adult-1869624_1280.jpg

Histoire

_____

_____

Histoire

Nos Maîtres nous rapportent qu'HaShem consulta la Torah et créa le monde, celle-ci en est donc le plan. Après la faute d'Adâm le premier homme, l'humanité se déconnecta du Divin et il fallut trouver un moyen de le ramener à sa source. Pour cela, le Ribbono Shel 'Olam, le Créateur du monde, choisit un homme, Avrahâm, et sa descendance, le peuple d'Israël, pour recevoir cette Torah, l'étudier, la pratiquer et la vivre, afin de pouvoir, au travers ces choses, réparer notre Univers et surtout l'homme, créé sur l'image d'E.lohim.

Ainsi, il y a 3500 ans environ, HaShem donna la Torah à Moshé sur le Mont Sinaï, pour le peuple d'Israël premièrement, mais également pour tout être humain désirant y trouver sa part, soit en se convertissant, soit en demeurant dans son identité d'enfant des Nations.

Références

L'histoire de cette Fête se trouve en plusieurs endroits de la Torah :

 

"La fête de la moisson, prémices de ton fait, de ce que tu sèmeras dans le champ, et la fête de la récolte, à la sortie de l’année, quand tu récoltes ton fait du champ. Trois fois l’an, tout mâle sera vu aux faces de l’Adôn HaShem" (Shémot/Exode 23:16-17)

"Comptez pour vous, au lendemain du shabat, du jour où vous faites venir la gerbe du balancement, sept shabats. Ils seront intacts.

Jusqu’au lendemain du septième shabat, comptez cinquante jours et présentez une offrande nouvelle à HaShem. De vos habitats, vous ferez venir deux pains du balancement : ils seront de deux dixièmes de semoule. Ils seront panifiés de ferment, prémices pour HaShem. Présentez sur le pain sept moutons intacts, d’un an, un bouvillon, fils de bovin et deux béliers: ils seront une montée pour HaShem, leur offrande, leurs libations, feu, odeur agréable pour HaShem. Faites un bouc de chèvres en défauteur, et deux moutons fils de l’année en sacrifice de pacifications. Le cohen les balance sur le pain des prémices, d’un balancement, face à HaShem, sur deux moutons: ils seront consacrés pour HaShem, pour le cohen. Convoquez-les dans l’os de ce jour, ce sera pour vous une vocation sacrée. Vous ne ferez aucun ouvrage de service: règle de pérennité en tous vos habitats, pour vos cycles. En moissonnant la moisson de votre terre, tu n’achèveras pas le coin de ton champ dans ta moisson: tu ne glaneras pas la glane de ta moisson: à l’humilié et au métèque, tu les abandonneras. Moi, HaShem, votre E.lohîms" (Vayiqra/Lévitique 23:15-22)

"Tu compteras sept semaines ; dès que la faucille sera mise dans les blés, tu commenceras à compter sept semaines. Puis tu célébreras la fête de Shavouôt, et tu feras des offrandes volontaires, selon les bénédictions qu'HaShem ton E.lohim, t'aura accordées. Tu te réjouiras devant HaShem ton E.lohim, dans le lieu qu'HaShem ton E.lohim, choisira pour y faire résider Son Nom, toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, le Lévy qui sera dans tes portes, et l'étranger, l'orphelin et la veuve qui seront au milieu de toi. Tu te souviendras que tu as été esclave en Egypte, et tu observeras et mettras ces décrets en pratique" (Devarim/Deutéronome 16:9-12)

Korbanot/Offrandes

"Au jour des Prémices, en présentant une offrande nouvelle à HaShem, dans vos semaines, ce sera pour vous vocation sacrée;

vous ne ferez aucun ouvrage du service. Présentez une montée, odeur agréable pour HaShem : deux bouvillons, fils de bovins, un bélier, sept moutons d’un an et leur offrande, semoule mélangée d’huile, trois dixièmes par bouvillon, deux dixièmes par bélier, un dixième, un dixième par mouton, pour les sept moutons. Un bouc de chèvres pour vous absoudre; en plus de la montée permanente et de son offrande, vous le ferez. Ils seront intacts pour vous, avec leurs libations" (Bamidbar/Nombres 28:26-31)

