​​​​

Parashat Balaq

 

Un sorcier pour les gouverner tous...

 

Torah : Bamidbar/Nombres 22:2 à 25:9

Haftarah : Mikha/Michée 5:6 à 6:8

 

Alors que les enfants d'Israël continuent leur marche en direction de la Terre promise, Balaq roi de Moav envoie chercher le sorcier Bil'âm afin qu'il maudisse le Peuple d'Israël. Cependant, malgré ses différentes tentatives, l'esprit d'HaShem, non seulement l'empêche de maudire les hébreux, mais l'oblige à les bénir ! La sorcellerie et la divination n'ayant pas de prise sur le Peuple du Très-Haut, ils envoient alors les filles de Moav afin de débaucher les Israélites. Alors que la Colère Divine éclate, se lève Pînhas qui, par son action méritoire, mettra fin à cette immoralité, en tuant le prince de la Tribu de Shim'ôn, se débauchant à la vue de tous...

*

« Il envoya des messagers auprès de Bil'âm, fils de Bé'or » (Bamidbar/Nombres 22:5)

 

Quand les Nations virent Moshé/Moïse à la tête d'Israël, elles se plaignirent à HaShem (plus précisément, les anges qui sont à la tête de chaque Nation du monde et qui les dirigent) qu'Israël n'avait aucun mérite de marcher dans la voie du bien puisqu'il avait un très grand homme à sa tête ! Et eux, qui avaient-ils ? C'est pourquoi le Créateur leur accorda un homme possédant le même potentiel spirituel que Moshé, soit Bil'âm. Cependant, l'homme garde le libre-arbitre, et il est donc

libre de choisir le bien ou le mal. Moshé choisit la vie, Bil'âm les ténèbres. Néanmoins, tous les deux étaient aussi puissants spirituellement !

 

Une question se pose alors : Moshé n'a acquis sa puissance que par sa proximité d'HaShem, mais Bil'âm, d'où lui viennent ses connaissances en magie, en sortilèges et malédictions ? Certainement pas du D. d'Israël !

 

Souvenez-vous, dans le Séfer Béréshit/Genèse, il est fait mention des « fils d'E.lohim » qui ont chuté sur la Terre pour s'accoupler aux femmes humaines, il s'agit d'anges qui n'ont pas gardé leur condition première. Les deux principaux s’appellent 'Aza et 'Azael, et le Zohar nous décrit ce qui s'est passé :

 

« Rabbi Yitshaq a dit : quand 'Aza et 'Azael déchurent du niveau de leur sainteté, ils virent d'En-Haut les filles des hommes et ils se commirent avec elles. Ils donnèrent naissance à des fils, appelés néfilim (« les déchus »), ainsi qu'il est écrit : « les déchus étaient sur la Terre » (Béréshit/Genèse 6:4) » (Zohar Béréshit 37a)

 

Or, ces deux anges ont été enchaînés, comme le rapporte le Zohar, ainsi que Shim'ôn dans sa Lettre :

 

« Car HaShem n'a pas épargné les anges qui ont péché, au contraire, Il les a placés dans des cachots lugubres plus bas que le shéol, dans l'attente du jugement » (Deuxième Lettre de Shi'môn Kéfa/Pierre, 2:4)

 

Or, le Zohar apporte un peu plus de précisions sur cet endroit où ces anges sont retenus captifs depuis la nuit des temps : l'entrée de leur domaine souterrain se trouve dans les montagnes obscures, appelées en hébreu Harerei Kedem, qui signifie, entre autre, « les montagnes de l'est » (plus ou moins situées vers l'Irak/l'Iran actuels).

 

Or, voici ce qu'il est dit de Bil'âm :

 

« Le roi de Moav m'a fait descendre des montagnes de l'est » (Bamidbar/Nombres 23:7)

 

En vérité, Bil'âm est parvenu à trouver et à descendre dans le domaine de ces anges déchus, sous terre, et a appris d'eux tout le domaine occulte !

 

Aujourd'hui, ces montagnes existent toujours, ainsi que l'entrée menant à ces anges déchus, où ils attendent enchaînés le jugement dernier. Personne aujourd'hui ne connaît avec précision cet endroit, et cela est bien mieux ainsi !

 

* * *

 

« L'enchantement ne peut rien contre Ya'aqov, ni la divination contre Israël » (Bamidbar/Nombres 23:23)

 

Une personne qui pratique la Torah et appartient à Yéshou'a devient invincible contre toute forme de magie et d'occultisme, sauf si, bien entendu, elle laisse des portes ouvertes dans sa vie à l'ennemi : aller voir un médium, même pour « rigoler », lire son horoscope, regarder des films mauvais (horreur, parapsychologique, etc), écouter des musiques malsaines (beaucoup de tri à faire dans ce domaine-là!), médisance sur soi-même, etc. D'ailleurs, Rachi rapporte que Balaq était également pour sa part un magicien, et qu'il savait déceler les moments où un homme était plus faible spirituellement, pour pouvoir l'attaquer en lui jetant des sorts. De même, le satân attend le bon moment pour introduire de mauvaises choses en nous, à nous donc de toujours rester collé au Roi Messie Yéshou'a !

 

On raconte l'histoire vrai d'un commerçant dans le quartier du marais à Paris qui vit un concurrent ouvrir dans la même rue que lui. Ce nouvel arrivant était Juif et pratiquait la Torah. Le premier alla voir un sorcier afin de lui demander de maudire cet « ennemi ». Alors que le sorcier commença ses incantations contre le Juif, il le vit tout à coup en vision devant ses yeux, en train de revêtir son talith et de poser ses téfilines, pour pouvoir commencer la prière. Au moment où il se préparait, une grande lumière descendit sur le Juif pour l'envelopper, ce qui paralysa de peur le sorcier qui jeta l'argent à la figure du premier homme, lui demandant de partir et de ne pas revenir !

