Histoire

_____

_____

Parmi les différentes Fêtes qu'HaShem a donné à Son peuple Israël, figure celle de Yom Kippour, le Jour des Expiations, à la suite de la faute du veau d'Or. Moshé, le guide des enfants d'Avrahâm, Yitshaq et Ya'aqov, pria durant quarante jours et quarante nuits afin d'obtenir le pardon Divin pour ses frères et sœurs. Le Créateur accepta et ce jour devint un moment où notre Père nous pardonne nos erreurs et manquements, expie nos fautes, nous permettant de repartir sur de bonnes bases pour une nouvelle année !

 

Références

 

La Torah de Moshé parle de Yom Kippour en ces termes :

 

« C'est ici pour vous une loi pérenne : au septième mois, le dixième jour du mois, vous humilierez vos âmes, vous ne ferez aucun ouvrage, ni l'autochtone, ni l'étranger qui séjourne au milieu de vous. Car en ce jour on fera l'expiation pour vous, pour vous purifier de toutes vos fautes devant HaShem. Ce sera pour vous un Shabbat de cessation, et vous humilierez vos âmes. C'est une loi pérenne. L'expiation sera faite par le Cohen qui est oint et qui a été consacré pour succéder à son père dans le sacerdoce ; il se revêtira des vêtements de lin, des vêtements du Sanctuaire. Il fera l'expiation pour le Sanctuaire de sainteté, il fera l'expiation pour la Tente du Rendez-vous et pour l'autel, et il fera l'expiation pour les cohanim et pour tout le peuple de l'assemblée. Ce sera pour vous une loi pérenne : il se fera une fois chaque année l'expiation pour les enfants d'Israël, à cause de leurs péchés. On fit ce qu'HaShem avait ordonné à Moshé » (Vayiqra/Lévitique 16:29-34)

 

« HaShem parla à Moshé, et dit : Le dixième jour de ce septième mois, ce sera le jour des expiations : vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à HaShem des sacrifices consumés par le feu. Vous ne ferez aucun ouvrage ce jour-là, car c'est le jour des expiations, où doit être faite pour vous l'expiation devant HaShem, votre E.lohim. Toute personne qui ne s'humiliera pas ce jour-là sera retranchée de son peuple. Toute personne qui fera ce jour-là un ouvrage quelconque, je la détruirai du milieu de son peuple. Vous ne ferez aucun ouvrage. C'est une loi perpétuelle pour vos descendants dans tous les lieux où vous habiterez. Ce sera pour vous un Shabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes ; dès le soir du neuvième jour jusqu'au soir suivant, vous célébrerez votre Shabbat » (Vayiqra/Lévitique 23:26-32)

 

En ce qui concerne le Kippour tombant la veille de la cinquantième année :

 

« Le dixième jour du septième mois, tu feras retentir les sons éclatants du shofar ; le jour des expiations, vous sonnerez du shofar dans tout votre pays. Et vous sanctifierez la cinquantième année, vous publierez la liberté dans le pays pour tous ses habitants : ce sera pour vous le yovèl ; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans sa famille » (Vayiqra/Lévitique 25:9-10)

 

Korbanot/Offrandes

 

« Le dixième jour de ce septième mois, vous aurez une sainte convocation, et vous humilierez vos âmes: vous ne ferez aucun ouvrage. Vous offrirez en holocauste, d'une agréable odeur à HaShem, un jeune taureau, un bélier, et sept agneaux d'un an sans défaut. Vous y joindrez l'offrande de fleur de farine pétrie à l'huile, trois dixièmes pour le taureau, deux dixièmes pour le bélier, et un dixième pour chacun des sept agneaux. Vous offrirez un bouc en sacrifice d'expiation, outre le sacrifice des expiations, l'holocauste perpétuel et l'offrande, et les libations ordinaires »
(Bamidbar/Nombres 29:7-11)

Au niveau de la Torah orale, tout un Traité du Talmud est consacré à cette Fête, la Massékhèt "Yomah".

Dans le Mishné Torah du Rambam, ce sujet est ramené dans le séfer Zémanim, chapitres "Shevitat Assor".

Dans le séfer Hamitsvot du Rambam, il s'agit des mitsvot n°93 (ne pas faire de travaux défendus à Kippour), n°94 (s'affliger à Yom Kippour), n°95 (ne pas manger ni boire à Kippour), n°389 (apporter des offrandes supplémentaires), et n°400 (suivre la procédure décrite dans la parasha "A'harei Mot").

Dans le Shoulkhân 'Aroukh, le code des lois d'Israël, les lois sont traitées dans la section 'Orah Hayim', chapitres 604 à 624.

Dans le "Kitsour Shoulkhân 'Aroukh", l'abrégé du code des lois d'Israël (éditions colbo), les lois sont traitées dans le Volume II, chapitres 131 à 133.