22

1 Elle approcha, la fête des Matsot, dite Pessah.

2 Les Cohanim Guédolim et les Sof'rim cherchèrent comment le supprimer. Oui, ils frémissaient du peuple.

3 Et le satân entra en Yéhoudah, appelé l’homme de Qériot, au nombre des douze.

4 Il s’en alla et se concerta avec les Cohanim Guédolim et les stratèges : comment le leur livrer ?

5 Ils s’en réjouirent et convinrent de lui donner de l’argent.

6 Il fut d’accord, chercha une occasion de le leur livrer, sans la foule.

 

7 Survint le jour des Matsot, où le Pessah était sacrifié.

8 Il envoya Pétros et Yohanân et dit : allez et préparez le Pessah. Nous le mangerons.

9 Ils lui dirent : où désires-tu que nous le préparions ?

10 Il leur dit : voici, comme vous entrerez dans la ville, un homme porteur d’une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le dans la maison où il entrera.

11 Vous direz au patron de la maison : le Rabbi te dit : où est la salle où manger le Pessah avec mes talmidim ?

12 Il vous montrera à l’étage une vaste salle ornée de tapis. Là, vous préparerez tout.

13 Ils s’en allèrent et trouvèrent ce qu’il leur avait dit. Ils préparèrent le Pessah.

14 Quand l’heure arriva, il s’allongea avec ses envoyés.

15 Il leur dit : j'ai désiré de désir manger avec vous ce Pessah avant de souffrir.

16 Oui, je vous dis : je ne le mangerai plus jamais, jusqu’à ce qu’il soit accompli au royaume d’HaShem.

17 Il prit une coupe, remercia et dit : prenez ceci et partagez-le entre vous.

18 Oui, je vous dis : je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, avant que vienne le royaume d’HaShem.

19 Il prit le pain, remercia, partagea, leur donna et dit : ceci est le corps, le mien, donné pour vous. Cela, faites-le en mémoire de moi.

20 Et de même pour la coupe après le dîner, il dit : cette coupe est l'alliance renouvelée en mon sang, pour vous versée.

21 Cependant, voici la main de qui me livre, avec moi sur la table.

22 Oui, le ben Adâm va comme c’est fixé. Pourtant, oïe, cet homme-là par qui il est livré !

23 Ils commencèrent à discuter entre eux : qui pourrait bien être, parmi eux, celui qui allait faire cela ?

24 Et c’était encore une contestation parmi eux : qui d’eux semblait être le plus grand ?

25 Il leur dit : les rois des Goyim sont leurs maîtres, et ceux qui exercent sur eux l’autorité sont appelés 'bienfaiteurs'.

26 Pour vous, qu’il n’en soit pas ainsi ; mais que le plus grand parmi vous devienne comme le plus jeune, le dirigeant comme celui qui sert.

27 Oui, quel est le plus grand ? Celui qui s’étend à table, ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui s’étend à table ? Mais moi, parmi vous, je suis comme celui qui sert.

28 Vous, vous êtes ceux qui sont restés avec moi dans mes épreuves.

29 Et moi, je dispose pour vous de ce que mon Père a disposé pour moi : un Royaume,

30 afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon Royaume, et que vous siégiez sur des trônes, pour juger les douze Tribus d’Israël.

31 Shim‘ôn, Shim‘ôn ! Voici, le satân vous réclame pour vous cribler comme du blé !

32 Mais moi, j’ai prié pour toi, que ta émounah ne manque pas. Toi-même, étant revenu, fortifie tes frères.

33 Il lui dit : Adôn, je suis prêt à aller avec toi en prison et à la mort.

34 Il dit : je te dis, Pétros, le coq n’aura pas chanté aujourd’hui que, trois fois, tu aies nié me connaître.

35 Il leur dit : quand je vous ai envoyés sans bourse, ni besace, ni sandales, avez-vous été privés, et de quoi ? Ils dirent : de rien !

36 Il leur dit : mais maintenant, qui a une bourse la prenne, et de même une besace. Et qui n’en a pas vende son vêtement pour acheter une épée.

