7

1 Les P'roushim et quelques Sof'rim venus de Yéroushalayim se rassemblèrent auprès de lui.

2 Ils virent que quelques-uns de ses talmidim, avec les mains souillées, c’est-à-dire non lavées, mangeaient du pain.

3 Oui, les P'roushim et tous les Juifs tiennent à la Tradition des Anciens et ne mangent pas sans s’être lavé les mains jusqu’au poignet.

4 En revenant du marché, ils ne mangent pas sans s’être aspergés. Et encore, beaucoup de ce qu’ils ont reçu, ils s’y tiennent : immersion des coupes, des cruches et des ustensiles en bronze.

5 Les P'roushim et les Sof'rim l’interrogèrent : pourquoi tes talmidim ne marchent-ils pas selon la Tradition des Anciens, mais, avec des mains souillées, mangent le pain ?

6 Il leur dit : Yésha'yahou a bien été inspiré sur vous, hypocrites, ainsi qu’il est écrit :

7 ce peuple me glorifie des lèvres, mais leur cœur est loin de Moi. Ils Me rendent un culte vain. Les enseignements qu’ils enseignent ne sont que misvot apprises des hommes !

8 Vous laissez la misvah d’HaShem et vous tenez à la Tradition des hommes.

9 Il leur dit : vous avez bel et bien rejeté l’ordre d’HaShem pour garder votre propre Tradition.

10 Oui, Moshé l’a dit : glorifie ton père et ta mère et : qui maudit père ou mère sera mis à mort, à mort.

11 Et vous, vous dites : si un homme dit au père ou à la mère : est qorbân, c’est-à-dire 'présent pour HaShem', ce qui, de mon bien, aurait pu t’être utile,

12 vous ne le laissez plus rien faire en faveur du père et de la mère.

13 Vous annulez la Parole d’HaShem par votre propre Tradition que vous nous transmettez. Et vous en faites beaucoup de semblables.

14 Il appela à nouveau la foule et leur dit : entendez-moi tous et comprenez !

15 Rien de ce qui entre du dehors dans l’homme ne peut le souiller. Mais ce qui sort de l’homme souille l’homme.

16 Qui a des oreilles pour entendre entende.

17 Quand il entra à la maison, loin de la foule, ses talmidim l’interrogèrent sur l’exemple.

18 Il leur dit : alors vous êtes, vous aussi, sans discernement ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre du dehors, dans l’homme, ne peut le souiller ?

19 Parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans le ventre, et s’évacue dans les lieux privés, nettoyant toutes les nourritures.

20 Il dit : ce qui sort de l’homme, c’est cela qui souille l’homme.

21 Oui, du dedans, du cœur des hommes, émanent les mauvaises ruminations : puteries, vols, meurtres,

22 adultères, amour du profit, crimes, fraude, débauche, ayîn harâ, blasphème, orgueil, folie.

23 Toutes ces perversions émanent du dedans et souillent l’homme.

24 De là il se leva et s’en alla aux frontières de Tsor. Il entra dans une maison. Il voulait que personne ne le sache. Mais il ne put être caché.

 

25 Et, aussitôt, une femme l’entendit, dont la petite fille avait un souffle impur. Elle vint et tomba à ses pieds.

26 La femme était une Hellène, une Syro-Phénicienne de race. Elle lui demanda de jeter le démon hors de sa fille.

27 Il lui dit : laisse les enfants se rassasier d’abord. Non, il n’est pas beau de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiots.

28 Elle répondit et lui dit : oui, Adôn, mais les chiots, sous la table, mangent des miettes des enfants.

29 Il lui dit : à cause de cette parole, va. Le démon est sorti de ta fille.

30 Elle s’en alla à sa maison. Elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.

 

31 À nouveau, il sortit des frontières de Tsor. Il vient par Tsidôn vers la mer de Galil, au milieu des frontières des Dix-Villes.

32 Et voici, ils lui amenèrent un sourd qui s’exprimait avec difficulté. Ils le supplièrent d’imposer sur lui sa main.

33 Il le prit, l’éloigna de la foule, à part : il jeta ses doigts sur ses oreilles, cracha et lui toucha la langue.

34 Il leva le regard vers le ciel, gémit et lui dit : ephphatha, c’est-à-dire : ouvre-toi.

35 Vite, ses oreilles s’ouvrirent, se délia le lien de sa langue : il parla droit.

36 Il leur défendit d’en parler à quiconque ; mais plus il le leur défendit, plus ils le clamaient d’abondance.

37 Ils furent frappés surabondamment. Ils disaient : il fait bien tout : il fait et entendre les sourds, et parler les muets !

*

2 quelques-uns : le Rabbi et les autres faisaient nétilat yadayim, qui n'était pas encore obligatoire à l'époque avant de manger du pain (Shabbat 15a). Ces quelques P'roushim ont donc fait de la médisance publiquement sur ces talmidim.

 

6-7 : Yésha'yahou/Isaïe 29:13.

8-9 : le Rabbi ne parle pas ici de la nétilat yadayim, mais du manque d'honneur des parents.

9 votre propre Tradition : la Torah orale est constituée des halakhot qui viennent de Moshé au Sinaï et de la Haggadah. Il est également demandé aux Maîtres de dresser une barrière autour de la Torah pour la protéger, comme il est écrit : "vous garderez Ma Garde" (Vayiqra/Lévitique 18:30 ; vamot 21a). Cependant, certains P'roushim, que nos Maîtres dénoncent (Traité Sotah), avaient dressé des gardes sans aucun fondement, allant à l'encontre même de la Torah.

10 : Shémot/Exode 20:12 et 21:17.

11 : ce que Shlomo dénonce : "qui vole son père et sa mère, et qui dit : ce n'est pas un péché ! Est le compagnon de l'homme destructeur" (Mishléi/Proverbes 28:24).

est qorbân : les biens consacrés sont qualifiés de qorbân offert au Temple (Rachi sur Shabbat 25a).

15 ce qui sort : la Torah, parashat Tazria, nous apprends qu'un homme devenait metsor'a, souillé, à cause de la médisance, qui résultait de l'orgueil. 

19 nettoyant : les aliments sont nettoyés dans le corps de leurs déchets, qui sont ensuite évacués dans les lieux secrets.

27 les enfants : les Israélites, qui sont les fils et filles d'HaShem.

chiots : les idolâtres, en-dehors de la Torah d'Israël.