22

1 Hommes, frères et pères, entendez de moi ma défense maintenant en face de vous !

2 Quand ils entendirent qu’il leur parlait en langue hébraïque, ils se firent encore plus silencieux.

3 Il dit : je suis un homme, un Juif, né à Tarse en Cilicie, élevé dans cette ville, instruit aux pieds de Gamliel. J’ai reçu l’enseignement de la Torah de nos pères dans toute sa précision, plein de zèle pour HaShem, comme vous l’êtes tous aujourd’hui.

4 J’ai persécuté à mort cette route ; j’ai lié et livré à la prison hommes et femmes.

5 Comme le Cohen Gadol et toute l’assemblée des Anciens l’attestent, j’ai même reçu d’eux des lettres pour les frères de Damas. Je suis parti pour amener liés à Yéroushalayim ceux de là-bas afin qu’ils soient punis.

6 Et ce fut, quand j’allais et approchais de Damas, vers midi, soudain, du ciel, une grande lumière m’a enveloppé de son éclat.

7 Je suis tombé à terre et, entendant une voix qui me parla : Shaoul, Shaoul, pourquoi me persécutes-tu ?

8 Je répondis et dis : qui es-tu, Adôn ? Il me dit : moi, je suis Yéshou'a le Nazarénien, que tu persécutes.

9 Ceux qui étaient avec moi virent la lumière, mais n’entendirent pas la voix de qui me parlait.

10 Et je dis : que ferai-je, Adôn ? L’Adôn me dit : lève-toi, va à Damas ; il te sera dit là tout ce qu’il t’est commandé de faire.

11 Moi, je ne pouvais plus rien voir, à cause de l’éclat de cette lumière. Ceux qui étaient avec moi me conduisirent par la main et je vins à Damas.

12 Un homme hassid selon la Torah, un certain Hananyah, de bon renom d’après tous les Juifs établis là,

13 vint à moi, se présenta et dit : Shaoul, frère, vois ! Et au même instant, je le vis.

14 Il dit : l’E.lohim de nos pères t’a choisi d’avance pour pénétrer Sa Volonté, pour regarder le Tsadik, et pour entendre la voix de sa bouche.

15 Tu seras témoin pour lui, devant tous les hommes, de ce que tu as vu et entendu.

16 Et maintenant, pourquoi tardes-tu ? Lève-toi, fais-toi immerger, lave-toi de tes fautes en invoquant son nom.

17 Et ce fut, quand je revins à Yéroushalayim, je priais au Temple,

18 et tombant en extase, je le vis me parler : hâte-toi, sors vite de Yéroushalayim, parce qu’ils n’accepteront pas ton témoignage sur moi.

19 Et moi je dis : Adôn, ils ont appris que j’ai jeté en prison et fait battre de synagogue en synagogue ceux qui adhéraient à toi.

20 Quand fut répandu le sang de Stephanos, ton témoin, j’étais, moi aussi, présent et d’accord avec eux : je gardais les vêtements de ses tueurs.

21 Il me dit : va ! Moi, vers les Goyim, au loin, je t’envoie.

 

22 Ils l’entendirent jusqu’à cette parole, puis ils élevèrent la voix et dirent : enlevez de la Terre un tel individu ! Il ne devrait pas vivre !

23 Ils crièrent, secouèrent leurs manteaux et jetèrent de la poussière en l’air.

24 Le tribun ordonna de le faire entrer dans la caserne. Il dit de le soumettre à la question à coups de trique, afin de savoir pourquoi ils criaient ainsi contre lui.

25 Mais quand ils l’attachèrent avec des courroies, il dit au centurion debout près de lui : un homme, un Romain, et qui n’a même pas été condamné, vous est-il permis de le flageller ?

26 Le centurion entendit, s’approcha du tribun et le prévint en disant : que vas-tu faire ? Oui, cet homme est un Romain.

27 Le tribun s’approcha et dit : dis-moi, es-tu Romain ? Il dit : oui.

28 Le tribun répondit : contre une forte somme, ce droit de cité, je l’ai acquis. Shaoul dit : mais moi, je suis né avec.

29 Aussitôt, ceux qui allaient le mettre à la question s’éloignèrent. Le tribun frémit, sachant que c’était un Romain qu’il avait fait lier.

30 Le lendemain, il voulut connaître clairement de quoi les Juifs l’accusaient. Il le fit délier de ses chaînes et ordonna de réunir les Cohanim Guédolim, ainsi que tout le Sanhédrîn. Il fit descendre Shaoul et le plaça au milieu d’eux.

*

3 Gamliel : Rabban Gamliel, Nassi du Sanhédrîn et le petit-fils d'Hillel.