2

1 Mais toi, dis ce qui convient à l'enseignement sain.

2 Les vieillards doivent être sobres, honnêtes, sensés, sains dans la émounah, l'amour, la patience.
3 Les vieilles doivent aussi avoir une conduite respectable, n'être ni médisantes, ni adonnées au vin, mais enseignant le bien,

4 pour entraîner les jeunes femmes à chérir maris et enfants,

5 à être sensées, tsniout, femmes d'intérieur, bonnes, soumises à leurs propres maris, de peur que la Parole d'HaShem ne soit blasphémée.

6 Exhorte de même les jeunes gens à être sensés.

7 En tout, montre toi-même l'exemple de belles œuvres, dans l'intégrité de l'enseignement, la gravité,

8 la parole saine et irréprochable, afin que le contradicteur soit confus, n'ayant aucun mal à dire de nous.
9 Les esclaves doivent être soumis en tout à leurs propres maîtres, leur être agréables sans les contredire,

10 sans rien dérober, en montrant, au contraire, une parfaite fidélité, pour qu'ils fassent honneur en tout à l'enseignement de notre Sauveur, HaShem.

11 Car la bonté d'HaShem, source de délivrance pour tous les hommes, est apparue.

12 Elle nous instruit, pour qu'en rejetant la non-ferveur et les désirs de l'univers nous vivions avec bon sens, justice et ferveur dans le 'olam hazé,

13 en attendant l'heureux espoir, et l'apparition de gloire du grand E.lohim, et de notre libérateur, le Messie Yéshou'a.

14 Il s'est donné lui-même pour nous, pour nous racheter de toute violation de Torah, et purifier un peuple qu'il s'est personnellement acquis, zélé pour les belles œuvres.
15 Dis cela, exhorte, et reprends en toute autorité. Que personne ne te méprise !

*

14 un peuple qu'il s'est personnellement acquis : le peuple d'Israël, que le Roi Messie s'est acquis, lui qui fait expiation pour tout les descendants de Ya'aqov depuis la destruction du Second Temple, ainsi que le dit le Zohar : « quand Israël était en Terre Sainte, les rituels et les qorbanot qu’ils accomplissaient enlevaient toutes ces maladies du monde, maintenant, c’est le Messie qui les enlève des fils du monde, jusqu’à ce que l’homme quitte ce monde et reçoive ses punitions" (Zohar II, 212a).