24

1 Cinq jours après, Hananyah, le Cohen Gadol, descendit avec quelques Anciens et un rhéteur nommé Tertullus. Ils déposèrent devant le procurateur contre Shaoul.

2 Quand il fut appelé, Tertullus commença à l’accuser, disant : que nous jouissions, grâce à toi, de la paix et des réformes que cette Nation doit à ta providence,

3 nous le reconnaissons en tout et partout, excellent Felix, en toute gratitude.

4 Mais pour ne pas te déranger plus longtemps, je te supplie d’écouter un instant, selon ta clémence.

5 Nous trouvons que cet homme est une peste, un perturbateur de tous les Juifs de l’univers : il est le meneur de la secte des Nazaréniens ;

6 il a même tenté de profaner le Temple ! C’est lui-même que nous nous sommes efforcés de saisir.

7 En l’interrogeant, tu pourras connaître toi-même de sa bouche tout ce dont nous l’accusons.

8 Les Juifs confirmèrent et dirent : c’est ainsi !

9 Le procurateur lui ayant fait signe de parler, Shaoul répondit et dit : je sais que depuis plusieurs années tu es le juge de cette Nation. Voici, je vais me justifier d’un cœur confiant.

10 Tu peux le savoir : il n’y a pas plus de douze jours que je suis monté à Yéroushalayim pour m’y prosterner.

11 Ils ne m’ont pas trouvé dans le Temple à débattre contre qui que ce soit, ou en train d’ameuter la foule dans les synagogues ni dans la ville.

12 Par surcroît, ils ne peuvent pas te prouver ce dont maintenant ils m’accusent.

13 Toutefois, je reconnais moi-même ceci devant toi : c’est en suivant la route qu’ils disent secte que je sers l’E.lohim de nos pères, en adhérant à tout ce qui est écrit dans la Torah et les Inspirés.

14 J’espère en HaShem, pour qu’advienne ce que ceux-ci attendent eux-mêmes : le relèvement des morts pour les justes et pour les injustes.

15 Aussi je m’évertue, moi aussi, à avoir sans cesse la conscience intègre devant HaShem et devant les hommes.

16 Après de nombreuses années, je suis arrivé pour apporter à ma Nation des aumônes et des offrandes.

17 C’est là qu’ils m’ont trouvé, à me purifier dans le Temple, sans attroupement ni tumulte.

18 Mais quelques Juifs d’Asie auraient dû se présenter en face de toi et accuser s’ils avaient contre moi le moindre grief.

19 Ou bien que ceux-ci disent quel délit ils ont découvert en moi quand j’ai comparu devant le Sanhédrîn,

20 à moins que ce soit pour cette seule parole que j’ai crié en me dressant au milieu d’eux : 'c’est à cause du relèvement des morts que, moi, je suis jugé aujourd’hui devant vous'.

21 Felix les renvoya, sachant exactement en quoi consistait la route. Il dit : quand Lysias, le tribun, sera descendu, j’examinerai votre procès.

22 Il ordonna au centurion de le garder, mais de le traiter avec indulgence et de n’empêcher personne des siens de le servir.

 

23 Après plusieurs jours, Felix arriva avec sa propre femme, Drusilla, une Juive. Il envoya chercher Shaoul, et il l’écouta sur l’adhérence au Messie Yéshou'a.

24 Tandis qu’il débattait de justice, de maîtrise de soi, du jugement à venir, Felix frémit. Il répondit et dit : va-t’en pour le moment. Je t’appellerai quand j’en aurai le temps.

25 Cependant il espérait recevoir de Shaoul de l’argent. À cause de cela même, il le convoqua et lui parla assez souvent.

26 Au bout de deux ans, Felix reçut pour successeur Porcius Festus. Pour concéder une faveur aux Juifs, Felix avait laissé Shaoul enchaîné.

*

14 le relèvement des morts pour les justes et pour les injustes : comme il est rapporté : "des multitudes d'endormis dans la poussière de la terre se réveilleront, ceux pour la vie, en pérennité, et ceux-là pour les outrages et l'aversion, en pérennité" (Daniel 12:2).

25 de l'argent : pour lui faire gagner le procès.