8

1 Il descendit de la montagne, des foules nombreuses le suivirent.

2 Et voici, un metsor'a s'approcha, se prosterna devant lui, et dit : 'Adôn, si tu le veux, tu peux me purifier.'

3 Il tendit sa main, le toucha, et dit : 'Je le veux, sois pur.' Aussitôt, il fut purifié de sa tsara'at.

4 Yéshou'a lui dit : 'Attention, n'en parle à personne, mais va te montrer au Cohen, et offre, en témoignage pour eux, le présent que Moshéh a prescrit.'

5 A son entrée à Kéfar-Nahoum, un centurion s'approcha, le suppliant et disant :

6 'Adôn, voici : mon garçon est jeté sur un lit dans ma maison, il est paralysé et terriblement tourmenté.'

7 Il lui dit : 'Moi, je viens le guérir.'

8 Le centurion répondit et dit : 'Adôn, je ne vaux pas que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole, et mon garçon  sera rétabli.

9 Car moi, je suis un homme placé sous une autorité, j'ai sous moi des soldats. Je dis à l'un : 'Va' et il va, à l'autre : 'Viens' et il vient, et à mon serviteur : 'Fais cela' et il le fait.'

10 Yéshou'a l'entendit, s'étonna, et dit à ceux qui le suivaient : 'Amèn, je vous dis, chez personne en Israël je n'ai trouvé une telle émounah.

11 Et je vous dis : ils viendront en nombre du levant et du couchant, s'installer à table avec Avrahâm, Yitshaq et Ya'aqov, au Royaume des Cieux.

12 Mais les fils du royaume seront jetés dans la ténèbre du dehors, là où seront les pleurs et grincements de dents.'

13 Yéshou'a dit au centurion : 'Va, il t'est fait selon ta émounah.' Et à cette heure son garçon fut guéri.

14 Yéshou'a vint dans la maison de Pétros, il vit sa belle-mère jetée sur un lit, prise de fièvre.

15 Il toucha sa main, et la fièvre la laissa, puis elle se leva et le servit.

16 Le soir venu, ils lui présentèrent plusieurs démoniaques. Il jeta dehors les souffles par la parole, et guérit tous les malades,

17 pour accomplir la parole de Yésha'yahou, le navi : 'Il a pris nos infirmités, et il a porté nos maladies.'

18 Mais Yéshou'a, voyant des foules nombreuses autour de lui, ordonna de s'en aller de l'autre côté.

19 Un Sofèr s'approcha, et lui dit : 'Rabbi, je te suivrai partout où tu iras.'

20 Yéshou'a lui dit : 'Les renards ont des trous, et les oiseaux du ciel des nids, mais le bèn Adâm n'a pas où reposer sa tête.'

21 Un autre des talmidim lui dit : 'Adôn, permets-moi d'abord de m'en aller et d'ensevelir mon père.'

22 Yéshou'a dit : 'Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts !'

23 Il monta dans la barque, et ses talmidim le suivirent.

24 Et voici, survint un grand chamboulement de la mer. La barque était couverte par les vagues, et lui dormait.

25 Ils s'approchèrent, le réveillèrent et dirent : 'Adôn, sauve-nous, nous périssons !'

26 Il leur dit : 'Pourquoi êtes-vous des peureux, nains de l'émounah ?' Alors il se leva, menaça les vents et la mer, et il y eut un grand calme.

27 Les hommes s'étonnèrent et dirent : 'Qui est-il, celui-là ? Oui, même les vents et la mer lui obéissent !'


28 Quand il vint de l'autre côté, au pays des Gadarènoï, deux démoniaques vinrent à sa rencontre. Ils sortaient des sépuclres, et étaient très dangeureux, tellement que personne n'avait la force de passer par cette route.

29 Et voici, ils crièrent et dirent : 'Qu'y a-t-il entre nous et toi, bèn HaShem ? Es-tu venu jusqu'ici, avant le temps, pour nous tourmenter ?'

