בהעלותך

Parashat Béha'alotekha

 

Une beauté dissimulée

 

Torah : Bamidbar/Nombres 8:1 à 12:6

Haftarah : Zékharyah/Zacharie 2:14 à 4:7

Tandis qu'HaShem donne des ordres à Aharôn concernant la ménorah du Tabernacle (le chandelier d'or), la Torah continue et décrit le service des Lévites ainsi que les korbanot/sacrifices qu'ils doivent apporter. Par la suite, Péssah shéni (la seconde pâque) est institué, c'est-à-dire l'occasion de célébrer la Fête pour ceux qui, à cause d'une impureté, n'ont pu le faire durant le mois de Nissan comme le reste du Peuple. Le Texte aborde ensuite la façon dont les camps d'Israël se déplaçaient dans le désert, chacun sous sa bannière spécifique, avec la nuée de Gloire, la Shékhinah à leur tête. Puis, le peuple se plaignant une nouvelle fois en réclamant de la viande, Moshé délègue de son autorité à d'autres Anciens, afin de partager la lourde charge de ces millions de personnes. Cette section se conclut par la punition de Myriam à la suite de sa médisance sur son frère Moshé.

*

« Si un étranger en séjour chez vous célèbre Péssah (Pâque) pour HaShem, ils se conformera aux lois et aux ordonnances de Péssah. Il y aura un même hoq (loi) parmi vous, pour l'étranger comme pour l'indigène » (Bamidbar/Nombres 9:14)

 

Nous avons déjà vu que le hoq est une loi incompréhensible pour notre logique humaine, et peut également désigner une pierre d'achoppement, comme le Messie :

 

« Je publierai le hoq : tu es Mon Fils » (Téhilim/Psaume 2)

 

De plus, Yéshou'a est également appelé Péssah pour HaShem :

 

« Voici l'agneau d'HaShem, celui qui retire la faute du monde » (Yohanân/Jean 1:29)

 

« Le Messie qui est notre Péssah » (Première Lettre envoyée aux Corinthiens 5:7)

 

Toujours selon la Torah et nos Maîtres :

 

« Puisqu'il y a un seul E.lohim, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis » (Lettre envoyée aux Romains 3:30)

 

Ainsi, nous pouvons comprendre :

 

Si un Gentil, greffé sur Israël, célèbre Péssah pour HaShem, il se conformera aux lois et aux ordonnances de Péssah. Il y a aura un même Messie parmi vous [une même justification], pour le greffé comme pour le Juif !

 

* * *

 

« Quand l'arche partait, Moshé disait: Lève-Toi, HaShem! Et que Tes ennemis soient dispersés ! Que ceux qui te haïssent fuient devant Ta Face!
Et quand on la posait, il disait: Reviens, HaShem, aux myriades des milliers d'Israël ! 
» (Bamidbar/Nombres 10:35-36)

 

Ce passage possède une particularité en hébreu, la langue originale. En effet, il se trouve « entre parenthèse », plus exactement il est entouré de deux lettres נ Noun à l'envers, comme suit :

׆

וַיְהִי בִּנְסֹעַ הָאָרֹן וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה קוּמָה יְהוָה וְיָפֻצוּ אֹיְבֶיךָ וְיָנֻסוּ מְשַׂנְאֶיךָ מִפָּנֶיךָ וּבְנֻחֹה יֹאמַר שׁוּבָה יְהוָה רִבְבוֹת אַלְפֵי יִשְׂרָאֵל

׆

Nos Maîtres nous enseignent qu'en réalité, il s'agit en fait d'un Livre à part entière, ce qui donnerait non pas cinq Livres de la Torah mais sept (Bamidbar, les « Nombres », étant donc divisé en trois) ! Comme il est dit :

 

« La sagesse [La Torah] a bâti sa maison [notre monde], Elle a taillé ses sept colonnes [ses sept Livres donc] » (Mishléi/Proverbes 9:1)

 

* * *

 

« La nuée d'HaShem était au-dessus d'eux » (Bamidbar/Nombres 10:34)

 

« Rabbi Hanania a dit : « la nuée s'approcha des enfants d'Israël qui y chargèrent les femmes, les fils et leurs fiancées, les chevaux et leurs cavaliers, et les mules. La nuée encercla alors toute l’Égypte, ce qui correspond à une distance de quarante jours de marche, en un clin d’œil » (Midrash Zouta, Shir HaShirim 8)

 

« HaShem leur a fait chevaucher les nuées de gloire » (Shémot Rabbah 24:2)
 

« Nous serons en même temps arrachés avec eux par les nuées dans l'air, pour la rencontre de l'Adôn » (Première lettre envoyée aux Thessaloniciens 4:17)

 

* * *

 

« Hashem descendit dans la nuée et parla à Moshé, il prit de l'esprit qui était sur lui et le mit sur les soixante-dix anciens. Et dès que l'esprit reposa sur eux, ils prophétisèrent, mais ils ne continuèrent pas » (Bamidbar/Nombres 11:25)

 

Les anciens n'avaient pas le niveau de sanctification de Moshé, ils ne purent donc rester au niveau de la prophétie, ils durent « descendre » d'un étage spirituel. Il en est de même pour chacun de nous : n'avançons pas trop vite, ne brûlons pas les étapes, sinon il y aura un retour de manivelle et nous perdrons ce que nous aurons acquis rapidement et sans effort. La facilité et la rapidité ne sont jamais bons !

 

* * *

 

« Myriam et Aharôn parlèrent contre Moshé au sujet de la femme koushite qu'il avait prise » (Bamidbar/Nombres 12:1)

 

La Torah nous relate que Tsipporah/Séphorah était midianite, et maintenant elle affirme qu'elle est koushite, c'est-à-dire éthiopienne. Certains, à partir de ce verset, en ont conclu que le conducteur d’Israël avait pris une deuxième femme.

 

En réalité Moshé n'a été marié qu'à une seule femme, et le terme koushite ici ne signifie pas éthiopienne, mais est un « code » pour signaler que Tsipporah était fort belle ! Pourquoi utiliser un code ? Car la Torah ne voulait pas porter le « mauvais œil » sur la femme du plus grand Israélite que le peuple ait connu ! Voici les dires de Rachi :

 

« Cela nous apprend que tous s’accordaient sur sa beauté, de même que l’on ne peut que s’accorder sur la couleur noire d’un Ethiopien » (Sifri)

 

« Kouchith : La valeur numérique des lettres de ce mot est la même que celle de « belle d’aspect » » (Midrash Tânhouma)

 

« « Car il avait pris une femme Kouchith » : Que veulent dire ces mots ? Ils nous apprennent qu’il existe des femmes belles physiquement mais pas moralement, d’autres qui sont belles moralement mais pas physiquement, mais que celle-là était belle à tous points de vue » (Sifri)

 

« La femme, la Kouchith : On l’appelait kouchith à cause de sa beauté, tout comme on appelle un bel enfant kouchi (« noir ») pour en écarter le mauvais œil » (Midrash Tânhouma)