7

1 Après cela, Yéshou'a marcha en Galil. Non, il ne voulait pas marcher en Yéhoudah, car les Juifs cherchaient à le mettre à mort.

2 La Fête des Juifs approcha, Soukkot.

3 Ses frères lui dirent donc : pars et va en Yéhoudah, pour que tes talmidim voient les travaux que tu fais.

 4 Non, nul ne fait rien en secret s’il cherche la publicité. Si tu fais tout cela, manifeste-toi toi-même à l’univers.

5 Car même ses frères n’adhéraient pas à lui.

6 Yéshou'a leur dit : mon temps à moi n’est pas encore là ; votre temps à vous est toujours prêt.

7 L’univers ne peut vous haïr ; mais moi, il me hait, parce que je témoigne que ses travaux sont criminels.

8 Vous, montez à la Fête ; moi, je ne monterai pas à cette Fête, parce que mon temps n’est pas encore rempli.

9 Il parla ainsi et demeura en Galil.

10 Mais quand ses frères furent montés à la Fête, il y monta, lui aussi, non pas ouvertement, mais en secret.

11 Les Juifs le cherchèrent donc à la Fête et dirent : où est-il, celui-là ?

12 Et les murmures le concernant étaient nombreux dans la foule. Les uns disaient : il est bon ; et les autres : non, mais il égare la foule.

13 Cependant, nul ne parla de lui librement, par crainte des Juifs.

14 C’était déjà le milieu de la Fête. Yéshou'a monta au Temple et il enseigna.

15 Les Juifs s’étonnèrent et dirent : comment celui-ci peut-il connaître les lettres sans avoir été instruit ?

16 Yéshou'a leur répondit et dit : mon enseignement n’est pas de moi, mais de Celui qui m’a envoyé.

17 Qui veut faire Son vouloir saura au sujet de l’enseignement s’il est d’HaShem ou si, moi, je parle de moi-même.

18 Qui parle de lui-même cherche sa propre gloire ; qui cherche la gloire de Celui qui l’a envoyé, celui-là est véridique ; il n’est pas en lui d’iniquité.

19 Moshé ne vous a-t-il pas donné la Torah ? Mais nul parmi vous ne pratique la Torah ! Pourquoi cherchez-vous à me tuer ?

20 La foule répondit : tu as un démon ! Qui cherche à te tuer ?

21 Yéshou'a répondit et leur dit : j’ai fait un seul travail, et vous êtes tous étonnés.

22 C’est pourquoi Moshé vous a donné la circoncision, non qu’elle soit de Moshé, mais des pères ­, et, le Shabbat, vous circoncisez un homme.

23 Si l’homme reçoit la circoncision le Shabbat, pour que la Torah de Moshé ne soit pas détruite, pourquoi bilez-vous contre moi quand je donne la santé à un homme tout entier le Shabbat ?

24 Ne jugez pas sur l’apparence, mais jugez d’un juste jugement.

 

25 Des habitants de Yéroushalayim dirent alors : n’est-ce pas celui qu’ils cherchent à tuer ?

26 Or voici qu’il parle en public, et ils ne lui disent rien ! Peut-être nos chefs ont-ils vraiment reconnu qu’il est le Messie !

27 Pourtant, celui-là, nous savons d’où il est. Mais, le Messie, quand il viendra, nul ne saura d’où il est.

28 Alors Yéshou'a cria dans le Temple, enseigna et dit : vous savez qui je suis et vous savez d’où je suis ! Or je ne suis pas venu de moi-même, mais Celui qui m’a envoyé, est véridique, et vous, vous ne Le connaissez pas.

29 Moi, je Le connais, parce que d’auprès de Lui je suis et qu’Il m’a envoyé.

30 Ils cherchèrent donc à l’arrêter, mais personne ne jeta la main sur lui, son heure n’était pas encore venue.

31 Dans la foule, beaucoup adhérèrent à lui et dirent : le Messie, quand il viendra, fera-t-il plus de signes que celui-ci n’en fait ?

