2

1 En ce temps-là parut un édit de Caesar Augustus, pour recenser toute la terre.

2 Ce recensement advint avant que Quirinius fut gouverneur de Syrie.

3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.

4 Yossef aussi monta de la Galil, de la ville de Natsérèt, vers Yéhoudah, vers la ville de David, appelée Beit Léhèm, parce qu'il était de la maison de David et de son clan.

5 Il se fit recenser avec Myriam, qui lui était mékoudéshèt, et qui était enceinte.

6 Pendant qu'ils étaient là, les jours de son enfantement arrivèrent,

7 et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une mangeoire, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la salle.
8 Des bergers étaient là, dans ce pays, vivaient aux champs et gardaient, aux veilles de la nuit, leur troupeau

. 9 Et voici, un messager de l'Adôn leur apparut, et la gloire de l'Adôn resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur. 10 Le messager leur dit : N'ayez pas peur ! Oui, voici, je vous annonce une grande joie qui sera pour tout le peuple :

11 Il est né pour vous aujourd'hui un sauveur. C'est le Messie d'HaShem, dans la ville de David.

12 Et voici pour vous le signe : vous trouverez un nourrisson emmailloté et couché dans une mangeoire.

13 Et soudain il se joignit au messager une multitude de l'armée des Cieux, louant HaShem et disant:
14 Gloire à HaShem dans les Hauteurs, et shalom sur Terre aux hommes de bon gré !

15 Lorsque les messagers les eurent quittés pour retourner vers les Cieux, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons jusqu'à Beit Léhèm, et voyons ce qui est arrivé, ce que l'Adôn nous a fait connaître.

16 Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Myriam et Yossef, avec le nourrisson couché dans une mangeoire.

17 Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant.

18 Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers.

19 Myriam gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur.

20 Et les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant HaShem pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé.
21 Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Yéshou'a, nom qu'avait indiqué le messager, avant que sa mère ne l'eût conçu dans son ventre.
22 Les jours de leur purification se remplirent, selon la Torah de Moshé, et ils l'amenèrent à Yéroushalayim pour le présenter à HaShem

23 comme il est écrit dans la Torah d'HaShem : Tout mâle premier-né sera consacré à HaShem,

24 et pour donner une offrande, selon ce qui est dit dans la Torah d'HaShem : une paire de tourterelles ou deux petites palombes.
25 Et voici, il y avait un homme à Yéroushalayim appelé Shim'ôn. Cet homme était tsadik et hassid, il attendait le réconfort d'Israël, et la rouah hakodesh était en lui.

26 Or, la rouah l'avait averti qu'il ne verrait pas la mort sans avoir vu le Messie d'HaShem.

27 Il vint par la rouah au Temple. Et, comme les parents faisaient entrer le petit enfant Yéshou'a pour faire de lui selon la coutume de la Torah,

28 il le pris dans ses bras, bénit HaShem, et dit:
29 Maintenant Tu peux renvoyer Ton serviteur en paix, Maître, selon Ton dire.
30 Car mes yeux ont vu Ta yéchou'a,
31 que Tu as préparé devant tous les peuples,
32 une lumière pour dévoiler aux Goyim, une gloire pour Ton peuple Israël.
33 Son père et sa mère s'étonnaient des choses qu'on disait de lui.

34 Shim'ôn les bénit, et dit à Myriam, sa mère : Voici, il est établi pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël, et pour signe de contestation.

35 Toi, l'épée te transpercera l'être, afin que soient découvertes les ruminations de bien des cœurs.

36 Une prophétesse était là, Hannah bat Penouèl, de la Tribu d'Ashèr. Elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu avec son mari sept ans après sa virginité.

37 Puis elle était devenue veuve jusqu'à quatre vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le Temple, et dans le jeûne et les implorations, elle servait jour et nuit.

38 Étant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle glorifiait HaShem, et elle parlait du petit enfant à tous ceux qui attendaient la rédemption de Yéroushalayim.
39 Lorsqu'ils eurent tout réalisé selon la Torah d'HaShem, ils revinrent en Galil, dans leur ville, Natsérèt.

40 Or, l'enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce d'HaShem était sur lui.
41 Ses parents allaient chaque année à Yéroushalayim, pour la Fête de Péssah.

42 Lorsqu'il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la Fête.

43 Les jours terminés, ils s'en retournèrent. Yéshou'a, l'enfant, resta à Yéroushalayim. Ses parents n'en prirent pas connaissance.

44 Pensant qu'il était dans la caravane, ils firent une journée de chemin, puis le cherchèrent parmi leurs proches et leurs connaissances.

