9

1 Mais Shaoul respirait encore menace et meurtre contre les talmidim de l’Adôn. Il s’approcha du Cohen Gadol.

2 Il lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas : s’il s’y trouvait des partisans de cette route, hommes ou femmes, il les amènerait liés à Yéroushalayim.

3 Et ce fut en allant, il approcha de Damas. Soudain brilla autour de lui et l’enveloppa une lumière venue du ciel.

4 Il tomba à terre. Il entendit une voix lui parler : Shaoul, Shaoul, pourquoi me persécutes-tu ?

5 Il dit : qui es-tu, Adôn ? Et lui : moi, je suis Yéshou'a, que, toi, tu persécutes.

6 Mais lève-toi, entre en ville. Il te sera dit ce que tu devras faire.

7 Les hommes qui allaient avec lui s’arrêtèrent, muets : ils entendirent bien la voix mais ne virent personne.

8 Shaoul se réveilla de terre. Les yeux ouverts, il ne vit rien. Ils l’amenèrent par la main et le firent entrer à Damas.

9 Il fut trois jours sans voir ; il ne mangea ni ne bu.

10 Or, il était un talmid à Damas du nom de Hananyah. L’Adôn lui dit dans une vision : Hananyah ! Il dit : me voici, Adôn !

11 L’Adôn lui dit : lève-toi. Va dans la rue appelée Droite. Demande, dans la maison de Yéhoudah, un nommé Shaoul, de Tarse. Oui, voici, il prie.

12 Et il voit, en vision, un homme du nom de Hananyah qui entrait, imposait sur lui ses mains pour qu’il puisse voir de nouveau.

13 Hananyah répondit : Adôn, j’ai entendu plusieurs dire sur cet homme combien de mal il a fait à tes consacrés à Yéroushalayim.

14 Ici aussi, il a autorité, par les Cohanim Guédolim, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom.

15 Mais l’Adôn lui dit : va, il est pour moi un instrument de choix, pour porter mon nom en face des Goyim, des rois, et en face des Bnéi Israël.

16 Oui, je lui montrerai moi-même combien il devra souffrir pour mon nom.

17 Hananyah s’en alla. Il entra dans la maison, imposa les mains sur lui et dit : Shaoul ! Frère ! C’est l’Adôn qui m’envoie. Yéshou'a, celui qui s’est montré à toi sur la route dont tu viens, pour que tu voies de nouveau, et que tu sois rempli de rouah hakodesh.

18 Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles : il vit de nouveau. Il se leva, il fut immergé.

19 Il prit de la nourriture et il fut fortifié. Et il était quelques jours à Damas avec les talmidim,

20 et vite il cria de Yéshou'a, dans les synagogues, qu’il est le fils d’HaShem.

21 Tous les auditeurs étaient stupéfaits et dirent : n’est-ce pas celui-là qui outrageait à Yéroushalayim ceux qui invoquent ce nom ? Et c’est pour les amener liés face aux Cohanim Guédolim qu’il est venu ici !

22 Mais Shaoul allait se fortifiant ; il confondit les Juifs qui habitaient Damas, en leur prouvant que celui-là, c’est le Messie.

23 Quand des jours assez nombreux furent remplis, les Juifs se concertèrent pour le mettre à mort.

24 Mais Shaoul eu connaissance de leur complot : ils gardèrent même les portes jour et nuit, pour le mettre à mort.

25 Les talmidim le prirent une nuit ; ils le firent descendre par le rempart dans un panier.

26 Quand Shaoul vint à Yéroushalayim, il chercha à se joindre aux talmidim. Ils frémissaient tous de lui et ne croyaient pas qu’il était un talmid.

27 Mais Bar-Naba le prit et l’amena aux envoyés. Il leur raconta comment, sur la route, il avait vu l’Adôn et qu’il lui avait parlé, et comment, à Damas, il avait parlé courageusement au nom de Yéshou'a.

28  Il était avec eux à aller et venir à Yéroushalayim, parlant courageusement pour l’Adôn.

29 Il parlait et discutait avec les Hellénistes, et ils tentaient de le tuer.

30 Les frères en eurent connaissance ; ils le firent descendre à Césarée et l’envoyèrent à Tarse.

 

31 Alors, pour la communauté, ce fut la paix dans tout Yéhoudah, en Galil et en Shomrôn. Elle se bâtit et avança dans le frémissement de l’Adôn. Au réconfort du rouah hakodesh, elle se multipliait.