32 Les P'roushim entendirent la foule murmurer cela de lui. Les Cohanim Gédolim et les P'roushim envoyèrent des gardes pour l’arrêter.

33 Yéshou'a dit alors : je suis avec vous un peu de temps encore, et je m’en vais vers Celui qui m’a envoyé.

34 Vous me chercherez, mais vous ne me trouverez pas, car là où je suis, vous ne pouvez pas venir.

35 Les Juifs se dirent alors entre eux : où donc va-t-il, celui-là, que nous, nous ne puissions pas le retrouver ? Va-t-il partir dans la diaspora des Hellènes et enseigner les Hellènes ?

36 Quelle est cette parole qu’il a dite : 'vous me chercherez, mais vous ne me trouverez pas, car là où moi je suis, vous, vous ne pouvez pas venir' ?

37 Au dernier jour, le grand, de la Fête, Yéshou'a, debout, cria et dit : si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et boive !

38 Celui qui adhère à moi, selon la parole de l’Écrit : de son ventre ruisselleront des fleuves d’eau vive.

39 Il disait cela du souffle que devaient recevoir ceux qui adhéraient à lui. Mais, de souffle, il n’en était pas encore, parce que Yéshou'a n’avait pas encore été glorifié.

40 De la foule, en entendant ces paroles, ils dirent : celui-là, c’est vraiment l’inspiré !

41 D’autres disaient : celui-là, c’est le Messie ! D’autres disent : non, le Messie viendrait-il de Galil ?

42 L’Écrit ne dit-il pas : de la semence de David et de Béit Léhèm ­ le village d’où était David ­ le Messie doit venir ?

43 La foule était divisée à cause de lui.

44 Quelques-uns d’entre eux voulurent l’arrêter, mais personne ne porta les mains sur lui.

45 Les gardes vinrent donc vers les Cohanim Gédolim et les P'roushim. Ceux-ci leur dirent : pourquoi ne l’avez-vous pas amené ?

46 Les gardes répondirent : jamais homme n’a parlé comme cet homme !

47 Les P'roushim leur répondirent : ainsi, vous avez été égarés, vous aussi ?

48 Est-ce que quelqu’un des chefs adhère à lui, ou des P'roushim ?

49 Mais cette foule qui ne connaît pas la Torah, ce sont des maudits !

50 Naqdimôn, celui qui était venu à lui auparavant,

51 l’un d’entre eux, leur dit : notre Torah condamne-t-elle un homme sans l’avoir d’abord entendu, afin de savoir ce qu’il a fait ?

52 Ils répondirent et lui dirent : toi aussi, es-tu un Galiléen ? Cherche et vois : de Galil, il ne se réveille pas d'inspiré.

53 Ils s'en allèrent, chacun dans sa maison.

*

1 les Juifs : les Tsadouqim, et certains P'roushim dénoncés par nos Maîtres.

8 je ne monterai pas à cette Fête : de façon manifeste, pour ne pas attiser les tensions lors du Yom Tov, et attirer le mauvais œil, comme ici : "Au milieu de ceux qui venaient : ils se fondaient dans la masse afin qu’on ne les reconnût pas (Midrash Tânhouma Miqéts 6). Leur père leur avait recommandé de ne pas se montrer tous à la même porte de la ville, mais d’entrer chacun par une porte différente, afin que le « mauvais œil » n’ait pas prise sur eux, car ils étaient tous beaux, tous forts" (Rachi sur Béréshit/Genèse 42:5).

14 le milieu de la Fête : les jours de Hol Hamo'ed.

19 Mais nul parmi vous ne pratique la Torah ! : la génération du Second Temple avait de la Torah et des mitsvot, mais pas d'amour, qui est la sève de la Torah. Or, de même qu'un arbre sans sève est mort, de même une Torah sans amour est morte.