30 Or, il y avait, loin d'eux, un troupeau de nombreux cochons qui paissaient.

31 Les démons le suppliaient et disaient : 'Si tu nous jettes dehors, envoie-nous dans le troupeau de cochons.'

32 Il leur dit : 'Allez !' Ils sortirent, et s'en allèrent dans les cochons. Et voici, tous les cochons se ruèrent du haut de la falaise dans la mer, et moururent dans les eaux.

33 Les gardiens s'enfuirent, et s'en allèrent en ville, raconter tout ce qui était survenu aux démoniaques.

34 Et voici, toute la ville sortit à la rencontre de Yéshou'a, et, le voyant, ils le supplièrent de s'éloigner de leur frontière.

 

*

2 un metsor'a : un enfant d'Israël atteint d'une plaie de peau d'origine surnaturelle, comme il est dit : "Lorsqu'il se forme sur la chair d'un homme une tumeur, une dartre ou une tâche, pouvant dégénérer sur cette peau en affection de tsara'at" (Vayiqra/Lévitique 13:2). Rabbi Yonatân enseigne que cette maladie d'origine spirituelle touche l'homme à la suite de sept péchés : la calomnie, l'homicide, le parjure, la débauche, l’orgueil, le vol et la jalousie (Erkhîn 16a).

 

4 : comme il est écrit : "Voici la Torah du metsor'a, le jour de sa purification : il sera présenté au Cohen [...] on apportera, pour l'homme à purifier, deux oiseaux vivants, purs ; du bois de cèdre, de l'écarlate et de l'hysope" (Vayiqra/Lévitique 14:2 et 4).

N'en parle à personne : "car la bénédiction ne réside que sur ce qui est caché de l’œil" (Ta'anit 8b).

Va te montrer au Cohen : "c'est un décret de l’Écriture qu'une plaie ne peut être déclarée pure ou impure que par la bouche du Cohen" (Rachi).

En témoignage pour eux : pour leur montrer qu'HaShem est avec lui, comme ils le reconnaîtront : "comme un homme fautif pourrait-il faire des signes semblables [comme lui ?]" (Yohanân/Jean 9:16).

5 Kéfar-Nahoum : qui signifie "le village de la compassion", car le Rabbi a, au cours de sa vie, plusieurs fois essayé de l'amener à la repentance. Et si tu dis que le nom du village existait déjà bien avant ce moment, tu dois savoir que "les noms sont donnés par rapport à l'avenir" (Rachi sur Béréshit/Genèse 2:14).

Et il est dit dans la Guémara : ""Demeurons dans les villages" (Shir HaShirim/Chant des chants 7:12) : ne lis pas villages בכפרים (Kéfarim) mais renégats בכופרים (Kofarim)" ('Erouvîn 21b). כפר נחום Kéfar-Nahoum était peuplé de renégats, qui ne faisaient pas téshouvah, et c'est à eux que fait référence le Rabbi au verset 12, au sujet des fils du royaume jetés dehors. Mais la réprimande se fait de façon allusive, "à cause de l'honneur d'Israël" (Rachi sur Dévarim/Deutéronome 1:1).

 

11 il en viendra en nombre du levant et du couchant : ce sont les Justes parmi les Nations qui sont "une Torah pour eux-mêmes, qui manifestent l’œuvre de la Torah écrite dans leur cœur" (Lettre envoyée aux Romains, 2:14-15)

du levant et du couchant : cette expression, qui se retrouve en plusieurs endroits du Talmud, désigne l'ensemble du monde civilisé, car les plus importantes communautés humaines se situent à l'est et à l'ouest d'Israël, mais pas aux extrêmes nord et sud, où le climat est trop rude (Maharcha sur Bérakhot 4a).

12 les fils du Royaume : les Juifs qui n'auront pas fait téshouvah (repentance) en vivant cette Torah.