Kétouvîm/Ecrits

"Alors Shélomoh offrit des offrandes à HaShem sur l'autel d'HaShem, qu'il avait construit devant le portique. Il offrait ce qui était prescrit par Moshé pour chaque jour, pour les shabbat, pour les rosh hodesh, et pour les fêtes, trois fois l'année, à la fête des matsot, à la fête de shavouôt, et à la fête de soukkôt" (Beit Divréi Hayamîm/2 Chroniques, 8:12-13)

Torat Yeshou'a

"Quand se remplit le jour de Shavou'ôt, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Et c'est tout à coup un bruit du ciel comme la venue d'un souffle violent, et il remplit toute la maison où ils siégeaient. Leur apparurent des langues, comme de feu ; elles se partagèrent et se posèrent, une sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis de la rouah haqodesh, et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que la rouah leur donnait de s'exprimer. Or, à Yéroushalayim, séjournaient des Juifs, des hommes hassidim de tous les goyim sous le ciel. Comme cette voix surgit, la multitude accourut, et fut stupéfaite parce que chacun les entendait parler dans son propre dialecte. Ils étaient bouleversés, étonnés et se disaient : voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous de Galil ? Comment donc les entendons-nous, chacun dans notre propre dialecte, celui de sa terre natale ?" (Histoire des Talmidim/Actes 2:1-8)

"Oui, Shaoul avait jugé de passer au large d’Éphèse pour ne pas perdre de temps en Asie. Oui, il se hâtait pour être à Yéroushalayim, si possible, pour la Fête de Shavouôt" (Histoire des Talmidim/Actes 2:1-8)

 

"Mais je demeurerai à Éphèse jusqu’à Shavouôt" (Première Lettre envoyée aux Corinthiens, 16:8)

* * *

Méguilat Rout

Chapitre 1

 

1. C’est aux jours où les Juges jugent ; et c’est la famine sur terre. Un homme de Béit Léhèm en Yéhoudah va résider au Champ de Moav,

lui, sa femme, et ses deux fils. 2. Nom de l’homme : Èlimèlèkh ; nom de la femme : Na‘omi ;  nom de ses deux fils : Mahlôn et Kiliôn.

Des Èphratîm de Béit Léhèm en Yéhoudah. Ils viennent au Champ de Moav ; ils sont là. 3. Èlimèlèkh, l’homme de Na‘omi, meurt. Elle reste, elle et ses deux fils. 4. Ils portent femmes pour eux, des Moavites. Nom de l’une : ‘Orpa; nom de la deuxième : Rout.

Ils habitent là environ dix ans. 5. Ils meurent tous les deux aussi, Mahlôn et Kiliôn. La femme reste, sans ses deux enfants et sans son homme.

6. Elle se lève, elle et ses brus; elle s’en retourne du Champ de Moav : oui, elle avait entendu, au Champ de Moav, qu'HaShem sanctionnait son peuple en leur donnant du pain. 7. Elle sort du lieu où elle était, ses deux brus avec elle. Elles vont sur la route pour retourner en terre de Yéhoudah.

 

8. Na‘omi dit à ses deux brus : « Allez, retournez chacune à la maison de votre mère. HaShem vous fera chérissement, comme vous avez fait avec les morts et avec moi. 9. HaShem vous le donnera, trouvez le repos, chacune dans la maison de son homme. »

Elle les baise. Elles portent leur voix et pleurent. 10. Elles lui disent: « Oui, nous retournerons avec toi vers ton peuple. »

11. Na‘omi dit: « Retournez, mes filles ! Pourquoi iriez-vous avec moi ? Ai-je encore des fils dans mes entrailles, pour qu’ils soient à vous pour hommes ?