20 Qui cherche à te tuer ? : c'étaient certains Tsadouqim et P'roushim, à la suite de l'homme qui marchait avec son grabat le Shabbat.

21 j’ai fait un seul travail, la mélakha de transporter d'un domaine à l'autre le Shabbat, et vous êtes tous étonnés, vous discutez vivement entre vous pour savoir comment HaShem peut-il utiliser une transgression de Shabbat pour apporter néanmoins la guérison à un homme.

Et pourquoi le Rabbi a-t-il réalisé une transgression de Shabbat ? C'est selon le principe suivant : « même si le prophète te dit de transgresser une des mitsvot de la Torah, tu dois l’écouter, car il en va comme pour Eliyahou sur le mont Carmel qui avait ordonné une transgression, pour les besoins de l’heure » (vamot 90b ; Sifré Shoftim, § 175), comme il est dit : « il est temps d’agir pour HaShem, Ta Torah a été bafouée » (Téhilim/Psaume 119 :126). En transgressant par amour pour le malade, le Rabbi voulait mettre à jour leur haine gratuite et les avertir promptement du danger encouru de persévérer dans cette voie.

24 : ne jugez pas selon la lettre de la Torah mais allez au-delà.

29 d’auprès de Lui je suis : j'ai appris ma Torah de Lui.

34 car là où je suis, vous ne pouvez pas venir : le Roi Messie est dissimulé dans une nuée, comme nous l'apprennent nos Maîtres.

37 Au dernier jour, le grand : Hoshana Rabbah, où l'on pouvait y puiser la rouah hakodesh, d'où l'enseignement du Rabbi délivré ce jour-là.

si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et boive : si quelqu'un désire vivre les paroles de la Torah, qu'il vienne à moi, et le souffle Divin que je lui donnerai l'aidera à cheminer en elles : ""Ah, vous tous qui avez soif, venez vers l'eau" (Yésha'yahou/Isaïe 55:1) : de même que l'eau vient du ciel, comme il est dit : "Quand il donne de la voix, c'est un mugissement d'eaux dans le ciel" (Yirmeyahou/Jérémie 10:13), de même les paroles de Torah furent données du ciel, comme il es dit : "Vous avez vu vous-mêmes comment Je vous ai parlé du haut du ciel" (Shémot/Exode 20:19). De même que l'eau est donnée gratuitement au monde, de même en est-il pour les paroles de Torah, comme il est dit : "Venez, achetez et mangez, venez, achetez sans argent, sans payer, du vin et du lait" (Yésha'yahou/Isaïe 55:1). De même que les eaux descendent sur le monde accompagnées de tonnerre et d'éclairs, comme il est dit : "Voix d'HaShem sur les eaux" (Téhilim/Psaume 29:3), de même en est-il pour la Torah, comme il est dit : "Or, le surlendemain, dès le matin, il y eut des coups de tonnerre, des éclairs" (Shémot/Exode 19:16). De même que l'eau est vie pour le monde, de même en est-il des paroles de Torah, comme il est dit : "Car pour qui les trouve ils sont vie" (Mishléi/Proverbes 4:22), et aussi : "Ce n'est pas pour vous une vaine parole" (Devarim/Deutéronome 32:47). De même que l'eau tombe goutte à goutte mais finit par faire des rivières, de même en est-il des paroles de Torah. Un homme étudie une halakhah aujourd'hui, et une autre le lendemain, jusqu'à devenir une source jaillissante [...] un homme qui a soif ne tarde jamais à s'abreuver, il en est de même pour les paroles de Torah, un talmid ne tarde pas à aller trouver son Maître pour apprendre auprès de lui" (Téhilim Rabbah 1:18).

38 : Yésha'yahou/Isaïe 58:11.

42 : Beit Sh'mouel/2 Samuel 7:12, Mikha/Michée 5:1, selon une certaine lecture.

52 de Galil, il ne se réveille pas d'inspiré : jamais aucun prophète n'est venu de cette région.