Histoire

 

Une fois qu'HaShem a fait sortir le peuple d'Israël d’Égypte, Il lui donna la Torah et Ses mitsvot, dont les Shalosh Régalim, les trois principaux Rendez-Vous Divins. En plus de ces trois piliers que sont Péssah, Shavouôt et Soukkot, le Saint Béni Soit-Il donna à Son peuple un Jour de réjouissance, à publier au son du Shofar, corne de bélier servant à sonner pour attirer l'attention des enfants du Très-Haut.

Références

Nous trouvons écrit dans la Torah de Moshé :

 

« Parle aux enfants d'Israël, et dis : le septième mois, le premier jour du mois sera pour vous un Shabbat de repos, rappelé par la térou'ah, un Rendez-vous consacré. Aucun service d’œuvre ne sera fait, vous approchez un feu à HaShem » (Vayiqra/Lévitique 23:24-25)

 

Les offrandes à apporter ce jour-là sont décrites dans un autre endroit de la Torah :

 

« Le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez une Rencontre sacré : Aucun service d’œuvre ne sera fait. Ce sera pour vous un jour de sonnerie. Vous offrirez une offrande, d'une agréable odeur pour HaShem, un jeune taureau, un bélier, et sept moutons d'un an sans défaut. Leur offrande, semoule mélangée d'huile, trois dixièmes par taureau, deux dixièmes par bélier, et un dixième pour chacun des sept moutons. Vous offrirez un bouc en péché, pour votre expiation. A part la montée du mois, avec son offrande, la montée permanente avec son offrande et leurs libations, en règle, en odeur agréable, feu pour HaShem » (Bamidbar/Nombres 29:1-6)

 

D'var Torah

(Enseignement)

 

Cette grande Fête est appelée de plusieurs noms : Yom Térou'ah (le jour de la sonnerie), Rosh Hashanna (la tête de l'année), Yom haDîn (le jour du jugement) ou encore Yom Hazikarôn (le jour du souvenir). Chacun de ces termes traite d'une facette particulière, que nous allons voir ici.

 

La Torah écrite parle de Yom Térou'ah, jour de la sonnerie. Quand le shofar retentissait dans une ville des anciens Temps, c'était soit pour avertir d'un danger imminent (une armée ennemie s'apprêtant à déferler sur les habitants), soit pour avertir de l'arrivée d'un personnage important. En l’occurrence ici, les deux facettes se rejoignent : d'un côté, HaShem veut nous avertir de notre jugement imminent, il y a donc « danger » qui plane au-dessus de nos têtes, il nous faut faire téshouvah. Et par là même, le Saint Béni Soit-Il se « rapproche » de notre « dossier » afin de voir quels sont nos mérites et nos fautes, pour pouvoir prononcer Son jugement de la façon la plus juste qui soit !

 

Le prophète hezqèl/Ézéchiel appelle cette Fête (au chapitre 40 de son Livre) Rosh Hashanna, la tête de l'année. En vérité, il existe quatre nouvelles années....chaque année ! Les deux plus connues sont les suivantes : celle commençant au mois de Nissân, qui est la nouvelle année pour les Rois d'Israël, ce qui signifie que leurs années de royautés commencent à être prises en compte dès cette période-là. Tandis que la deuxième est celle débutant à Rosh Hashanna, qui célèbre aussi la création d'Adâm, le premier homme. Rosh Hashanna est donc la fête d'anniversaire pour la lignée Adâmique, et le fait que le Jugement de la Création ait lieu ce même jour montre combien HaShem attend de Ses créatures !

 

Yom haDîn donc puisque, nous avons vu, l'homme est jugé en ce jour-là. Le Talmud en parle en ces termes : « Le Jour de Rosh Hashanna, tous les humains défilent devant Lui comme les moutons d'un troupeau » (Rosh Hashanna 18a). De là nous comprenons donc également que Yéshou'a, notre Rabbi et Roi, fait également référence à cette Fête, quand il dit :

 

« Lorsque le ben Adâm viendra dans sa gloire, avec tous les messagers, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les Nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs" (Matityahou/Mathieu 25:31-32)

 

Vous voulez être dans le bon groupe ? Étudiez la Torah, pratiquez les mitsvot, donnez la charité, priez, faites téshouvah, connectez-vous avec le Père Céleste ! Sinon, ce sont les boucs qui vous accueilleront à « pattes ouvertes » !