12. Retournez, mes filles, allez ! Oui, j’ai trop vieilli pour être à un homme, pour que je dise : L’espoir existe en moi, et j’enfanterai aussi des fils. 13. Patienterez-vous pour eux jusqu’à ce qu’ils grandissent ?

Vous voueriez-vous à eux sans être à un homme ? Non, mes filles, car c’est amer pour moi, beaucoup plus que pour vous.

Oui, la main d'HaShem est sortie contre moi. » 14. Elles portent leur voix et pleurent encore. ‘Orpa baise sa belle-mère. Mais Rout colle à elle.

 

15. Elle dit: « Voici, ta belle-sœur est retournée vers son peuple, vers ses E.lohîms. Retourne derrière ta belle-sœur. » 16. Rout dit : « Ne me pousse pas à t’abandonner, à retourner loin de toi. Oui, où tu iras, j’irai ; où tu nuiteras, je nuiterai.

Ton peuple sera mon peuple; ton E.lohîms, mon E.lohîms. 17. Où tu mourras, je mourrai; et là je serai ensevelie. Qu'HaShem me fasse ainsi et qu’il m’ajoute ainsi: oui, seule la mort me séparera de toi ! »

18. Elle le voit, oui, elle s’efforce d’aller avec elle. Elle cesse de lui parler. 19. Elles vont, les deux, jusqu’à leur venue à Béit Léhèm.

Et c’est à leur venue à Béit Léhèm, toute la ville s’émeut pour elles. Elles disent: « Est-ce là Na‘omi ? » 20. Elle leur dit: « Ne m’appelez pas: « Na‘omi », « Ma Suave ». Appelez-moi « Mara », « Amère ». Oui, Sh.addaï m’a fort amertumée. 21. Moi, pleine, j’allais; mais, vide, il me fait retourner, HaShem. Pourquoi m’appelleriez-vous Na‘omi ? HaShem a répondu contre moi Sh.addaï m’a fait mal ! »

22. Na‘omi retourne avec Rout, la Moavite, sa bru; elles retournent du Champ de Moav. Elles viennent à Béit Léhèm, au commencement de la moisson des orges.

 

1:2 : Mahlôn et Kiliôn étaient descendants de Myriâm la sœur de Moshé (appelée aussi Efrat dans Divréi Hayamîm / 1 Chroniques 2:19).

1:3 : Elimélèkh mérita de mourir pour deux raisons : il avait quitté Israël en abandonnant son peuple, et fermé la main aux pauvres (Méâm Loez).

1:4 : Rout et Orpa étaient sœurs, filles du roi de Moav (Midrash).

1:9 : Par le mérite des quarante pas qu'Orpa a fait pour accompagner sa belle-mère, elle mérita que son futur descendant Goliath soit épargné durant quarante jours, avant de mourir des mains de David, descendant de sa sœur Rout (Méâm Loez)

1:12 : De ce verset nous apprenons qu'une personne voulant se convertir doit d'abord être repoussée, pour tester ses motivations.

1:15 : Orpa retourna à l'idolâtrie et la débauche, et mis au monde plusieurs enfants dont Goliath (Méâm Loez).

1:19 : Bet Léhèm signifie "la maison du pain". De là sortira le Roi David et son fils, le Roi Messie Yeshou'a, qui nouriront le monde entier de la Torah, qui est appelée "pain".

1:21 : Na'omi est partie pleine : avec des fils, la santé et la richesse (Méâm Loez).

1:22 : "La moisson des orges" : c'est l'époque de Shavouôt.

Chapitre 2

 

1. Na‘omi avait une connaissance de son homme, un homme, un héros de valeur, du clan d’Èlimèlèkh.

Son nom, Bo‘az. 2. Rout, la Moavite, dit à Na‘omi : « J’irai donc au champ. Je cueillerai des épis derrière celui aux yeux de qui j’aurai trouvé grâce. » Elle lui dit: « Va, ma fille. » 3. Elle va, vient et cueille dans un champ, derrière les moissonneurs.

