Face, en ce jour-là ». Le mot « caché » se dit הַסְתֵּר haster, qui est le même mot que אסתר Esther. Effectivement, dans toute la Méguilah, le nom d'HaShem n'apparaît pas ! Il est « caché » aux yeux de tous.

 

Dans la Torah orale, tout un Traité est consacré à cette célébration, la Massékhèt Méguilah.