 

Les puissances des ténèbres existent bel et bien, mais celles de la lumière également, et elles sont infiniment plus puissantes !

 

* * *

 

« C'est un peuple qui réside solidaire et qui ne sera pas compté parmi les Nations » (Bamidbar/Nombres 23:9)

 

Ce Texte s'adresse aussi bien aux Juifs qu'aux Gentils greffés sur Israël, appartenant à Yéshou'a. « Ce peuple réside solidaire » car, comme dirait Rabbi Shaoul/Paul, quel lien existe-il entre la lumière et l'obscurité, entre la vie et la mort ? Une personne qui est enfant d'HaShem ne peut plus se permettre de courir les choses mauvaises du monde.

 

Et quelle en sera sa récompense ? « Il ne sera pas compté parmi les Nations », c'est-à-dire qu'aux Temps de la fin que nous vivons, ils ne seront pas anéantis avec les autres Nations, comme il est dit : « Car J'anéantirai toutes les Nations » (Yirméyah/Jérémie 30:11) (Rachi).

 

* * *

 

« Il ne regarde aucune injustice en Ya'aqov » (Bamidbar/Nombres 23:21)

 

« Le Saint Béni Soit-Il ne regarde aucune injustice en Ya'aqov quand ils transgressent Ses Paroles, il n'est pas scrupuleux envers eux pour considérer leur fausseté et leur perversité en ce qu'ils transgressent Sa Torah » (Rachi)

 

De même, : « Il n'y a pas de condamnation pour ceux qui sont en union avec le Messie Yéshou'a, car la Torah de l'Esprit, qui produit la vie en union avec le Messie Yéshou'a, m'a libéré de la « torah » du péché et de la mort » (Lettre envoyée aux Romains, 8:1)

 

* * *

 

« Voici un peuple se lève comme un félin, et s'élève comme un Lion » (Bamidbar/Nombres 23:24)

 

« Quand ils se lèvent de leur sommeil le matin, ils se renforcent comme un félin et un lion pour saisir les

commandements : ils se vêtissent du Talith (le châle de prière), lisent le « Shémâ Israël » et mettent les Téfilines » (Rachi)

 

* * *

 

« Je le vois, mais non maintenant, je le contemple, mais non de près : une étoile jaillit de Ya'aqov et un sceptre s'élève d'Israël » (Bamidbar/Nombres 24:17)

 

Bil'âm a vu le Roi Messie par vision prophétique. Yéshou'a est comparé à une étoile car il brille dans les Cieux et attire tout à lui. De même, il est comparé à un sceptre, car il dominera en tant que Roi sur toute la Terre le moment venu.

 

* * *

 

« Le peuple commença à agir immoralement avec les filles de Moav » (Bamidbar/Nombres 25:1)

 

Quand Bil'âm a vu que la sorcellerie n'avait pas d'emprise sur Israël, il a envoyé les filles de Moav afin de plonger le Peuple dans l'immoralité, car « le D. d'Israël déteste la débauche » (Talmud).

 

L'esprit de Bil'âm est toujours présent dans le monde jusqu'à aujourd'hui, poussant les Juifs et Gentils greffés à chuter, comme il est dit : « il y a chez toi quelques personnes qui tiennent à la doctrine de Bil'âm, celui-ci incitait à Balaq à tendre un piège au peuple d'Israël afin qu'il mange de la nourriture qui avait été sacrifiée aux idoles et qu'ils se livrent à l'immoralité sexuelle » (Révélation 2:14)

 

* * *

 

« Pînhas vit […], se leva du milieu de l'assemblée, et prit un javelot dans sa main » (Bamidbar/Nombres 25:7)

 

La valeur numérique du mot פינחס Pînhas en hébreu est de 208, qui est la même que celle de יצחק Yitshaq/Isaac ! Quel est le lien entre ces deux personnages ?

 

Yitshaq représente le dîn, la rigueur, celui qui ne plie pas devant l'ennemi et qui élimine totalement le mal. De même, Pînhas fut le seul à se lever dans le Peuple pour aller se confronter au mal et faire cesser les malheurs sur Israël.

 

Plus encore, le Talmud enseigne que « Pînhas, c'est Eliyahou [Élie le prophète] ». Il existe plusieurs façons de comprendre cet enseignement, mais en ce qui nous concerne, cela signifie qu'Eliyahou reçut une part de l'esprit de Pînhas, qui se transmettra encore après lui sur Yohanân hamatbile, Jean le Baptiste, comme il est dit : « C'est lui l’Élie qui devait venir » (Matityahou/Mathieu 11:14). Il est celui qui annonce le Messie :

 

« Voici Je vous enverrai le prophète Elie, avant que n'arrive le Jour d'HaShem, Jour grand et redoutable ! » (Malakhi/Malachie 4:5)

 

Or, le Messie est également appelé le fils d'Yitshaq par le Ba'al Hatourim sur son commentaire sur Béréshit/Genèse.

 

Ainsi, de même que Pînhas intervient à la fin de la Parasha pour éradiquer le mal et ramener le shalom, la paix, de même Yéshou'a fils d'Yitshaq, interviendra à la fin de l'histoire pour éradiquer le mal du monde !

בלק