Advient son aventure, la parcelle du champ de Bo‘az, du clan d’Èlimèlèkh. 4. Et voici, Bo‘az vient de Béit Léhèm.

Il dit aux moissonneurs : « HaShem est avec vous. » Ils lui disent : « HaShem te bénisse ! » 5. Bo‘az dit à son adolescent posté près des moissonneurs: « À qui cette adolescente ? » 6. L’adolescent posté près des moissonneurs répond et dit: « L’adolescente est une Moavite, de retour avec Na‘omi du Champ de Moav.

7. Elle a dit : ‹ Je cueillerai donc, j’ajouterai aux gerbes derrière les moissonneurs. › Elle est venue et s’est dressée depuis le matin jusqu’à maintenant. Elle habite peu la maison. »

 

8. Bo‘az dit à Rout : « N’as-tu pas entendu, ma fille ? Ne va pas cueillir dans un autre champ, ne passe pas aussi loin de celui-ci.

Tu colleras ainsi à mes adolescentes. 9. Tes yeux sur le champ où ils moissonnent, va derrière elles. N’ai-je pas ordonné aux adolescents de ne pas te toucher ? Assoiffée, va aux cruches et bois ce que puiseront les adolescents. »

10. Elle tombe sur ses faces, se prosterne à terre, et lui dit : « Pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux afin que tu me reconnaisses, moi-même, une étrangère ? » 11. Bo‘az répond et lui dit : « Il m’a été rapporté, rapporté, tout ce que tu as fait avec ta belle-mère après la mort de ton homme: Tu as abandonné ton père, ta mère et la terre de ton enfantement; puis tu es allée vers un peuple que tu ne connaissais pas d’hier ni d’avant-hier. 12. HaShem payera ton œuvre, ton salaire sera entier de la part d'HaShem, l’E.lohîms d’Israël,

sous les ailes de qui tu es venue t’abriter. » 13. Elle dit : « Je trouverai grâce à tes yeux, mon Adôn.

Oui, tu m’as réconfortée ; oui, tu as parlé au cœur de ta domestique. Mais, moi-même, je ne suis même pas comme une de tes domestiques. »

 

14. Bo‘az lui dit, au temps de manger : « Avance ici, mange du pain. Trempe ta miche dans la vinaigrette. » Elle s’assoit à côté des moissonneurs. Il pince pour elle des pains grillés. Elle mange, se rassasie et en laisse. 15. Elle se lève pour cueillir. Bo‘az ordonne à ses adolescents pour dire : « Qu’elle glane aussi entre les gerbes, ne lui faites pas d’outrage. 16. Laissez aussi tomber pour elle des javelles;

abandonnez, elle cueillera. Ne la rabrouez pas. » 17. Elle cueille dans le champ jusqu’au soir. Elle effruite ce qu’elle a cueilli, c’est environ un épha d’orge. 18. Elle l’emporte et vient en ville. Sa belle-mère voit ce qu’elle a cueilli. Elle en sort et lui donne ce qu’elle laisse après s’être assouvie. 19. Sa belle-mère lui dit: « Où as-tu cueilli aujourd’hui ? où l’as-tu fait ?

Béni soit celui qui t’a reconnue ! » Elle rapporte à sa belle-mère de ce qu’elle avait fait avec lui. Elle dit: « Le nom de l’homme avec qui je l’ai fait aujourd’hui, c’est Bo‘az. » 20. Na‘omi dit à sa bru: « Il est béni d'HaShem, lui qui n’a pas abandonné son chérissement avec les vivants ni avec les morts. » Na‘omi lui dit: « L’homme nous est proche, c’est un de nos racheteurs. » 21. Rout, la Moavite, dit : « Il m’a même dit: Tu colleras aux adolescents qui sont à moi jusqu’à ce qu’ils aient achevé toute la moisson qui est à moi ! »

22. Na‘omi dit à Rout, sa bru : « C’est bien, ma fille, que tu sortes avec ses jeunes filles, afin que nul ne te heurte dans un autre champ. »

23. Elle colle aux adolescentes de Bo‘az pour cueillir jusqu’à l’achèvement de la moisson des orges et de la moisson des blés. Elle habite avec sa belle-mère.

