26

1 Agrippas dit à Shaoul : il t’est donné de parler pour toi-même. Alors Shaoul, étendant la main, présenta sa défense :

2 de tout ce dont les Juifs me chargent, je me félicite, roi Agrippas, de pouvoir me défendre aujourd’hui devant toi.

3 Tu connais fort bien toi-même toutes les coutumes des Juifs et leurs mahloqet. Aussi je te prie de m’entendre avec longanimité.

4 Comment donc j’ai vécu depuis ma jeunesse, dès le début, au milieu de ma Nation, à Yéroushalayim, tous les Juifs le savent.

5 Ils me connaissent de longue date et peuvent, s’ils le veulent, témoigner de ce que je me suis conduit selon la secte la plus stricte de notre culte, comme un Paroush.

6 Maintenant, sur l’espérance de la promesse faite par HaShem à nos pères, je suis jugé

7 pour ce que nos douze Tribus espèrent impatiemment, nuit et jour, voir survenir, en adorant.

À cause de cette espérance, je suis accusé par des Juifs, roi.

8 Pourquoi est-il jugé incroyable parmi vous qu’HaShem puisse faire se réveiller les morts ?

9 Auparavant, je croyais, certes, devoir lutter fermement contre le nom de Yéshou'a, le Nazarénien ;

10 ce que j’ai fait à Yéroushalayim, où j’ai même enfermé dans les prisons de nombreux consacrés, grâce au pouvoir que j’avais reçu des chefs et des Cohanim Guédolim. Quand ils étaient exécutés, j’apportais mon caillou.

11 Bien souvent, dans toutes les synagogues, j’ai sévi contre eux, je les ai forcés à des blasphèmes. Dans l’excès de ma fureur contre eux, je les ai persécutés même dans des villes du dehors.

12 C’est ainsi que j’allais à Damas avec pleine autorité et sur l’ordre des Cohanim Guédolim.

13 Vers midi, sur la route, j’ai vu, roi, venant du ciel, une lumière plus éblouissante que le soleil resplendir autour de moi et de ceux qui allaient avec moi.

14 Nous sommes tous tombés à terre et j’ai entendu une voix me dire en hébreu : Shaoul, Shaoul, pourquoi me persécutes-tu ? C’est dur pour toi de regimber sous les aiguillons !

15  Mais je dis : qui es-tu, Adôn ? L’Adôn dit : moi, je suis Yéshou'a que toi, tu persécutes.

16 Mais lève-toi, tiens-toi sur tes pieds. Oui, si je me suis montré à toi, c’est pour te choisir comme serviteur, comme témoin, de ce que tu as vu, et de ce que je te montrerai.

17 Je te délivrerai du peuple et des Goyim vers lesquels je t’envoie

18 pour dessiller leurs yeux et qu’ils se détournent des ténèbres vers la lumière, de l’autorité du satân vers HaShem, afin qu’ils obtiennent la remise de leurs fautes et une part de l’héritage, avec les consacrés, par leur émounah en moi.

19 Depuis, roi Agrippas, je n’ai pas été rebelle à la vision du ciel, mais je l’ai annoncée en premier à ceux de Damas,

20 et aussi de Yéroushalayim, à tout le pays de Yéhoudah et aux Goyim : faites téshouvah ! Tournez-vous vers HaShem. Faites des oeuvres dignes de la téshouvah !

21 À cause de cela, des Juifs se sont emparés de moi dans le Temple, et ils ont cherché à me tuer.

22 Mais HaShem a été mon secours jusqu’à ce jour. Je me dresse en témoin en face du petit et du grand ; je n’ai rien dit d’autre que ce que les inspirés ont annoncé devoir arriver, ainsi que Moshé :

23 le Messie devait souffrir et, levé le premier d’entre les morts, annoncer la lumière au peuple et aux Goyim.

24 Tandis qu’il se défendit ainsi, Festus dit d’une voix forte : tu deviens fou, Shaoul ! Tu as bien des lettres, mais elles te font tourner à la folie !

25 Mais Shaoul dit : je ne suis pas fou, très excellent Festus, mais j’énonce des mots de vérité et de bon sens.

26 Oui, le roi est instruit en ces matières, et je lui en parle avec confiance, persuadé que rien ne lui en est caché, car cela ne s’est pas passé dans un recoin.

27 Adhères-tu, roi Agrippas, aux Inspirés ? Je sais que tu y adhères !

28 Agrippas dit à Shaoul : encore un peu, et tu me persuaderais d’agir en messianique !

29 Shaoul dit : puissé-je prier HaShem, que, peu ou prou, non seulement toi, mais encore tous ceux qui m’entendent aujourd’hui vous soyez comme moi, sauf pour ces chaînes.

30 Le roi se leva, avec le procurateur, Bernicè et ceux qui siégeaient auprès d’eux.

31 Ils se retirèrent et se dirent les uns aux autres : cet homme n’a rien fait qui soit passible de mort ou de chaînes.

32 Agrippas dit à Festus : cet homme pourrait être renvoyé en liberté, s’il n’en avait appelé à Caesar.

*

10 grâce au pouvoir que j’avais reçu : les Cohanim Guédolim, qui étaient des Tsadouqim, avaient une telle haine qu'ils faisaient des alliances avec les mauvais P'roushim pour les réduire au silence.

 

j’apportais mon caillou : je donnais mon suffrage contre eux.

 

14 regimber sous les aiguillons : tu te fais beaucoup de tort à te montrer ainsi résistant envers moi.

16 : selon le sens littéral. Autre explication : lève-toi, dans ce monde, tiens-toi sur tes pieds, dans le monde à venir.