32 Et ce fut quand Pétros fit la tournée de tous les lieux, il descendit aussi chez les consacrés qui habitaient Lod.

33 Il trouva là un homme nommé Aïneas. Il était couché sur son grabat depuis voici huit ans : c’était un paralytique.

34 Pétros lui dit : Aïneas, Yéshou'a, le Messie, te rétablit. Lève-toi, fais toi-même ton lit ! Et il se leva à l’instant même.

35 Tous les habitants de Lod et du Sharôn le virent et se tournèrent vers l’Adôn.

36 À Yafo, une talmid avait pour nom Tabitha, c’est-à-dire Dorcas. Elle était pleine des bonnes oeuvres et des tsédakot qu’elle faisait.

37 Et ce fut en ces jours, elle devint infirme et mourut. Ils firent sa toilette et la déposèrent à l’étage.

38 Or Lod est près de Yafo. Les talmidim entendirent que Pétros était là. Ils lui envoyèrent deux hommes qui le prièrent : ne tarde pas à passer jusqu’à nous.

39 Pétros se leva et alla avec eux. À son arrivée, ils le firent monter à l’étage. Toutes les veuves se présentèrent à lui en pleurant. Elles lui montrèrent les tuniques et les vêtements que Dorcas faisait quand elle était avec elles.

40  Pétros jeta tout le monde dehors. Il plia genoux, pria, et se tourna vers le corps. Il dit : Tabitha, lève-toi ! Elle ouvrit les yeux, vit Pétros et se redressa pour s’asseoir.

41 Il lui tendit la main et la fit lever. Il appela les consacrés et les veuves ; il la leur présenta vivante.

42 Ce fut connu en tout Yafo, et beaucoup adhérèrent à l’Adôn.

43 Et c’était Pétros ; il resta de nombreux jours chez un corroyeur du nom de Shim‘ôn.

*

7 ils entendirent bien la voix mais ne virent personne : il est pourtant dit à un autre endroit : "ils virent la lumière, mais n'entendirent pas la voix de qui me parlait" (22:9) ! En vérité, ils entendirent le bruit de la voix mais ne la comprirent pas, et ils virent une lumière surnaturelle sans rien y distinguer.

15 un instrument de choix : par son érudition en Torah et les révélations hassidiques qu'il obtiendra du Rabbi.

en face des Goyim, pour amener des convertis sous les ailes de la Shékhinah, des Rois, qui peuvent amener leurs royaumes à la téshouvah, comme Ninevé au temps de Yonah, et en face des Bnéi Israël, pour les lier au Tsadik de vérité.

pour porter mon nom : mais ne faut-il pas porter la Torah pour amener des convertis ? Mais voici ce qui est dit : "Si je me rapproche du Tsadik, cela serait dommage, car à cause de cela, beaucoup de personnes pourraient ne plus recevoir mon message de revenir vers HaShem Béni Soit-Il ! Mais la Vérité est que se rapprocher et diffuser les paroles du Tsadik sont encore plus élevés que de ramener des gens vers le Judaïsme [sans le Tsadik] […] Je te pardonne le fait que tu ne reçois pas d'invités, et je te pardonne également le fait que tu ne rapproches plus de gens vers le Judaïsme, ce qui compte pour Moi, c'est que tu fasses la circoncision qui surpasse tout le reste. Car la circoncision, c'est la base de tout, c'est l'Alliance entre nous et le Créateur. De la même manière le Tsadik est comparé à l'Alliance car il l'a garde d'une façon parfaite […] Le Tsadik pur de toute faute est le représentant de cette Alliance, car lui seul a mérité de ne jamais la souiller. Il est donc le fondement du monde et s'attacher à lui est supérieur à tout […] Car cet attachement est la racine de toutes les mitsvot" ("L'Attachement au Tsadik véritable", Breslev). Ainsi l'enseignement et le rapprochement à la Torah et aux mitsvot fait suite à la diffusion du Tsadik et à son rapprochement.

​​