2:1 : Bo'az, ce qui signifie "la force est en lui". Cet homme puissant avait vaincu son mauvais penchant. Il était puissant en sagesse de la Torah et avait acquis les quarante-huit vertus enseignées par les Maîtres (Méâm Loez).

2:3 : Le Saint Béni Soit-Il a conduit Lui-même Rout au champ de Bo'az, car ses ouvriers étaient vertueux. Rout était une si belle femme que des mauvaises pensées naissaient chez tous les hommes qui la voyaient, et qui n'avaient pas un haut niveau pour se maîtriser (Méâm Loez).

2:5 : Bo'az avait remarqué la pudeur de Rout.

2:12 : "Venir se réfugier sous les ailes de la Shékhinah" est un synonyme pour désigner la conversion.

2:14 : "Trempe ton pain dans le vinaigre" : c'est une allusion aux futurs souffrances du Roi Messie (Midrash).

Le mot "Il lui a tendu /vayitsbat" peut se lire "Il a établi neuf", allusion aux neufs descendants de Rout : David, Shélomoh, Assa, Yoshafat, Ouzyah, Yotâm, Hizquiyahou, Yoshiyahou et le Roi Messie.

 

Chapitre 3

1. Na‘omi, sa belle-mère, lui dit : « Ma fille, ne demanderai-je pas pour toi un repos qui te soit bon ? 2. Maintenant, Bo‘az n’est-il pas notre connaissance ? Tu as été avec ses jeunes filles; et voici, il vanne lui-même l’aire des orges cette nuit. 3. Baigne-toi, frictionne-toi, mets ta tunique sur toi, et descends à l’aire. Ne te fais pas reconnaître par l’homme jusqu’à ce qu’il ait achevé de manger et de boire.

4. Et c’est à son coucher, tu connaîtras le lieu où il se couchera. Va, découvre ses pieds et couche-toi. Il te rapportera lui-même ce que tu feras. » 5. Elle lui dit: « Je ferai tout ce que tu me diras. » 6. Elle descend à l’aire, et fait tout ce que sa belle-mère lui avait ordonné.

 

7. Bo‘az mange, il boit, son cœur est bien. Il vient se coucher au bout de la meule. Elle vient en secret, découvre ses pieds et se couche.

8. Et c’est au milieu de la nuit, l’homme tressaille, il se resserre. Or, voici une femme couchée à ses pieds. 9. Il dit: « Qui es-tu ? » Elle dit: « C’est moi, Rout, ta servante. Étends ton aile sur ta servante: oui, tu es un racheteur. » 10. Il dit: « Toi, bénie d'HaShem, ma fille; tu as bien fait ton dernier chérissement, plus que le premier, en n’allant pas derrière les adolescents, pauvres ou riches.

11. Maintenant, ma fille, ne frémis pas: je te ferai tout ce que tu diras. Oui, toute porte de mon peuple sait que tu es une femme de valeur, toi. 12. Maintenant, oui, en vérité, oui, je suis moi-même un racheteur. Mais un racheteur plus proche que moi existe.

13. Nuite cette nuit, et ce sera, au matin, s’il te rachète, bien, qu’il te rachète. Mais s’il ne désire pas te racheter, je te rachèterai moi-même, vive HaShem ! Couche-toi jusqu’au matin. » 14. Elle se couche à ses pieds jusqu’au matin. Elle se lève avant qu’un homme ne puisse reconnaître son compagnon. Il dit: « Il ne sera pas su que la femme est venue à l’aire. » 15. Il dit: « Apporte l’écharpe qui est sur toi, saisis-la. » Elle la saisit. Il mesure un sizain d’orge, le place sur elle, puis vient en ville. 16. Elle vient vers sa belle-mère. Elle dit: « Qui es-tu, ma fille ? » Elle lui rapporte tout ce que l’homme avait fait pour elle. 17. Elle dit: « Il m’a donné ce sizain d’orge. Oui, il m’a dit: ‹ Ne viens pas à vide chez ta belle-mère ›. » 18. Elle dit: « Reste, ma fille, jusqu’à ce que tu saches comment tombera la parole. L’homme ne se calmera pas qu’il n’ait achevé la parole aujourd’hui. »

