18

1 Après cela, Shaoul sortit d’Athènes et alla à Corinthe.

2 Il trouva là un Juif nommé Akylas, originaire du Pont, qui venait tout juste d’Italie avec Priscilla sa femme, parce que Claudius avait ordonné à tous les Juifs de s’éloigner de Rome.

3 Il se rapprocha d’eux. Ils étaient du même métier ; il resta donc chez eux pour travailler. Oui, ils étaient de leur métier des fabricants de tentes.

4 Il débattit, tous les Shabbatot, à la synagogue, et s’efforça de persuader Juifs et Hellènes.

5 Une fois Silas et Timotheos revenus de Macédoine, Shaoul insista pour témoigner par la parole, auprès des Juifs, que Yéshou'a est le Messie.

6 Mais ils résistèrent et blasphémèrent. Il secoua ses vêtements et leur dit : votre sang sur votre tête ! Moi, j’en serai pur. Je m’en irai désormais vers les Goyim.

7 Il s’éloigna de là et vint dans la maison d’un nommé Titius Iustus, fervent d’HaShem, dont la maison était proche de la synagogue.

8 Crispus, le chef de la synagogue, adhéra à l’Adôn, avec toute sa maison et beaucoup de Corinthe. Ils entendirent, adhérèrent et se firent immerger.

9 L’Adôn dit à Shaoul, dans une vision, la nuit : ne frémis pas, mais parle, ne te tais pas !

10 Oui, je suis avec toi. Nul ne mettra la main sur toi pour te faire du mal. Un peuple nombreux est à moi dans cette ville.

11 Il demeura là un an et six mois. Il enseigna parmi eux la Parole d’HaShem.

12 Comme Galliôn était le proconsul d’Achaïe, les Juifs se levèrent d’un commun accord contre Shaoul.

13 Ils le conduisirent devant le tribunal et dirent : celui-ci persuade les hommes de servir HaShem contre la Torah.

14 Shaoul alla ouvrir la bouche, mais Galliôn dit aux Juifs : si c’était à propos d’un délit ou d’un crime grave, Juifs, je vous accepterais, comme de juste.

15 Mais c’est une question de paroles, de noms, et d’une Torah qui est la vôtre. Voyez vous-mêmes. Je ne veux pas être juge en cela.

16 Et il les renvoya du tribunal.

17 Alors tous s’emparèrent de Sôsthenès, le chef de la synagogue, et le battirent en face du tribunal. De cela non plus Galliôn ne se soucia pas.

 

18 Shaoul demeura là de nombreux jours, puis il se sépara de ses frères. Il monta en bateau pour aller en Syrie, avec Priscilla et Aquilas. Il se fit tondre la tête à Cenchrées ; oui, il avait fait un vœu.

19 Ils vinrent à Éphèse, où il les quitta. Il entra à la synagogue et débattit avec des Juifs.

20 Ils le prièrent de rester plus de temps ; il n’y consentit pas,

21 mais en se séparant d’eux il dit : je reviendrai de nouveau chez vous, si HaShem le veut. D’Éphèse, il gagna le large.

22 Il débarqua à Césarée et monta saluer la communauté. Puis il descendit à Antioche.

23 Il demeura là quelque temps, puis il sortit et passa au pays des Galates et en Phrygie, où il fortifia tous les talmidim.

 

24 Un certain Juif nommé Apollôs, originaire d’Alexandrie, un homme éloquent, vint à Éphèse. Il était puissant en Écrits.

25 Il avait été instruit de la voie de l’Adôn et parlait, bouillonnant de souffle, en enseignant exactement ce qui concernait Yéshou'a, connaissant seulement l’immersion de Yohanân.

26 Il commença à enseigner avec assurance dans la synagogue. Aquilas et Priscilla l’entendirent, le prirent chez eux, et lui expliquèrent plus exactement la voie d’HaShem.

27 Il désira aller en Achaïe. Les frères l’y encouragèrent et écrivirent aux talmidim de l’accueillir. Il arriva et aida beaucoup, par chérissement, ceux qui avaient adhéré.

28 Oui, avec force, il réfutait publiquement les Juifs. Il leur démontra par les Écrits que le Messie, c’était Yéshou'a.

*

2 Claudius : Empereur Romain.

6 vers les Goyim : pour apporter la lumière du Tsadik et les amener sous les ailes de la Shékhinah.

18 il avait fait un vœu : il ne s'agit que d'un simple vœu personnel et non d'un vœu de naziréat, qui ne s'applique qu'en Terre d'Israël, ainsi qu'il est enseigné : "Le naziréat n’est observé qu’en Terre d’Israël. Et celui qui fait vœu de naziréat en-dehors de la Terre d’Israël, on le pénalise et on l’oblige à monter en Terre d’Israël et d’être nazir en Israël le nombre de jours qu’il a formulés dans son vœu, on l’oblige à monter en Terre d’Israël et il observe son naziréat jusqu’à ce qu’il meure ou jusqu’à ce que le Temple soit [re]construit et qu’il amène ses offrandes au terme de son naziréat [...] Et tout le temps qu’il se trouve en-dehors de la Terre [d’Israël], il n’a pas le droit de boire de vin et de se rendre impur pour les morts et de se raser, et tous les détails liés au naziréat lui sont appliqués" (Rambam, hilkhot Nezirout, 2:21-22).

24 Il était puissant en Écrits : c'était un talmid hakhâm.