37 Oui, je vous dis : il est nécessaire que ce qui est écrit s’accomplisse en moi : il a été compté parmi les 'sans-Torah'. Aussi bien, ce qui me concerne touche à sa fin.

38 Ils dirent : Adôn, voici, là, deux épées. Il leur dit : c'est assez.

 

39 Il sortit et alla, selon son habitude, vers le mont des Oliviers. Ses talmidim aussi le suivirent.

40 Étant sur le lieu, il leur dit : priez pour ne pas entrer dans l’épreuve.

41 Il se sépara d’eux, à un jet de pierre. Il plia genoux et pria pour dire :

42 Père, si Tu veux, éloigne cette coupe loin de moi. Pourtant, non pas mon vouloir, mais le Tien !

43 Un messager lui apparut du ciel et le réconforta.

44 Il entra en agonie et pria plus ardemment. Sa sueur devint comme des gouttes de sang tombant à terre.

45 Il se leva de la prière, il vint vers ses talmidim et les trouva assoupis de tristesse.

46 Il leur dit : pourquoi dormez-vous ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer dans l’épreuve.

 

47 Il parla encore et voici une foule. Ledit Yéhoudah, l’un des douze, vint devant eux. Il approcha de Yéshou'a pour l’embrasser.

48 Mais Yéshou'a lui dit : Yéhoudah, d’un baiser tu livres le ben Adâm !

49 Autour de lui, ils virent ce qui allait arriver et dirent : Adôn, si nous frappions de l’épée ?

50 L’un d’eux frappa le serviteur du Cohen Gadol et lui enleva l’oreille droite.

51 Yéshou'a répondit et dit : laissez ! Jusque-là ! Il toucha l’oreille et le rétablit.

52 Yéshou'a dit à ceux qui étaient venus jusqu’à lui, les Cohanim Guédolim, les stratèges du Temple, les Anciens : comme pour un bandit, vous êtes sortis avec des épées et des bâtons.

53 Chaque jour, j’étais avec vous dans le Temple, et vous n’avez pas tendu les mains contre moi. Mais c’est votre heure et la puissance des ténèbres.

54 Ils s’emparèrent de lui, le conduisirent et le firent entrer dans la maison du Cohen Gadol. Pétros suivit de loin.

 

55 Ils avaient allumé un feu au milieu de la cour et étaient assis ensemble. Pétros s’assit au milieu d’eux.

56 Une servante le vit assis près de la flambée. Elle le dévisagea et dit : lui aussi était avec lui !

57 Mais il nia et dit : je ne sais qui il est, femme !

58 Peu après, un autre le vit et dit : toi aussi, tu en es ! Mais Pétros dit : homme, je n’en suis pas !

59 À une heure d’écart environ, un autre insista et dit : vrai, celui-là aussi était avec lui ! Oui, c’est aussi un Galiléen.

60 Mais Pétros dit : homme, je ne sais pas de quoi tu parles. Il parla encore, quand, soudain, un coq chanta.

61 L’Adôn se tourna, fixa Pétros, et Pétros se rappela la parole de l’Adôn, qui lui avait dit : avant que le coq chante, aujourd’hui, tu m’auras renié trois fois.

62 Il sortit dehors et pleura amèrement.

63 Les hommes qui le détenaient le bafouèrent et le battirent.

64 Ils le couvrirent d’un voile et l’interrogèrent pour dire : sois inspiré ! Qui t’a frappé ?

65 Et ils dirent contre lui de nombreux autres blasphèmes.

 

66 Et ce fut le jour. Les Anciens du peuple, les Cohanim Guédolim et les Sof'rim se rassemblèrent et l’emmenèrent devant leur Sanhédrîn.

67 Ils dirent : si tu es le Messie, dis-le nous ! Il leur dit : si je vous le dis, vous n’adhérerez pas.

68 Et si je vous questionnais, vous ne répondriez pas.

69 Désormais, le ben Adâm siégera à la droite de la Puissance d’HaShem.

70 Ils dirent tous : toi, tu es donc le fils d’HaShem ? Il leur dit : vous dites que moi, je le suis.

71 Ils dirent : qu’avons-nous encore besoin de témoignages ? Oui, nous-mêmes nous l’avons entendu de sa bouche.

*

3 le satân entra en Yéhoudah : un homme ne pèche que si un vent de folie entre en lui (Sotah 3a).