 

Enfin, nous parlons de Yom Hazikarôn, le jour du souvenir, car, une fois notre jugement passé, le but n'est pas de retomber dans tous nos travers, d'avant nos bonnes résolutions ! Si, certes, le Juste tombe sept fois et se relève, à nous de garder le souvenir de la clémence dont à fait preuve HaShem lors de notre jugement, pour continuer à progresser toujours plus sur la voie du bien, de la lumière, de la vie.

Lois et coutumes

De la Torah écrite

Les mitsvot sont d'écouter la sonnerie du Shofar en ce jour kadosh, consacré, et de traiter ce temps comme un Shabbat. On se rapprochera donc d'une synagogue pour pouvoir accomplir parfaitement ces ordonnances, en particulier pour ce qui concerne le Shofar.

 

Rosh Hashanna est une Fête qui dure deux jours, tant en Israël qu'en diaspora. La raison en est la suivante : il s'agit du premier jour du mois de Tishri, donc d'un Rosh Hodesh (Nouvelle Lune). Or, à l'époque du Temple à Yéroushalayim, le premier du mois était fixé suite au témoignage de témoins oculaires de l'événement astronomique. Si certains témoignages ne concordaient pas, en cas de doute, deux jours de Rosh Hodesh étaient décrétés. Ainsi, malgré la fixation du calendrier authentique d'Israël, de même que certains Rosh Hodesh comportent deux jours, de même la coutume est restée de garder deux jours également pour Rosh Hashanna.

 

La veille de la Fête

 

Une coutume acceptée par tout le peuple est de procéder à l'annulation des vœux la veille de la Fête. L'homme se liant en permanence par les paroles de sa bouche, il est bon, à l'aube de notre jugement, d'arriver devant le Tribunal avec une bouche propre. Là encore, on se rapprochera d'une synagogue, où les lois relatives à ce moment y sont connues et appliquées.

 

Comme pour un Shabbat, il est bon de s'apprêter pour ce moment, en se coupant les cheveux, en se taillant la barbe, en se coupant les ongles, et en mettant de beaux habits.

 

Les femmes (ou les hommes si il n'y a pas de femmes) allument les bougies avant l'entrée de la Fête, en prononçant au préalable la brakha suivante :

 

בָּרוּךְ אַתָּה יהוה אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם אֲשֶׁר קִדְשָׁנוּ בְּמִצְוֹתָיו וְצִוָּנוּ לְהַדְלִיק נֵר שֶׁל יוֹם טוֹב

Baroukh Atah Adonaï E.loheinou, Mélèkh ha'olam, achère qidéchanou bémitsvotav, vétsivanou léadliq nér shel Yom Tov

Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et qui nous a ordonné d'allumer la bougie du Yom Tov

 

Ensuite, la téfilah (prière) du soir est dite. Il est souhaitable de se procurer, si possible, un Siddour spécial Rosh Hashanna, les prières possédant beaucoup d'ajouts, par rapport à celles du Shabbat.

 

Puis, le Kiddoush sera fait pour introniser la sainteté du jour et le début du repas, ainsi que la brakha suivante :

 

בָּרוּךְ אַתָּה יהוה אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם שֶׁהֶחֱיָֽינוּ וקִיְּמָנוּ והִגִּיעָנוּ לִזְמַן הַזֶּה

Baroukh Atah Adonaï E.loheinou, Mélèkh ha'olam, Chéhéhéyanou, véqiyémanou, véhigi'anou, lizmane hazé

 Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui nous a fait vivre, qui nous a fait exister et arriver jusqu'à ce moment

Séder de Rosh Hashanna

 

Une belle coutume existe au sein du peuple, celui de célébrer un séder. Il existe plusieurs façon de faire, Il sera vue ici la coutume Ashkénaze, puis la coutume Séfarade.