Les ténèbres du dehors...grincements de dents : ils n'auront pas accès à la lumière primordiale qui a été mise de côté pour les Tsadikim/Justes dans les Temps futurs comme récompense, où sont les pleurs et les grincements de dents : les regrets de ne pas avoir fait téshouvah plus tôt, et d'être passés à côté de l'essentiel, comme il est rapporté : "lorsqu’on s’est donné de la peine, que l’on a labouré, semé, sarclé, taillé et bêché, et qu’au temps de la récolte vient frapper la nielle, cela fait grincer les dents" (Rachi sur Vayiqra/Lévitique 26:20).

15 : Nos Maîtres rapportent l'histoire suivante : "Quand Rabbi Hanina ben Dossa alla étudier la Torah chez Rabban Yohanân ben Zakaï, le fils de son maître tomba malade. Rabban Yohanân ben Zakaï lui dit : "Hanina, mon fils, implore la Miséricorde en sa faveur pour qu'il vive !". Rabbi Hanina se mit la tête entre les genoux et obtint la guérison du malade par sa prière. Rabban Yohanân ben Zakaï déclara : "si moi j'avais mis ma figure entre les genoux toute la journée, on ne m'aurait pas pris en considération !". Sa femme lui demanda : "Hanina est-il plus grand que toi ?". Il lui répondit : "Non, mais lui il ressemble à un esclave qui peut aller et venir devant son maître sans autorisation préalable, alors que moi, je ressemble à un ministre qui n'a pas l'habitude de paraître devant le roi !"" (Bérakhot 34b). Et Rabbi Yéshou'a, le Messie, ressemble au fils du Roi.

17 pour accomplir : comme il est dit : "Il portait nos maux, supportait nos douleurs" (Yésha'yahou/Isaïe 53:4).

19 sofèr : un scribe Juif versé dans la connaissance de la Torah de Moshé (voir commentaire sur Matityahou 5:20).

22 : De là tu apprends que le père de ce talmid ainsi que les autres proches, habitants de Kéfar Nahoum, étaient des réshaïm ("méchants". Voir le verset 5) car : "les méchants, de leur vivant, sont appelés morts" (Bérakhot 18b). Les personnes insensibles spirituellement sont considérées comme mortes.

28 pays des Gadarènoï : au sud-est du lac de Galil.

29 : le Messie appelé "fils d'HaShem", comme ses frères Juifs, et en particulier les Rois de la semence de David, et ceux qui s'adonnent à la Torah, ainsi qu'il est écrit : "Vous êtes les enfants d'HaShem votre E.lohim" (Dévarim/Deutéronome 14:1), "Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils" (Beit Sh'mouel/2 Samuel 7:14), "vous êtes des Elohim" (Téhilim/Psaume 82:6).

avant le temps : avant l'époque messianique où le Roi Messie fera la shéhitah au yester harâ.

31-32 : Ceci te montre la grandeur du Rabbi, nul être spirituel ne peut tenir devant lui. La Guémara rapporte une histoire similaire : "Il ne faut pas sortir seul la nuit ; [sont concernées] les nuits du mercredi et du vendredi, car « Ograt bat Mahala » accompagnée de cent quatre vingt mille anges nuisibles sortent [ces nuits-là], et chacun a l’autorisation d’attaquer. Dans un premier temps, ils sortaient toutes les nuits. Une fois elle rencontra Rabbi Hanina ben Dossa. [Ograt] lui dit: « Si on ne m’avait avertie au Ciel de ne pas m’en prendre à Rabbi Hanina et à sa Torah, je t’aurais mis en danger ! ». Il lui dit: « Si je suis considéré au Ciel, je décrète sur toi que tu ne puisses plus te mouvoir dans ce monde ! ». Elle lui dit: « S’il te plaît, laisse-moi un espace de liberté ». [Il l’écouta et] lui laissa [la possibilité de sortir] les nuits du vendredi et du mercredi" (Péssahim 112b)