Téfilines

Sources :

וְהָיָה לְךָ לְאוֹת עַל־יָדְךָ וּלְזִכָּרוֹן בֵּין עֵינֶיךָ לְמַעַן תִּהְיֶה תּוֹרַת יְהוָה בְּפִיךָ כִּי בְּיָד חֲזָקָה הוֹצִאֲךָ יְהוָה מִמִּצְרָיִם

« Et tu porteras comme signe sur ton bras et comme souvenir entre tes yeux afin que la Torah d'HaShem soit dans ta bouche, car d'un bras puissant, HaShem t'a fait sortir de l'Égypte » (Shémot/Exode 13:9)

 

וְהָיָה לְאוֹת עַל־יָדְכָה וּלְטוֹטָפֹת בֵּין עֵינֶיךָ כִּי בְּחֹזֶק יָד הוֹצִיאָנוּ יְהוָה מִמִּצְרָיִם

« Et il sera écrit comme signe sur ton bras et comme diadème entre tes yeux, car d'une main puissante HaShem nous a fait sortir de l'Égypte » (Shémot/Exode 13:16)

 

וּקְשַׁרְתָּם לְאוֹת עַל־יָדֶךָ וְהָיוּ לְטֹטָפֹת בֵּין עֵינֶיךָ

« Tu les attacheras, comme signe sur ton bras, et les porteras en diadème entre tes yeux » (Dévarim/Deutéronome 6:8)

 

וְשַׂמְתֶּם אֶת־דְּבָרַי אֵלֶּה עַל־לְבַבְכֶם וְעַל־נַפְשְׁכֶם וּקְשַׁרְתֶּם אֹתָם לְאוֹת עַל־יֶדְכֶם וְהָיוּ לְטוֹטָפֹת בֵּין עֵינֵיכֶם

« Gravez donc Mes paroles dans vos cœurs et dans vos pensées; attachez-les en signe sur votre bras, et portez-les en diadème entre vos yeux » (Dévarim/Deutéronome 11:18)

Rabbi Yéshou'a :

"Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges Téfilines, et ils ont de longs Tsitsiyot à leurs Talitot" (Matityahou/Mathieu 23:5)

Séfer HaMitsvot (Rambam) :

 

Mitsvah n°79 (Téfilah de la tête)

Mitsvah n°80 (Téfilah du bras)

Concernés : les hommes

Temps de la mitsvah : en journée, tous les jours de l'année à l'exception :

1] Du Shabbat

2] Des jours de Fêtes (Péssah, Shavouôt, Rosh Hashannah, Yom Kippour, Soukkot, Shémini 'Atsérèt)

3] Des jours de Hol Hamoèd (les six jours de Péssah et les six jours de Soukkot)

Halakhah :

(Kitsour Shoulkhan 'Aroukh Chap.10)

§ 1] La coutume Nazaréenne, selon les paroles de notre Maître, est de porter des Téfilines de taille standard, pour ne pas donner une impression d'orgueil.

§ 2] La fabrication des Téfilines répond à des critères stricts, et seront impropres si elles ne répondent pas aux dix lois orales transmises à Moshé, qui sont les suivantes :

- Les lettres doivent être écrites à l'encre noire

- Sur des parchemins

- Les boîtiers doivent être en cuirs et cubiques

- La lettre Shin doit apparaître de chaque côté de la Téfilah de la tête (à trois branches et à quatre branches)

- Les rouleaux de parchemins doivent être enroulés et entourés d'un bout d'étoffe

- Les rouleaux sont attachés avec un poil de veau et dans le boîtier

- Les boîtiers se trouvent sur des bases carrées en cuir et sont fixés par des tendons

- Le socle de cuir  se termine par une gaine où passe la lanière

- Les lanières sont teintes à l'encre noire

- La lanière du bras se termine par un nœud en forme de lettre Yod. Celle de la tête, en son milieu, possède un nœud en forme de lettre Dalet (ou Mêm, selon la coutume)

§ 3] Il existe quatre paires de Téfilines différentes : les Téfilines selon Rachi, les Téfilines de Rabbénou Tam, les Téfilines de Shimousha Rabba, et les Téfilines de Ravad.

Les Téfilines de Rachi sont celles que tout homme d'Israël se doit d'acquérir, selon la loi qui a été tranchée.

Le Shoulkhan 'Aroukh conseille fortement à tout homme de porter également les Téfilines de Rabbénou Tam.

Les deux autres paires sont réservées aux personnes possédant un certain niveau de purification et de sanctification.

Complément :

La Torah orale nous rapporte plusieurs informations concernant leur fabrication et la manière de les porter. Il s'agit de deux cubes de couloir noir, un se posant sur le bras, et l'autre sur le dessus de la tête. La téfilah (singulier de Téfiline) du bras comporte un seul compartiment abritant un parchemin de la Torah sur lequel sont inscrites les quatre sections traitant de ce commandement dans la Bible. La téfilah de la tête, quant à elle, possède quatre compartiments dans lesquels se trouvent quatre parchemins, un pour chaque passage. Ces deux cubes sont fixés sur le bras et la tête par des lanières en cuirs, selon le procédé qui va être décrit ci-dessous.

