23

1 Shaoul fixa du regard le Sanhédrîn et dit : hommes frères ! J’ai vécu en toute bonne conscience pour HaShem jusqu’à ce jour.

2 Mais Hananyah, le Cohen Gadol, commanda à ceux qui étaient près de lui de le frapper sur la bouche.

3 Alors Shaoul lui dit : HaShem te frappera, mur blanchi ! Sièges-tu pour me juger selon la Torah, toi qui ordonnes de me battre en violant la Torah ?

4 Ceux qui étaient auprès de lui dirent : tu injuries le Cohen Gadol d’HaShem !

5 Shaoul dit : j’ignorais, frères, que ce fût un Cohen Gadol. Oui, il est écrit : tu n’outrageras pas le souverain de ton peuple.

6 Shaoul reconnu qu’ils étaient en partie des Tsadouqim et en partie des P'roushim. Il cria au Sanhédrîn : hommes frères, moi, un Paroush, fils de P'roushim, je suis jugé à cause de l’espérance et du relèvement des morts !

7 Quand il dit cette parole, ce fut la mahloqèt entre Tsadouqim et entre P'roushim ; la multitude se divisa.

8 Oui, les Tsadouqim disaient qu’il n’y a pas de relèvement, de messagers, ni de souffle ; et les P'roushim déclaraient l’un et l’autre.

9 Et ce fut un grand cri. Quelques-uns des Sof'rim du parti des P'roushim se levèrent et protestèrent en disant : nous ne trouvons rien de mal en cet homme. Si un souffle ou un messager lui a parlé... ?

10 La mahloqèt alla en grandissant. Le tribun frémit que Shaoul ne soit mis en pièces. Il ordonna aux soldats de descendre, de le prendre au milieu d’eux et de le conduire à la caserne.

 

11 La nuit suivante, l’Adôn se présenta à lui et dit : courage, Shaoul ! Oui, de même que tu as témoigné pour moi à Yéroushalayim, ainsi tu devras, toi, témoigner aussi à Rome.

12 Le jour se leva, et les Juifs complotèrent. Ils s’engagèrent par anathème à ne pas manger ni boire, tant qu’ils n’auraient pas tué Shaoul.

13 Ils étaient plus de quarante à faire cette conjuration.

14 Ils s’approchèrent des Cohanim Guédolim et des Anciens en disant : d’anathème, par anathème, nous nous sommes engagés à ne rien manger avant d’avoir tué Shaoul.

15 Maintenant donc, expliquez au tribun, avec le Sanhédrîn, qu’il doit le faire comparaître devant vous, sous prétexte de mener une enquête plus exacte à son sujet. Nous, nous sommes prêts à le tuer avant qu’il n’approche.

16 Mais le fils de la sœur de Shaoul apprit leur guet-apens. Il arriva, entra à la caserne, où il l’annonça à Shaoul.

17 Shaoul appela un des centurions et lui dit : emmène ce jeune homme au tribun : oui, il a une annonce pour lui.

18 Il le prit, le conduisit au tribun et dit : le prisonnier, Shaoul, m’a appelé. Il m’a prié de conduire auprès de toi ce jeune homme, qui a une parole pour toi.

19 Le tribun le prit par la main, se retira à l’écart et s’enquerra : qu’est-ce que tu as à m’annoncer ?

20 Il dit : les Juifs se sont concertés pour te prier de faire descendre demain Shaoul devant le Sanhédrîn, comme s’ils voulaient enquêter avec plus d’exactitude.

21 Mais toi, ne les crois pas, car ils tendent un piège. Ils sont plus de quarante hommes qui se sont engagés par anathème à ne manger ni boire avant de l’avoir tué. Et maintenant, ils sont prêts et n’attendent que ton accord.

22 Le tribun renvoya le jeune homme et lui enjoignit : ne dis à personne que tu m’as découvert cela.

 

23 Il appela deux centurions et leur dit : préparez deux cents soldats pour aller à Césarée, avec soixante-dix cavaliers et deux cents archers, dès neuf heures du soir.

24 Des montures seront prêtes pour faire monter Shaoul afin de l’amener sain et sauf au procurateur Felix.

25 Il écrivit une lettre en ces termes :

26 Claudius Lysias à l’excellent procurateur Felix, salut !

27 Les Juifs se sont emparés de cet homme et ont cherché à le mettre à mort. Je me suis présenté avec la troupe et l’ai délivré, ayant appris qu’il est un Romain.

28 J’ai voulu connaître de quoi ils l’accusaient : je l’ai fait emmener devant leur Sanhédrîn.

29 J’ai trouvé qu’ils l’accusent sur des points contestés de leur Torah, et non pour ce qui mérite la mort ou les chaînes.

30 Informé de ce qu’il y avait un complot contre cet homme, je te l’ai aussitôt envoyé, enjoignant aussi à ses accusateurs de parler de lui devant toi.

31 Les soldats prirent donc Shaoul comme il leur fut ordonné. Ils le conduisirent de nuit à Antipatris.

32 Le lendemain, ils laissèrent les cavaliers s’en aller avec lui. Ils revinrent à la caserne.

33 Les autres entrèrent à Césarée, ils remirent la lettre au procurateur et lui présentèrent aussi Shaoul.

34 Le procurateur lut la lettre ; il l’interrogea pour connaître de quelle province il était. Quand il apprit qu’il était de Cilicie,

35 il lui dit : je t’entendrai quand tes accusateurs seront aussi arrivés. Et il ordonna de le garder dans le prétoire d’Hèrôdès.

*

 

3 toi qui ordonnes de me battre en violant la Torah : comme le rapporte la Torah orale (Sanhédrîn 85a) et : "il est interdit de s’en prendre physiquement à un innocent" (Mishné Torah, lois des dommages 5, 1).

5 il est écrit : Shémot/Exode 22:27.