3

1 Voyez de quel amour le Père nous fait don, pour que nous soyons appelés enfants d'HaShem ! Et nous le sommes. Pour cela, le monde ne nous a pas connus, parce qu'il ne L'a pas connu.

2 Aimés, maintenant nous sommes enfants d'HaShem, mais ce que nous serons n'est pas encore apparu. Nous le savons : lorsqu'il apparaîtra, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est.

3 Et quiconque a cet espoir en lui se purifie, comme est pur celui-là.

4 Quiconque fait une faute agit aussi sans la Torah, et la faute est sans la Torah.

5 Vous le savez, celui-là s'est manifesté pour ôter les fautes, et la faute, en lui, n'est pas.

6 Quiconque demeure en lui ne faute pas. Quiconque faute ne l'a pas vu, ni connu.

7 Petits enfants, que nul ne vous égare. Celui qui pratique la justice est tsaddiq, comme est tsaddiq celui-là.

8 Celui qui faute est de l'accusateur, car l'accusateur faute dès le commencement. Pour cela le fils d'HaShem s'est manifesté, afin de détruire les œuvres de l'accusateur.

9 Quiconque naît d'HaShem ne fait pas de faute, parce que sa semence demeure en lui. Il ne peut fauter, parce qu'il est né d'HaShem.

10 Les enfants d'HaShem et les enfants de l'accusateur se manifestent ainsi : qui ne pratique pas la justice n'est pas d'HaShem, ni qui n'aime pas son frère.
11 Tel est le message que vous avez entendu dès le commencement, que nous devons nous aimer les uns les autres.

12 Non comme Qayîn, qui était du mauvais, et qui égorgea son frère. Pourquoi l'a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises, et celles de son frère justes.

13 Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait.

14 Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort.

15 Qui hait son frère est un meurtrier, et vous le savez, qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui.

16 En ceci nous avons connu l'amour, parce que celui-là a donné son être pour nous aussi ; et nous aussi, nous devons donner nos êtres pour les frères.

17 Qui a la vie du monde voit son frère dans le besoin et lui ferme ses entrailles, comment l'amour d'HaShem demeurerait-il en lui ?

18 Petits enfants, n'aimons pas en paroles, ni avec la langue, mais en œuvre et vérité.

19 Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et, devant Lui, nous apaiserons notre cœur.

20 Si notre cœur nous condamne, HaShem est plus grand que notre cœur, Il connaît tout.

21 Aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, ayons confiance en HaShem.

22 Quoi que nous Lui demandions, nous le recevrons de Lui, parce que nous gardons Ses mitsvot et faisons ce qui Lui est agréable.
23 Et voici Sa mitsvah : adhérer au nom de Son fils Yéshou'a, le Messie, et nous aimer les uns les autres, comme Il nous en a donné la mitsvah.

24 Celui qui garde Ses mitsvot demeure en Lui, et Celui-ci en lui-même, et nous connaissons qu'Il demeure en nous par la rouah qu'Il nous a donné.

*

1 De quel amour le Père nous fait don : allusion au don de la Torah.

soyons appelés enfants d'HaShem : grâce à cette Torah, comme il est écrit : "Vous êtes les enfants d'HaShem, votre E.lohim" (Dévarim/Deutéronome 14:1) et "eux qui ont la filiation" (Lettre envoyée aux Romains, 9:4).

le monde ne nous a pas connus, parce qu'il ne L'a pas connu : la connaissance d'HaShem passe par Sa Torah, qui est Sa Volonté. Or, le Créateur a proposé Sa Torah aux Nations du monde, qui l'ont refusé. Il l'a alors proposé à Israël sur le Sinaï, qui a accepté (Yalqout Shim'ôni, Parashat Yitro, chapitre 286). Israël est donc le seul peuple qui connaît HaShem. Et comme les Nations n'ont pas connu le Créateur, alors elles ne connaissent pas non plus Son peuple qui possède Sa connaissance.

2 il : le Roi Messie.

6 ne faute pas : ne transgresse pas les mitsvot de la Torah intentionnellement, par esprit de rébellion.