Mais avant cela, voyons comment la Torah orale s'enracine dans la Torah écrite, au sujet de cette grande mitsvah :

Rachi commente ainsi ces passages : « « Ce sera pour toi en signe » : La sortie d’Égypte sera pour toi « en signe sur ta main et en souvenir entre tes yeux », c'est-à-dire que tu écriras ces sections et les attacheras sur la tête et sur le bras » (Shémot/Exode 13:9).

 

« « Sur ta main » : la main gauche, c'est pourquoi יָדְכָה 'ta main' est écrit 'plein' avec un ה Hé supplémentaire au verset 16, car il s'agit de la main la plus faible (Ménahot 37a) » (Shémot/Exode 13:9).

 

« « En diadème » : טוֹטָפֹת totafot en hébreu, car ils sont constitués de quatre compartiments. En effet, « tat » signifie « deux « en langue Kaspi, et « Pat » également « deux » en langue Afriki. Et Ménahem classe également le mot avec « téf », comme : « Et adresse-toi vers le sud » (hézqèl/Ézéchiel 21:2), « ne vous adressez pas » (Mikha/Michée 2:6). Ce mot signifie donc « parole », car celui qui verra les Téfilines attachées se rappellera le miracle et en parlera » (Shémot/Exode 13:16).

 

Le Ba'al Hatourim, pour sa part, nous dévoile les perles suivantes : « « Elles seront pour vous en signe sur votre main » : וְהָיָה לְךָ לְאוֹת עַל-יָדְךָ la guématria de ces mots, 647, est égale à celle de « le bras gauche », le bras sur lequel se portent les Téfilines » (Shémot/Exode 13:9).

 

« « La Torah d'HaShem dans ta bouche » : תּוֹרַת יְהוָה, בְּפִיךָ la guématria de cette phrase, 1144, est égale à celle de « c'est la récitation du shémâ » » (Shémot/Exode 13:9).

 

« « En son temps » : לְמוֹעֲדָהּ ce mot est écrit de façon « pleine » avec la lettre וֹ Vav, de valeur numérique 6, pour t'enseigner que les Téfilines se portent six jours de la semaine, et pas le Shabbat. Autre explication : il s'agit des six périodes festivales durant lesquelles les Téfilines ne se portent pas : Péssah, Shavouôt, Rosh Hashanah, Yom Kippour, Souccot et Shémini Atsérèt. De plus, la guématria de « attache ton turban » (hézqèl/Ézéchiel 24:17) est égale à « Ce sont les Téfilines » » (Shémot/Exode 13:10).

 

« « Et ce sera en signe sur votre main » : selon une tradition des scribes, la lettre Hé est surmontée de cinq tagin (signes dessinés sur le haut de la lettre), ce qui fait allusion aux cinq segments du bras qui se trouvent avant celui qui porte les Téfilines [trois segments des doigts, la main et l'avant-bras. Les Téfilines se places sur le biceps, soit le sixième segment] » (Shémot/Exode 13:16).

 

« « En diadème entre tes yeux » : la guématria de cette phrase, 762, est égale à celle de « ce sont les quatre compartiments » » (Shémot/Exode 13:16).

A ce sujet, la Guémara précise : « Qu'est-ce qu'une totéfêt ? […] Rav Yéhoudah a dit au nom d'Abayé : c'est un diadème [Rachi : porté sur le front]. Rabbi Abahou a dit : une totéfêt s'étend autour de son front, d'une oreille à l'autre » (Shabbat 57b).

 

« « Ta main » : la guématria de ce mot, 34, est égale à celle de « la portion haute du bras » [le biceps] » (Dévarim/Deutéronome 6:8).

 

« « Diadème » : selon une tradition des scribes, ce mot est écrit avec neuf tagin, faisant allusion aux neufs parties de la tête » (Dévarim/Deutéronome 6:8).

Accomplissement :

Sachons qu'il existe plusieurs coutumes, plusieurs manières de pouvoir les lier, seule une sera vue ici.

On mettra la téfilah du bras et avant de resserrer la lanière, l'on dira la brakha/bénédiction suivante :

 

בָּרוּךְ אַתָּה ה' אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם אֲשֶׁר קִדְשָׁנוּ בְּמִצְוֹתָיו וְצִוָּנוּ לְהָנִיחַ תְּפִלִּין

 

Baroukh atah Adonaï Eloheinou Mélèkh Ha'Olam, Asher Kideshanou Bémitsvotav, vétsivanou léaniah Téfiline

 

« Tu es Source de bénédictions, HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a prescrit de lier les téfilines »

 

Nous resserrons la lanière et entourons le biceps. Puis nous faisons sept tours sur l'avant-bras et nous laissons la lanière pendre de la main.

L'on prend alors la téfilah de la tête, sans s'interrompre, puis nous la fixons de façon à ce que le boîtier ne descende pas plus bas que la racine des cheveux, et qu'il soit bien placé entre les deux yeux (imaginez une ligne verticale passant entre les yeux et arrivant jusqu'en haut de la tête). Les deux lanières pendantes seront ramenées sur le devant.

 

Puis nous revenons à la lanière de la main, que nous terminons de lier autour de cette-dernière, en réalisant trois tours autour du majeur et en enroulant ce qui reste autour de la main.

Se procurer une paire

Pour avoir des Téfilines de qualité supérieure, cliquez ici ou cliquez ici