3:1 Rout avait peur que Bo'az ne s'intéresse pas à elle, à cause du fait qu'elle soit une récente convertie. Mais sa belle-mère lui rappela cette parole des Maîtres : "Un homme trouve le bonheur dans le mariage s'il épouse une femme inférieure à lui [en sagesse de la Torah]" (Méâm Loez).

3:3 : Prépare-toi comme pour un Shabbat, jour comparé au mariage entre un homme et une femme.

3:8 : "Ce fut à 'hatsot" : Perpétuant la tradition de ses pères, Bo'az se levait à minuit pour prier et étudier la Torah (Méâm Loez). Minuit est un temps propice pour l'exaucement des prières et obtenir des délivrances.

3:9 : Rout demande que Bo'az étende son talith sur elle, signe d'une demande en mariage. Nous voyons également la différence entre une femme mauvaise qui parle crûment : "Couche avec moi" (Béréshit/Genèse 39:7) et une femme bonne qui demande : "Étend ton talith sur moi".

3:10 : Car Bo'az était beaucoup plus âgé que Rout.

 

Chapitre 4

 

1. Bo‘az monte à la Porte et siège. Et voici, le racheteur dont Bo‘az avait parlé passe. Il dit: « Un tel et tel, écarte-toi et siège ici ! » il s’écarte et siège. 2. Il prend dix hommes des anciens de la ville et dit:

« Siégez ici. » Ils siègent. 3. Il dit au racheteur: « Na‘omi, de retour du Champ de Moav, a vendu la parcelle du champ qui était à notre frère Èlimèlèkh. 4. Et moi, je dis: Je découvrirai ton oreille pour dire: ‹ Achète devant ceux qui siègent et devant les anciens de mon peuple. › Si tu rachètes, rachète. Mais s’il ne rachète pas, rapporte-le-moi et je le saurai, car il n’est personne, sauf toi, pour racheter, puis moi après toi. » Il dit: « Moi-même, je rachèterai. » 5. Bo‘az dit: « Le jour où tu achètes le champ de la main de Na‘omi

et de Rout, la Moavite, la femme du mort, tu achètes de relever le nom du mort sur sa possession. »

6. Le racheteur dit: « Je ne pourrai racheter pour moi sans détruire ma possession. Toi, rachète pour toi mon rachat, car je ne peux pas racheter. » 7. Ceci était jadis en Israël, pour le rachat et l’échange: pour valider toute parole, l’homme retirait sa sandale

et la donnait à son compagnon. Tel était le témoignage en Israël. 8. Le racheteur dit à Bo‘az : « Rachète, toi. » Et il retire sa sandale.

 

9. Bo‘az dit aux anciens et à tout le peuple: « Aujourd’hui vous êtes témoins de ce que j’ai racheté tout ce qui était à Èlimèlèkh

et tout ce qui était à Kiliôn et Mahlôn de la main de Na‘omi. 10. Mais aussi Rout la Moavite, la femme de Mahlôn, je l’ai achetée à moi pour femme, pour relever le nom du mort sur sa possession. Le nom du mort ne sera pas tranché de ses frères et de la porte de son lieu. Vous êtes témoins aujourd’hui. » 11. Tout le peuple qui est à la Porte, et les anciens disent: « Témoins ! HaShem donne la femme venue dans ta maison comme Rahél et comme Léah, qui ont toutes deux bâti la maison d’Israël. Fais valeur en Èphrata, et crie un nom en Béit Léhèm. 12. Que ta maison soit comme la maison de Pèrèts, que Tamar enfanta à Yéhoudah, de la semence qu'HaShem te donnera de cette adolescente. » 13. Bo‘az prend Rout. Elle est à lui pour femme. Il vient à elle. HaShem lui donne une grossesse. Elle enfante un fils.