7 celui qui pratique la justice est Tsadik : celui qui pratique la Torah est un Tsadik comme il est rapporté : "Tous deux étaient Tsadikim devant HaShem, observant d'une manière irréprochable toutes les mitsvot et tous les ordres de l'Adôn" (Loucas/Luc 1:6).

8 celui qui rejette la Torah donc, qui est l’épice du mauvais penchant, est du satân (Qiddoushîn 30b).

9 sa semence : le Messie, qui est appelé semence (Béréshit Rabbah 51:8), et qui grave la Torah dans le cœur, par la rouah haqodesh, pour nous permettre de la mettre pleinement en pratique.

10 : Ainsi, celui qui ne pratique pas la justice, qui est la Torah et les misvot, avec l'amour comme sève, n'est pas d'HaShem.

12 : comme il est dit : "Rabbi Tsadoq dit : une grande jalousie et de la haine pénétrèrent le cœur de Qayîn, envers son frère Hévèl, car l'offrande de ce dernier avait été agréée. Ce ne fut pas la seule raison : en plus, la sœur jumelle d'Hévèl était la plus belle des femmes, et il la désirait en son cœur. Il se disait : 'je tuerai mon frère Hévèl et je lui prendrai sa sœur jumelle, ce qu'indiquent les mots : "Et il y eut, quand ils furent dans le champ" (Béréshit/Genèse 4:8), "le champ" c'est la femme, qui est comparée à un champ, ce qu'exprime : "l'homme est l'arbre du champ" (Devarim/Deutéronome 20:19)" (Pirqé deRabbi Eli'ezer, chap.1), ainsi que : "Rabbi Yéhoudah fils de Rabbi Hiya nous apprend : "Ne sachant pas par où donner la mort à son frère, Qayîn porta à Hévèl de nombreux coups sur le corps et lui infligea plusieurs blessures, car il ignorait comment lui ôter la vie, jusqu'à finir par le frapper à son cou" (Sanhédrîn 37b) et : "Qayîn avait remarqué l'endroit où son père avait porté le couteau lorsqu'il égorgea le jeune taureau du sacrifice, dont il est dit : "cela plaît à HaShem plus qu'un taureau" (Téhilim/Psaume 69:32). C'est là même qu'il le tua, à la gorge" (Béréshit Rabbah 22:8).

13 : en effet, "que signifie 'mont Sinaï' ? Montagne sur laquelle est descendue la haine des peuples" contre Israël (Shabbat 89a, Shémot Rabbah 2).

14 Celui qui n'aime pas demeure dans la mort : l'amour étant la sève de la Torah (Vayiqra/Lévitique 19:18, Devarim/Deutéronome 6:5), elle-même étant la vie (Devarim/Deutéronome 32:47).

15 : comme il est dit : "les réshaïm ouvrent l'épée, ils bandent leur arc pour faire tomber l'humilié, le pauvre, pour égorger les justes de la route. Leur épée viendra dans leur cœur" dans ce monde, "et leurs arcs seront brisés" dans le monde qui vient (Téhilim/Psaume 37:14-15).

18 mais en œuvre : car la foi sans les oeuvres de la Torah est morte.

22 celui qui pratique les mitsvot de la Torah, recevra d'HaShem, quoi qu'il demande, ainsi qu'il est écrit : "Si quelqu'un détourne l'oreille pour ne pas écouter la Torah, sa prière même est une abomination" (Mishléi/Proverbes 28:9), et du négatif tu déduis le positif. De même : "Accomplis Sa volonté (la Torah) comme si elle était la tienne, de sorte qu’Il accomplisse ta volonté (personnelle) comme si elle était la Sienne" (Pirqé Avot 2:4).

23 Sa mitsvah : car "grâce au rapprochement auprès des Tsadikim, l'homme suivant leurs directives, par cela la vérité se grave en lui, et il accède de la sorte à la émounah, la prière, la Terre d'Israël, aux miracles, et c'est ainsi que viendra la délivrance" et "on annule l'orgueil qui est l'idolâtrie, on accède à la émounah parfaite, et à l'aspect de la rouah haqodesh" (Likoutéi 'Etsot, "le Tsadik").