45 Mais, ne l'ayant pas trouvé, ils retournèrent à Yéroushalayim pour le chercher.

46 Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des Rabbis, les écoutant et les interrogeant.

47 Tous ceux qui l'entendaient étaient stupéfaits par son intelligence et de ses réponses.

48 Quand ils le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse.

49 Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas ? Il faut que je sois en ce qui est de mon Père.

50 Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait.

51 Puis il descendit avec eux pour aller à Natsérèt, et il leur était soumis. Sa mère gardait tout cela dans son cœur.
52 Et Yéshou'a croissait en sagesse, en stature, et en grâce, aux yeux d'HaShem et des hommes.

*

2 advint avant : ici, le mot grec πρώτη est à lire "antérieurement, avant" et non "premier", comme dans : "Celui qui vient après moi m'a précédé, car il est antérieur à moi" (Yohanân/Jean 1:15).

4 Beit Léhèm : ce qui signifie "la maison du pain". La Torah est comparée au pain, et cette ville donna naissance à David et au Roi Messie, qui nourrissent le monde entier de leur Torah.

la maison de David et de son clan : il était non seulement de famille Davidique, mais également un descendant mâle, de père en fils, depuis David, donc digne de la royauté.

7 parce qu'il n'y avait pas de place : Yéshou'a est né durant les Fêtes du mois du Tishri, et toutes les auberges étaient pleines en ce temps-là de gens qui montaient ensuite à Yéroushalayim pour les Rendez-Vous sacrés.

9 la gloire de l'Adôn resplendit autour d'eux : de la même manière que pour Moshé, la lumière Divine resplendit, comme il est dit : "La maison tout entière, à sa naissance, s’est emplie de lumière" (Sotah 12a, Rachi sur Shémot/Exode 2:2).

19 Myriam gardait toutes ces choses : à l'instar de Ya'aqov avinou, qui "garda cette chose" (Béréshit/Genèse 37:11), à propos des rêves de Royauté de son fils Yossef : "Il a l’attendu en espérant qu’il se réaliserait, comme dans « qui garde (shomér) la fidélité » [c’est-à-dire : qui garde espoir en l’accomplissement de la promesse »] (Yesha’yahou/Isaïe 26, 2 et Rachi dessus)" (Rachi sur Béréshit/Genèse 37:11).

21-22 Le huitième jour [...] Les jours de leur purification se remplirent : comme il est écrit : "HaShem parla à Moshé pour dire : parle aux Bnéi Israël en disant : une femme qui est ensemencée et enfante un mâle, sera fermée sept jours. Selon les jours de menstrue en sa dolence, elle sera fermée. Le huitième jour, la chair de son prépuce sera circoncise. Durant trente-trois jours, la mère habitera dans le sang de sa purification. Elle ne touchera aucun consacré et elle ne viendra pas au Sanctuaire, avant de remplir les jours de sa purification" (Vayiqra/Lévitique 12:1-4).

Torah de Moshé : ici il est parlé de "la Torah de Moshé" puis après de "la Torah d'HaShem". Pourquoi ? Car la Torah, qui vient d'HaShem, a été donnée à Moshé et à Israël, et elle ne se trouve plus dans les Cieux. Ainsi, la halakha, la loi qui est liée sur Terre lie également le Ciel, et la halakha qui est déliée sur Terre délie également celle dans le Ciel.

23 comme il est écrit : "HaShem parla à Moshé en disant : consacre-Moi tout premier-né ouvrant la matrice" (Shémot/Exode 13:1-2).

24 selon ce qui est dit : "Voici la Torah de qui a enfanté un mâle ou une femelle. Si sa main ne trouve pas assez pour un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux petites palombes, un pour holocauste et un pour expiation. Le Cohen l'absoudra et elle sera purifiée" (Vayiqra/Lévitique 12:7-8).

25 tsadik et hassid : il était non seulement juste par sa pratique des mitsvot de la Torah exemplaire, mais était pieux puisqu'il allait même au-delà de ce que la loi demandait, ce qui en a résulté que la "rouah hakodesh était en lui".

32 une lumière pour dévoiler aux Goyim : comme il est dit : "Je t'établis pour être la lumière des Goyim" (Yésha'yahou/Isaïe 49:6).

 

une gloire pour Ton peuple Israël : "Le germe d'HaShem aura de la magnificence et de la gloire"(Yésha'yahou/Isaïe 4:2).

34 il est établi... : ainsi qu'il est écrit : "Me voici, Je fonde en Tsiôn une pierre, une pierre d'examen, angle de cherté, fondé au fondement. L'adhérent ne s'y hâtera pas" (Yésha'yahou/Isaïe 28:16).

