כי תבוא

Parashat Ki Tavo

 

La mitsvah sans malédiction

 

Torah : Dévarim/Deutéronome 26:1 à 29:8

Haftarah : Yésha'yahou/Isaïe 60:1-22

 

Cette parasha détaille toutes les bénédictions et malédictions qui surviendront sur le peuple d'Israël, en fonction de son obéissance à la Torah d'HaShem. Elle traite également des offrandes des fruits de la Terre.

 

*

 

« Tu prendras des prémices de tous les fruits que tu retireras du sol dans le pays qu'HaShem ton E.lohim te donne, tu les mettras dans une corbeille, et tu iras au lieu que choisira HaShem ton E.lohim pour y faire résider Son Nom » (Dévarim/Deutéronome 26:2)

 

Nous devons prendre les prémices des sept fruits qui font la gloire de la Terre d'Israël (blé, orge, raisin, figue, grenade, olives, dattes. Le Ba'al Hatourim note que la valeur numérique en hébreu du mot ולקחת « vélaqahta », « vous prendrez », est de 544, égale à celle de l'expression בשבעה המינין « Les sept espèces » !) et les donner aux Cohanim. En faisant cela, nous attirons la brakha, la bénédiction d'HaShem sur nos vies.

 

Chaque fois que nous donnons à HaShem de notre temps, de notre argent, de nos biens, de nos talents, etc, Il nous rend au centuple ! Pourquoi s'en priver ? Par exemple, sachons donner chaque jour une partie de notre temps pour l'étude de la Parole et la prière, et nous recevrons en retour !

* * *

« Maudit soit l'homme... » (Dévarim/Deutéronome 27)

 

Au moment de rentrer dans la Terre, Israël se liera par des bénédictions et des malédictions. Ainsi, celui qui n'obéirait pas à la Torah serait maudit. Mais aujourd'hui, Yéshou'a est venu, non pour supprimer les mitsvot, les commandements, mais pour ôter la malédiction qui découle du non-respect de celles-ci. Cela signifie-t-il que chacun puisse agir comme bon lui semble ? Non bien sûr, mais que si il y a transgression de la Torah (ce qui est inévitable dans la vie de sanctification car nul n'est parfait), si une personne est en Yéshou'a le Messie, elle ne sera pas atteinte par cette malédiction, et c'est le sens de :

 

« Nous ne sommes pas sous [la malédiction de] la Torah, mais sous [la protection qui est] la bonté [du Messie] » (Lettre envoyée aux Romains, 6:15)

 

Les permissions et interdictions demeurent, mais l'essence de la Torah étant inscrite en nous par l'esprit du Roi Messie, nous avons la possibilité de l'accomplir et de la vivre, en étant conduit par lui, nous évitant les conséquences désastreuses d'un non respect de l'Alliance !

 

* * *

 

« Si tu obéis à la Voix d'HaShem ton E.lohim, pour garder, pour faire tous Ses commandements que Je te prescris aujourd'hui […] voici les bénédictions qui viendront sur toi » (Dévarim/Deutéronome 28:1-2)

 

« Si tu obéis à la Voix » : c'est suivre Son Esprit qui habite en nous en étant à Son écoute

« Pour garder » : c'est l'étude de la Torah

« Pour faire » : c'est la pratique

 

Écouter, étudier et pratiquer, c'est le seul chemin vers les bénédictions !

 

* * *

 

« Tous les peuples verront que le Nom d'HaShem est appelé sur toi, et ils te craindront » (Dévarim/Deutéronome 28:10)

 

Ce verset fait référence aux Téfilines. En effet, l'expression en hébreu « Le Nom d'HaShem est appelé » s'écrit שם יהוה נקרא, et en prenant chaque première lettre nous obtenons שין, le nom d'une lettre hébraïque, le ש Shin, qui se trouve gravée sur tous les Téfilines depuis l'époque de Moshé !

 

Plus encore, la valeur numérique de cette lettre est de 300, ce qui correspond à la guématria du Tétragramme selon son écriture en « At-Bach » (La première lettre s'échange avec la dernière de l'alphabet, la deuxième avec l'avant-dernière, etc) car l'homme sanctifié qui porte les Téfilines représente le « miroir » d'HaShem dans ce monde, ce qui fait fuir tous ses ennemis...

 

* * *

 

« L'étranger qui est au milieu de toi s'élèvera toujours plus au-dessus de toi, tandis que toi tu descendras toujours plus bas » (Dévarim/Deutéronome 28:43)

 

En hébreu, l'expression « toujours plus bas », soit מטה מטה, possède une valeur numérique de 108, égale à celle de Géhenne, גיהנם. Une allusion à ce passage est rapportée ici par Yéshou'a :

 

« Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Avraham, Yitshaq et Ya'aqov, dans le Royaume des cieux. Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Matityahou/Mathieu 8:11-12)

 

* * *

 

« Toutes ces malédictions surviendront […] pour n'avoir pas servi HaShem ton E.lohim avec joie de bon cœur » (Dévarim/Deutéronome 28:47)

 

La racine des fautes, et donc des malédictions est « tout simplement »...le manque de joie ! En effet, HaShem te donne tout et tu continues de maugréer ? Non seulement, Il t'enlèvera alors tes bénédictions, mais même ce que tu possèdes « de base » !

Le remerciement, la louange, la foi, sont non seulement la base de la vie avec HaShem car « en sa foi, le tsadik vit » mais ce qui déclenche les bénédictions, car cela amène à vouloir vivre avec la Parole !

 

* * *

 

La dernière de toutes les malédictions est celle-ci : « Et HaShem te ramènera sur des navires en Égypte » (Dévarim/Deutéronome 28:68). Après toutes les malédictions prononcées plus terribles les unes que les autres, on se serait attendu à « pire » ! En réalité, il s'agit ici du summum des conséquences. Car en hébreu, Égypte se dit Mitsraïm, ce qui signifie « étroitesse, limite ». Et la première des Dix Paroles est : « Je t'ai sorti du pays d’Égypte ». Le but de la Torah est de faire de nous des hommes totalement libres, à tous les niveaux (physique, moral, physiologique et spirituel).

HaShem a créé l'homme pour qu'il soit libre, heureux, et vive éternellement. Retourner dans nos Égypte, cela signifie retourner dans nos esclavages, notre perdition, notre mort.

 

* * *

 

« Et il n'y aura personne pour vous acheter » (Dévarim/Deutéronome 28:68)

 

Ainsi se termine la longue liste de malédictions : à cause des transgressions de la Torah, personne pour nous acheter ! Mais en réalité, si ! Car il y a ici une allusion : si vous passez dans l'Alliance dans le Sang du Messie Yéshou'a, il rachète votre âme des transgressions de la Torah qui vous ont conduit en Égypte, en Mitsraïm. Rien ne peut rectifier une âme des transgressions qui sont trop nombreuses, sauf le Libérateur !

 

« En Ton Yéshou'a J'espère ! » (Béréshit/Genèse 49:18)