5 lui donner de l’argent : il est enseigné : ""Il a pris la bourse de pièces d'argent avec Lui", et "pièces d'argent" n'est rien d'autre que les Tsadikim" (Sanhédrîn 96b), ce qui signifie qu'HaShem reprend de ce monde les âmes des Tsadikim. De même que cela eu lieu avant la destruction du Premier Temple, de même cela se passa avant la destruction du Second Temple, où beaucoup de Tsadikim, dont les talmidim du Rabbi, furent repris. HaShem utilise des personnes sans mérites pour accomplir Ses jugements. Mesure pour mesure, puisqu'il prenait dans la bourse, il fut utilisé par le Saint Béni Soit-il pour qu'Il prenne Son argent.

7 : voici comment tu dois comprendre la chronologie : le 13 Nissân, troisième jour de la semaine, les talmidim du Rabbi ont sacrifié et préparé le Pessah, dans l'après-midi, comme cela existait : "si la victime pascale a été sacrifiée le matin du quatorze Nissân ; mais pas en son propre nom, Rabbi Yehoshou'a considère le sacrifice comme valide, comme s'il avait été fait le treize Nissân" (Mishnah Zévahim 1:3 et Tossefta Péssahim 4:8). Le soir, soit le début du 14 Nissân, ils ont fait le séder de Pessah, ce qui était autorisé selon certains de nos Maîtres à postériori, et qui était appelé par certains le premier jour des Matsot : "l'académie de Rabbi Ishmaël a enseigné : nous avons trouvé que le 14ième jour est appelé "premier", comme il est écrit : "le premier, le quatorzième jour du mois"" (Pessahim 5a). Le lendemain, matin du 14 Nissân, il fut arrêté, jugé et mis à mort. On le dressa à la troisième heure, et mourut à la neuvième heure. Le soir, début du 15 Nissân, commença le Yom Tov, Pessah. Le lendemain, sixième jour de la semaine, elles achetèrent des aromates et les préparèrent. Puis survint le Shabbat, septième jour, durant lequel le Rabbi se réveilla d'entre les morts, vers la neuvième heure, accomplissant le signe des "trois jours et trois nuits". Le tombeau vide ne fut cependant découvert que au matin, tôt, du premier jour de la semaine.

17 Il prit une coupe : Il s'agit de la deuxième coupe du Séder. En effet, le Rabbi parle à ce moment-là de la venue du Royaume d'HaShem, et dans la Haggadah de Péssah, nous disons juste avant de boire la seconde coupe : "Nous te remercierons avec un chant nouveau pour notre Rédemption et pour la délivrance de nos âmes. Tu es Source de Bénédictions HaShem, qui a libéré Israël".

19 il prit le pain : Ceci fait référence au Tsafoune, quand l'Afikomân est prise puis partagée entre les membres de la maison, en souvenir du qorbân Péssah. Or, Yéshou'a est appelé "le qorbân d'HaShem".

20 pour la coupe après le dîner : Il s'agit de la troisième coupe, sur laquelle on récite la bénédiction. Yéshou'a, en prenant cette coupe, fait référence au Pacte renouvelé dans son sang, et dans la Haggadah il est écrit à propos de cette coupe : "Je lève la coupe des yéshou'ôt, et j'invoque le Nom d'HaShem".

31 pour vous cribler comme du blé : pour juger si vous être digne de ce que je veux vous donner à l'avenir.

32 étant revenu : il lui prophétisait par allusion, afin de ménager son honneur, qu'il chuterait puisqu'il ferait téshouvah. N'ayant pas compris, le Rabbi l'avertit alors de façon claire.

37 : Yésha'yahou/Isaïe 53:12.

70 fils d’HaShem : expression synonyme de "Roi Messie".