35 Toi : Toi, petit enfant, la Torah, qui est comparée à une épée (Téhilim/Psaume 149:6, avec Rachi et Ibn Ezra), s'étendra dans tout ton être, afin que les personnes qui s'attacheront à toi soient mises à nue par ton intermédiaire et puissent faire téshouvah, se repentir convenablement (Lettre envoyée aux Hébreux, 4:12).

36 sept ans : une version syriaque dit 'sept jours'.

 

prophétesse : Il ne s'agissait pas d'une véritable prophétesse mais d'une Juste qui possédait la rouah hakodesh, lui permettant de percevoir certaines choses, car "Nos Maîtres ont enseigné : depuis que sont morts les derniers prophètes, Haggaï, Zékharyah et Malakhi, l'esprit prophétique s'est retiré d'Israël, mais on n'en a pas moins eu recours à un écho de la Voix Divine" (Sanhédrîn 11a). Pour comprendre la grandeur de cette Tsadékette, voici ce qui est rapporté : "la Torah mène à la prudence, la prudence au zèle, le zèle à la propreté, la propreté à l'ascèse, l'ascèse à la pureté, la pureté à la piété, la piété à l'humilité, l'humilité à la crainte, la crainte à la sainteté, la sainteté à l'esprit de prophétie, l'esprit de prophétie au pouvoir de résurrection des morts" ('Avoda Zara 20b).

36-37 : cette femme pieuse agit à l'instar de Yéhoudit, veuve de Ménashé, et qui jeûnait tous les jours de son veuvage, à l'exception des jours saints d'Israël.

42 Lorsqu'il fut âgé de douze ans : une ou deux années avant l'âge de la bar-mitsvah (treize ans pour les garçons), on commençait à habituer les jeunes à la pratique des mitsvot de la Torah (Mishna Yomah, 8:4). De plus, douze ans est l'âge considéré habituellement comme celui de la puberté pour un garçon (Bérakhot 24a).

 

selon la coutume de la Fête : comme il est écrit : "Trois fois par année, tous les mâles d'entre vous se présenteront devant HaShem ton E.lohim, dans le lieu qu'Il choisira : à la Fête des Matsot, à la Fête de Shavouôt, et à la Fête de Soukkot" (Dévarim/Deutéronome 16:16).

46 Au bout de trois jours : Yéshou'a n'aurait-il dû pas être puni pour avoir causé cette souffrance à ses parents durant trois jours ? Non, car il étudiait la Torah durant tout ce temps, avec nos Maîtres, et un homme n'est pas puni pour le manquement à l'observation de la mitsvah d'honorer ses parents à cause de l'étude de Torah. Nous apprenons cela de l'histoire de Ya'aqov notre père : Yossef a été séparé de son père durant vingt-deux ans. Or, selon la Torah orale, Ya'aqov a passé quatorze ans à la yéshiva (l'Académie) de Shem et 'Evèr, vingt ans auprès de Lavân, et deux ans sur le chemin du retour. Il a donc été séparé de son père durant trente-six ans. Mais HaShem agit mesure pour mesure et Yossef a été séparé de lui que durant vingt-deux ans. Cela prouve donc que le Créateur n'a pas repris Ya'aqov pour les quatorze ans où il a étudié la Torah ! (Méguilah 17a).

Midrash : Il y a néanmoins eu une conséquence à cela. En effet, il est dit qu'il en résulta une grande angoisse pour ses parents. Or, le shéol est qualifié d'angoissant (Loucas/Luc 16:24 et 25). Mesure pour mesure, puisque ses parents souffrirent l'angoisse durant trois jours et trois nuits, le Roi Messie passa trois jours et trois nuits dans le sein de la Terre, au lieu d'une journée (Première Lettre envoyée par Shi'môn, 3:19). En effet, les cycles de trois jours résultent de défaillances, comme pour Yonah le prophète qui resta dans le sein du poisson trois jours et trois nuits, à la suite de son refus, ou encore comme il est dit : "Dans leur angoisse, ils Me rechercheront. Allez, retournons à HaShem ! [...] le troisième jour, Il nous relèvera" (Hoshé'a/Osée 5:15, 6:1 et 2), ou encore : "il les rassembla en prison pour une période de trois jours" (Béréshit/Genèse 42:17). Yéshou'a aurait dû se relever des morts le lendemain de sa condamnation, pour le premier jour du 'omer, soit le sixième jour de la semaine après Shabbat.

51 gardait tout cela dans son cœur : comme Ya'aqov qui gardait les paroles de son fils Yossef dans son cœur et qui les méditait (Béréshit/Genèse 37:11).