2

1 J’exhorte, donc, en tout premier, à des implorations, des téfilot, des intercessions, des remerciements faits pour tous les hommes ;

2 pour les rois et tous ceux qui ont en partage l’autorité, pour que nous puissions mener une vie paisible et calme en toute piété, dans la dignité.

3 Cela est beau et agréable en face de notre Sauveur HaShem.

4 Il veut que tous les hommes soient délivrés, pour parvenir à la pleine connaissance de la vérité.

5 Oui, HaShem est un, et un aussi, le médiateur entre HaShem et les hommes : un homme, le Messie Yéshou'a,

6 qui se donne en rançon pour tous, témoignage rendu en son temps,

7 par lequel j’ai été établi, moi, le crieur et l’envoyé. Je dis la vérité, je ne mens pas, moréh des goyim en émounah et vérité.

8 Je veux donc que les hommes prient en tout lieu en levant des mains sacrées, sans brûlure ni discussions.

 

9 De même les femmes, en vêtements décents, parées avec tsniout et modération, sans nattes, or, perles ou vêtements coûteux,

10 mais ce qui convient à des femmes qui font profession de frémir d’HaShem avec de bonnes œuvres.

11 Une femme doit apprendre en silence, en toute soumission.

12 Je ne permets pas à une femme d’enseigner ni de prendre une initiative avant l’homme, mais d’être en silence.

13 Oui, Adâm a été formé le premier, puis Havah.

14 Adâm n’a pas été séduit, mais la femme, qui, séduite, est née à la transgression.

15 Mais elle sera sauvée par l’enfantement, si elles demeurent dans la émounah, l’amour, la sacralité, avec pondération.

*

2 pour les rois... : comme il est rapporté : "Rabbi Hanina, l’assistant du Cohen Gadol dit : « prie pour la paix du gouvernement, car si on ne le craignait pas, les hommes s’entre-dévoreraient vivants" (Pirqé Avot 3:2).

12 à une femme d’enseigner : en présence d'un sage dans la communauté si il est présent, ce qui rentre dans l'interdit d'enseigner une halakha devant son Rabbi. Mais en l'absence d'un sage ou avec son consentement, cela est autorisé.

15 elle sera sauvée par l’enfantement : en enseignant la Torah à ses enfants, ce qui participe grandement à la réparation du monde.