16

1 Il dit aussi aux talmidim : un homme est riche ; il a un gérant. Ce dernier est accusé auprès de lui de dilapider ses biens.

2 Il l’appelle et dit : qu’est-ce que j’entends dire de toi ! Rends compte de ta gérance ; tu ne peux plus être encore gérant.

3 Le gérant se dit en lui-même : que ferai-je quand mon Adôn m’aura enlevé ma gérance ? Piocher ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’en ai honte.

4 Mais je sais ce que je ferai pour qu’ils m’accueillent dans leurs maisons quand je serai écarté de ma gérance.

5 Il appelle chacun des débiteurs de son Adôn et dit au premier : combien dois-tu à mon Adôn ?

6 Il dit : cent bats d’huile. Il lui dit : prends ton acte, assieds-toi, et écris cinquante.

7 Ensuite, il dit à un autre : et toi, combien dois-tu ? Il dit : cent kors de blé. Il lui dit : prends ton acte et écris quatre-vingt.

8 L’Adôn louange le gérant d’iniquité d’avoir agi avec sagacité. Les fils de cette ère sont plus sagaces que les fils de la lumière envers leur âge.

9 Je vous dis : faites-vous des amis avec le Mamôn d’iniquité, pour qu’ils vous accueillent, quand il manquera, dans les tentes de la pérennité.

10 Fidèle pour peu, fidèle aussi pour beaucoup ! Inique pour peu, inique aussi pour beaucoup !

11 Aussi, si vous n’êtes pas fidèles avec le Mamôn inique, qui donc vous confiera le vrai ?

12 Si vous n’êtes pas fidèles pour ce qui est étranger, ce qui est vôtre, qui vous le donnera ?

13 Nul domestique ne peut servir deux Adôn. Oui, ou bien il hait l’un et aime l’autre ; ou bien il s’attache à l’un et méprise l’autre. Vous ne pouvez pas servir HaShem et Mamôn.

14 Alors, les P'roushim, qui aimaient l’argent, entendirent tout cela et se raillaient de lui.

15 Il leur dit : vous vous justifiez en face des hommes, mais HaShem connaît votre cœur. Ce qui est suprême pour les hommes est en abomination aux faces d’HaShem.

16 La Torah et les Inspirés, jusqu’à Yohanân. Depuis lors, le Royaume d’HaShem est annoncé, et chacun le force.

17 Mais il est plus facile au ciel et à la terre de passer, qu’à un seul trait de la Torah de tomber.

18 Qui répudie sa femme et en épouse une autre, il adultère ; et qui épouse une répudiée par son mari, il adultère.

 

19 un homme est riche, vêtu de pourpre et de lin fin. Il festoie chaque jour brillamment.

20 Un pauvre du nom d’Èl‘azar est jeté sur le seuil de sa porte, couvert d’ulcères.

21 Il aspire à se rassasier des tombées de la table du riche, mais même les chiens viennent lécher ses ulcères.

22 Et c’est le pauvre qui meurt. Il est transporté par les messagers dans les plis d’Avrahâm. Le riche meurt aussi et il est enseveli.

23 Au shéol il lève les yeux, se trouvant dans les tourments. De loin, il voit Avrahâm avec Èl‘azar dans ses plis.

24 Il crie et dit : père Avrahâm, matricie-moi ! Envoie Èl‘azar ! Qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau

et me rafraîchisse la langue, parce que je suis supplicié dans cette flamme.

25 Avrahâm dit : enfant, souviens-toi : tu as reçu tes biens pendant ta vie ; et Èl‘azar en même temps, des maux. Maintenant, ici, il est réconforté, et toi dans la souffrance.

26 Pourtant, un grand abîme existe entre nous et vous. Ceux qui voudraient passer d’ici vers vous ne le pourraient pas, ni traverser de là-bas vers nous.

27 Il dit : je te prie donc, père, de l’envoyer dans la maison de mon père.

28 Oui, j’ai cinq frères. Qu’il témoigne auprès d’eux, qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourment.

29 Avrahâm dit : ils ont Moshé et les inspirés ! Qu’ils les écoutent !

30 Il dit : non, père Avrahâm ! Mais si un de chez les morts allait vers eux, ils feraient téshouvah.

31 Il lui dit : s’ils n’entendent pas Moshé et les inspirés, même si un de chez les morts se relevait, ils ne seraient pas convaincus !

*

8 : l'Adôn louangea l'intelligence et la sagesse du gérant, lui permettant de préparer son futur.

Les fils de cette ère... : ceux qui ne vivent que pour ce monde sont plus sages que ceux qui sont destinés à la vie éternelle, car les premiers planifient leur futur ici-bas avec sagesse, tandis que les seconds ne se préparent pas de la bonne manière.

9 faites-vous des amis avec le Mamôn d’iniquité : donnez la tsédaka avec les biens que vous possédez dans ce monde en apparence injuste.

 

pour qu’ils vous accueillent : afin que cette tsédaka vous donne du mérite.

 

quand il manquera : quand vous quitterez ce monde, et qu'il deviendra impossible de réaliser cette mitsvah.

 

dans les tentes de la pérennité : dans la vie éternelle.

11 : mais si vous ne gérez pas de bonne façon vos biens ici-bas en en donnant à la tsédaka, comment pouvez-vous espérer recevoir des récompenses dans le Monde qui vient ?

12 : si vous ne gérez pas de bonne façon les biens de ce monde qui ne sont que vanités, comment espérez-vous savoir gérer les biens véritables du Monde qui vient ?

16 jusqu’à Yohanân : la Torah et les Prophètes concluent par la venue d'Eliyahou, comme il est dit : "voici Je vous enverrai Eliyahou le prophète, avant que le Jour d'HaShem arrive, ce jour grand et terrible" (Malakhi/Malachie 4:5), et dont Yohanân possède la rouah. Autre explication : il est écrit dans la Guémara : "Rabbi Hiya bar Abba a dit : tous les prophètes ont prophétisé uniquement pour les jours du Messie" (Shabbat 63a), ce qui signifie pour l'ère messianique propice à sa venue, et Yohanân se trouvait aux prémices de cette ère, ainsi qu'une autre Guémara le rapporte : "le monde durera six mille ans : deux mille ans de tohou, deux mille ans de Torah et deux mille ans de jours du Messie" (Sanhédrîne 97a).

 

chacun le force : le Royaume des Cieux est forcé, il est pris à parti par les ennemis d'Israël, et les forts s'en emparent, tel Hérode qui, emprisonnant Yohanân, s'est emparé de l'annonceur du Royaume.

17 : cependant, le Royaume ne peut être pénétré que par la Torah, qui demeure en pérennité, et tous ceux qui cherchent le Royaume sans la Torah passeront.

18 : allusion à Hérode Antipas qui avait répudié sa femme. Lui qui transgresse la colonne de la Torah, qui est le couple, et force violemment les annonceurs du Royaume, comment peut-il espérer y entrer ? A moins de ne faire téshouvah, il passera comme les Cieux et la Terre.

22 les plis d’Avrahâm : comme dans : "Il y a un homme nommé Adda bar Ahava là-bas. Aujourd'hui, il est assis sur les genoux d'Avrahâm notre père" (Kiddoushîn 72a et b), synonyme de Gan 'Eden, où les âmes attendent la résurrection.

23 les tourments : le shéol étant le nom d'un compartiment de la géhenne.

25 : ses souffrances lui ont expié ses fautes, tandis que toi tu as consommé ton peu de mérites dans ce monde.

26 : en attendant l'époque de la résurrection.