 

Minhag Ashkénaze

 

On récite la brakha suivante :

 

בָּרוּךְ אַתָּה ה' אֱלֹהינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הָעֵץ

Baroukh ata Adonaï Eloheinou Mélèkh Ha'olam boré péri haèts

Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui créé le fruit de l'arbre

On mange la datte, puis après l'avoir consommé, on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּתַּמּוּ שׂוֹנְאֵינוּ

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, Shéyitamou Sonéénou

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nos ennemis disparaissent.

 

On mange ensuite un morceau de pomme trempé dans le miel, puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ שֶׁתְּחַדֵּשׁ עָלֵינוּ שָׁנָה טוֹבָה וּמְתוּקָה

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, Shéthadèsh 'aleinou shana tovah oum'touqah

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, de nous renouveler une bonne et douce année.

 

On mange ensuite un morceau de grenade, puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּרְבּוּ זָכִיּוֹתֵינוּ כָּרִמּוֹן

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, Shéyid'bou zékhouyoténou kérimôn

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nos mérites s'accroissent comme les grains de la grenade.

 

On récite la brakha suivante :

 

בָּרוּךְ אַתָּה ה' אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הָאֲדָמָה

Baroukh ata Adonaï Eloheinou Mélèkh Ha'olam boré péri haadamah

Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui créé le fruit de la terre

On mange ensuite un peu de fenugrec (ou graines se sésame), puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּרְבּוּ זָכִיּוֹתֵנוּ

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, Shéyid'bou zékhouyoténou

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nos mérites s'accroissent.

 

On mange ensuite un peu de courge, puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁתִּקְרַע רוֹעַ גְּזַר דִּינֵנוּ, וְיִקָּרְאוּ לְפָנֶיךָ זָכִיּוֹתֵינוּ

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, shétiqd'a ro'a gézar dinénou véyiqar'ou léfanékha zékhouyoténou

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, de déchirer le mauvais décret de notre verdict et que nos mérites soient annoncés devant Toi.

 

On mange ensuite un peu de poireau, puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּכָּרְתוּ שׂוֹנְאֵינוּ

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, Shéyikartou sonéénou

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nos ennemis soient anéantis.

 

On mange ensuite un peu de blettes (ou d'épinards), puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ שֶׁיִּסְתַּלְּקוּ אוֹיְבֵינוּ וּמַשְׂטִינֵנוּ

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, shéyistalqou oyevénou oumastinénou

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que s'éclipsent nos ennemis et nos accusateurs.

 

On prend ensuite la tête d'agneau (ou de poisson), puis on dira :

 

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁנִּהְיֶה לְרֹאשׁ וְלֹא לְזָנָב

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, shénihyé lérosh vélo lézanav

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nous soyons à la tête, et non pas à la queue.

 

On mange ensuite un peu de poisson, puis on dira :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ שֶׁנִּפְרֶה וְנִרְבֶּה כַּדָּגִים ,

Yéhi ratsôn miléfanékha, Adonaï Eloheinou, véElohé Avoténou, shénifréh vénirbéh kadaguim

Puisse-t-il être Ta Volonté, HaShem notre E.lohim, et E.lohim de nos pères, que nous soyons fertiles et féconds comme des poissons.

 

Minhag Séfarade

 

On dit la brakha suivante sur une datte :

בָּרוּךְ אַתָּה ה' אֱלֹהינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הָעֵץ

Baroukh ata Adonaï Eloheinou Mélèkh Ha'olam boré péri haèts

Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui créé le fruit de l'arbre

Après avoir mangé la datte, nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּתַּמּוּ אוֹיְבֵינוּ וְשׂוֹנְאֵינוּ וְכָל מְבַקְשֵׁי רָעָתֵנוּ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chéyitamou oïvénou vessonénou vekhol mevakché ra'aténou

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, qu’il y a une fin à nos ennemis, ceux qui nous haïssent et tous ceux qui nous veulent du mal.

