3

1 Ainsi, l’avantage du Juif, qu’est-ce ? Et qu’est-il, le profit de la circoncision ?

2 C’est beaucoup de toute manière ; et premièrement parce que les Paroles d’HaShem leur ont été confiées.

3 Eh quoi ! Certains n’ont pas adhéré, mais leur non-adhérence détruit-elle l’adhérence d’HaShem ?

4 Au contraire ! Mais reconnaissons qu’HaShem est vrai et tout homme menteur, comme il est écrit : pour que tu sois justifié en tes paroles, gagnant en ton procès.

5 Mais si notre injustice manifeste la justice d’HaShem, que dire ? N’y a-t-il pas injustice en HaShem quand Il inflige Sa brûlure ? Je parle selon les hommes !

6 Au contraire ! Car, autrement, comment HaShem jugerait-Il l’univers ?

7 Mais si, par mon mensonge, la vérité d’HaShem abonde pour Sa gloire, pourquoi serais-je encore jugé comme fautif ?

8 Pourquoi, comme certains blasphémateurs nous le font dire, ne ferions-nous pas le mal pour qu’en vienne le bien ? Ceux-là, leur condamnation est juste.

9 Quoi donc ? Serions-nous supérieurs ? Pas du tout ! Nous l’avons déjà établi : Juifs et Hellènes, tous sont sous la faute,

10 comme il est écrit : pas de juste, pas même un seul !

11 Pas d’intelligent, pas de consulteur d’HaShem.

12 Tous s’écartent corrompus, ensemble, pas un faiseur de bien, pas même un seul !

13 Leur gosier ? Un sépulcre ouvert. Leur langue ? Elle trompe,le venin d’aspic sous leurs lèvres.

14 Leur bouche est pleine d’imprécations et d’amertumes,

15 leurs pieds se hâtent pour verser le sang,

16 la cassure, la misère sur leurs routes ;

17 mais la route de la paix, ils ne la connaissent pas.

18 À leurs yeux, pas de frémissement devant HaShem !

19 Nous le savons, oui, toute parole de la Torah est pour ceux qui portent le joug de la Torah, afin que toute bouche soit fermée, et que l’univers entier soit sous le jugement d’E.lohim.

20 Car nulle chair n’est juste devant Lui par les oeuvres de la Torah. La pleine connaissance de la faute naît de la Torah.

21 Et maintenant, sans la Torah, la justice d’HaShem, dont témoignent et la Torah et les Prophètes, s’est manifestée.

22 Justice d’HaShem, par l’adhérence à Yéshou'a le Messie, pour tous ceux qui adhèrent. Non, pas de différence,

23 car ayant tous fauté, ils étaient tous privés de la gloire d’HaShem,

24 mais ils sont justifiés gratuitement par son chérissement au rachat de Yéshou'a le Messie.

25 HaShem l’a mis en face de nous en absolutoire, par la émounah en son sang, pour montrer Sa justice, à cause de la remise des fautes passées,

26 dans la patience d’HaShem, pour la manifestation de Sa justice au temps présent, pour être juste Lui-même et justifier qui adhère à Yéshou'a.

27 Où est donc la fierté ? Elle est exclue. Par quelle Torah ? Celle des oeuvres ? Non, mais par la Torah de la émounah.

28 Aussi, nous estimons que l’homme est justifié par la émounah, sans les oeuvres de la Torah.

29 Ou alors E.lohim est-Il seulement celui des Juifs ? N’est-il pas aussi Celui des Goyim ? Oui, Il est aussi celui des Goyim,

30 puisque HaShem est unique, Lui qui justifie la circoncision à partir de la émounah et le prépuce à travers la émounah.

31 Abolissons-nous donc la Torah à travers la émounah ? Au contraire, la Torah, nous la confirmons !

*

1 : si par son comportement moral le prépuce d'un Gentil lui est compté comme circoncision, alors qu'elle est l'utilité de la mitsvah de la circoncision pour le fils d'Israël ?

2 C’est beaucoup de toute manière : les avantages de la circoncision sont innombrables.

les Paroles d’HaShem leur ont été confiées : et seuls les circoncis ont la capacité de porter Sa Torah, comme il est dit : "et Avrâm tomba sur sa face : par crainte de la Présence Divine car n’étant pas circoncis, il n’avait pas la force de se tenir debout » (Yalqout Shémot 18).

3 Certains n’ont pas adhéré : certains font du tort à la Torah par leur mauvais comportement, bien qu'ils soient circoncis.

détruit-elle l’adhérence d’HaShem ? : la présence de certains pécheurs en Israël remet-il en cause la fidélité du Saint Béni Soit-Il envers eux ?

4 Au contraire : comme il est écrit : "ainsi parle HaShem : où est la lettre de divorce par laquelle j'ai répudié votre mère ? Ou bien, auquel de mes créanciers vous ai-je vendus ?" (Yésha'yahou/Isaïe 50:1).

 

comme il est écrit : Téhilim/Psaume 51:6.

5 Je parle selon les hommes : selon la compréhension limitée de l'homme.

8 Ceux-là, leur condamnation est juste : car il rendent le mal bien, et le bien mal, en niant toute moralité.

10-18 comme il est écrit : Téhilim/Psaume 14:1-3 ; 5:10 ; 140:4 ; 10:7 ; 36,2, Yésha'yahou/Isaïe 59:7-8.

19 afin que toute bouche soit fermée : que chacun reconnaisse que sans l'attachement au Tsadik, notre justice reste défaillante.

21 sans la Torah : grâce à l'attachement au Tsadik, qui nous donne la justice de sa Torah.

31 Abolissons-nous donc la Torah : si la justice parfaite vient dans l'attachement au Tsadik, alors notre propre pratique est-elle inutile, puisque imparfaite, ne pouvant nous rendre juste ?

nous la confirmons : de même qu'Avrahâm a été justifié par sa émounah, et qu'il a reçu l'ordre de transmettre la Torah à sa descendance comme sceau de sa justification, de même nous sommes justifiés par l'attachement au Tsadik de vérité, et nous devons pratiquer la Torah comme sceau de cet attachement.