14. Les femmes disent à Na‘omi: « HaShem est béni, qui n’a pas fait chômer pour toi aujourd’hui le racheteur.

Son nom sera crié en Israël. 15. Il sera pour toi le ranimateur de l’être, l’entreteneur de ta sénescence. Oui, ta bru qui l’aime t’a enfanté, elle qui est bonne pour toi plus que sept fils. »

 

16. Na‘omi prend l’enfant et le place sur son sein; elle est pour lui une marraine. 17. Les voisines crient pour lui un nom pour dire: « Un fils est né à Na‘omi. » Elles crient son nom: « ‘Ovéd », lui, le père d’Ishaï, le père de David.

 

18. Voici les enfantements de Pèrèts : Pèrèts a fait enfanter Hèsrôn;

19. Hèsrôn a fait enfanter Râm ; Râm a fait enfanter ‘Aminadav;

20. ‘Aminadav a fait enfanter Nahshôn ; Nahshôn a fait enfanter Salma;

21. Salmôn a fait enfanter Bo‘az ; Bo‘az a fait enfanter ‘Ovéd;

22. ‘Ovéd a fait enfanter Ishaï, et Ishaï a fait enfanter David.

4:18 : le mot "enfantements" en hébreu s'écrit toldot et dans la Torah, tous les "toldot" sont écrits sans la lettre vav sauf deux fois, ici et en Béréshit/Genèse 2:4, pour signifier que Pérèts est l'ancêtre du Roi Messie Yeshou'a, qui effacera la mort à jamais (le premier toldot dans Béréshit est écrit avant l'apparition de l'ange de la mort).

4:20 : le mot Salmah vient de soulam (échelle) car jusqu'à lui, des échelles étaient édifiées pour les chefs de tribus, et après lui pour les Rois de Yéhoudah (Midrash).

4:21 : 'Ovèd est né circoncis (Méâm Loez).

4:22 : le nom Ishaï provient du mot yechout (l'existence pérenne) car il n'avait jamais fauté de sa vie. Il n'est mort qu'à cause du décret qui pèse sur toute l'humanité (Méâm Loez).

* * *

Au niveau de la Torah orale, un grand nombre de passages traitant de Shavouôt et du don de la Torah se trouvent disséminés dans le Talmud, par exemple dans le traité Shabbat 86-88, Haguigah, ou encore Bikkourim.

Dans le Mishné Torah du Rambam, ce sujet est traité par les lois de Yom Tov dans le séfer Zémanim, chapitre "Shevitat Yom Tov".

Dans le séfer Hamitsvot du Rambam, il s'agit des mitsvot 100 (Se reposer à Shavouôt)

101 (Ne pas réaliser de travaux défendus à Shavouôt)

386 (Apporter les moussafim de Shavouôt)

387 (Apporter deux miches de pain pour accompagner les sacrifices de la Fête)

420 (Aller au Temple pour la Fête)

421 (Célébrer dignement les trois Fêtes)

422 (Se réjouir lors des trois Fêtes (en apportant une offrande de paix))

423 (Ne pas apparaître au Temple sans offrandes)

Dans le Shoulkhân 'Aroukh, le code des lois d'Israël, ces-dernières sont traitées dans la section 'Orah Hayim' : à la fin des lois de Pessah (chapitre 494), et les lois de Yom Tov (chapitres 495 à 529).

Dans le "Kitsour Shoulkhân 'Aroukh", l'abrégé du code des lois d'Israël (éditions colbo), ces-dernières sont traitées dans le Volume II, chapitre 120, et pour les lois de Yom Tov, dans le Volume II, chapitres 98 à 103.