On prend des haricots blancs puis nous disons :

בָּרוּךְ אַתָּה ה' אֱלֹהינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם בּוֹרֵא פְּרִי הָאֲדָמָה

Baroukh ata Adonaï Eloheinou Mélèkh Ha'olam boré péri haadamah

Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui créé le fruit de la terre

Après les avoir mangé, nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּרְבּוּ זָכִיּוֹתֵינוּ וּתְלַבְּבֵנוּ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chéyirbou zakhouyoténou outelabevénou

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que nos mérites se multiplient et que Tu nous prennes à cœur.

On prend un poireau puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּכָּרְתוּ אוֹיְבֵינוּ וְשׂוֹנְאֵינוּ וְכָל מְבַקְשֵׁי רָעָתֵנוּ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chéyikhretou oïvénou vessonénou vekhol mevakché ra'aténou

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que soient abattus nos ennemis, ceux qui nous haïssent et tous ceux qui nous veulent du mal.

On prend des blettes (ou betteraves) puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁיִּסְתַּלְּקוּ אוֹיְבֵינוּ וְשׂוֹנְאֵינוּ וְכָל מְבַקְשֵׁי רָעָתֵנוּ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chéyistalkou oïvénou vessonénou vekhol mevakché ra'aténou

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que disparaissent nos ennemis, ceux qui nous haïssent et tous ceux qui nous veulent du mal.

On prend un morceau de courge, puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁתִּקְרַע רוֹעַ גְּזַר דִּינֵנוּ, וְיִקָּרְאוּ לְפָנֶיךָ זָכִיּוֹתֵינוּ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chétikra' ro'a gzar dinénou, veyikarou lefanekha zakhiyoténou

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que le mal de notre verdict soit déchiré, et que nos mérites soient énoncés devant Toi.

On prend de la grenade, puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁנִּהְיֶה מְלֵאִים מִצְוֹת כָּרִמּוֹן

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chénihyé meléïm mitsvot karimone

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que nous soyons remplis de mitsvot comme la grenade [est remplie de grains].

On trempe de la pomme dans du miel, puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁתְּחַדֵּשׁ עָלֵינוּ שָׁנָה טוֹבָה וּמְתוּקָה כַּדְּבָשׁ

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chéte'hadech alénou chana tova oumetouka

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que Tu renouvelles pour nous une année bonne et douce comme le miel.

On prend la tête d'agneau puis nous disons :

יְהִי רָצוֹן מִלְּפָנֶיךָ ה' אֱלֹהינוּ וֵאלֵֹהי אֲבוֹתֵינוּ, שֶׁנִּהְיֶה לְרֹאשׁ וְלֹא לְזָנָב

Yéhi ratsone milefanekha Ado-naï Elo-hénou vElo-hé avoténou, chénihyé leroch velo lezanav

Puisse être Ta volonté, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que nous soyons à la tête et non à la queue.

 

Durant la journée de la Fête

 

Il est bon, si possible, de se réunir dans une synagogue pour participer à la prière en minyân (minimum de dix personnes) et pour écouter la sonnerie du Shofar. Les femmes ne sont pas astreintes à l'écoute, néanmoins, il existe une mesure de piété à l'écouter.

 

Après la téfilah, on fera de nouveau le kiddoush, puis on se réjouira autour d'un bon repas, sur une table bien dressée. La journée sera ensuite consacrée à l'étude de Torah, le partage avec la famille et les amis, une promenade, etc. Puis, vers la fin de la journée, on fera les prières mînha et d''arvit.

 

Tachlikh

 

La coutume est de procéder au Tachlikh après la prière de mînha. Pour cela, on se rend près d'un point d'eau, et de manière symbolique, on vide ses poches en direction de l'eau en pensant que tous nos péchés y sont jetés, et on prononcera cette phrase : « Tu plongeras tous nos péchés dans les profondeurs de la mer ». En effet, selon la Torah d'Israël, la mort du Tsadik expie les fautes, et tout celui qui s'attache au Tsadik, pour nous en l’occurrence le Roi Messie Yéshou'a, voit ses fautes pardonnées.

 

Deuxième jour

 

Toutes les mitsvot du premier jour s'accomplissent de nouveau.

​​