9

1 Et, passant, il vit un homme, un aveugle de naissance.

2 Ses talmidim le questionnèrent et dirent : Rabbi, qui est fautif, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ?

3 Yéshou'a répondit : lui-même n’est pas fautif, ni ses parents ; mais c’est pour que les oeuvres d’HaShem se manifestent en lui.

4 Il nous faut travailler au travail de Celui qui m’a envoyé tandis qu’il fait jour. La nuit vient, où nul ne peut œuvrer.

5 Tant que je suis dans l’univers, je suis la lumière de l’univers.

6 Il dit cela, puis il cracha à terre. Il fit de la boue avec sa salive et de boue lui enduit les yeux.

7 Il lui dit : va et lave-toi dans la piscine de Shiloah (ce qui se traduit par 'envoyé'). Il s’en alla donc, se lava et revint voyant.

8 Ses voisins, et ceux qui le voyaient mendier auparavant, dirent : n’est-ce pas celui qui était assis et mendiait ?

9 Certains dirent : c’est lui. D’autres disaient : non, mais il lui ressemble. Mais lui dit : c’est moi !

10 Ils lui dirent donc : comment tes yeux se sont-ils ouverts ?

11 Il répondit : l’homme dit Yéshou'a a fait de la boue ; il a enduit mes yeux et m’a dit : 'va à la piscine de Shiloah et lave-toi !' Alors j’y suis allé, je me suis lavé et j’ai vu.

12 Ils lui dirent : où est-il ? Il dit : je ne sais pas.

13 Ils amenèrent aux P'roushim celui qui auparavant était aveugle.

14 C’était un Shabbat, le jour où Yéshou'a avait fait de la boue et ouvert les yeux.

15 À nouveau, les P'roushim aussi le questionnèrent : comment a-t-il vu ? Il leur dit : il a mis de la boue sur mes yeux, je me suis lavé et je vois.

16 Certains parmi les P'roushim dirent : cet homme n’est pas d’HaShem, puisqu’il ne garde pas le Shabbat. Mais d’autres dirent : comment un homme fautif pourrait-il faire des signes semblables ? Entre eux, c’était la scission.

17 Alors, ils dirent de nouveau à l’aveugle : et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ? Il dit : c’est un inspiré !

18 Les Juifs n’adhéraient pas à ceci : qu’il ait été aveugle et qu’il voie, tant qu’ils n’avaient pas appelé les parents du nouveau voyant.

19 Ils les questionnèrent et dirent : est-ce votre fils ? Vous dites bien qu’il est né aveugle ? Comment voit-il, maintenant ?

20 Ses parents répondirent et dirent : nous savons que c’est lui notre fils et qu’il est né aveugle.

21 Mais comment il voit maintenant, nous ne le savons pas, ou qui a ouvert ses yeux, nous ne le savons pas. Questionnez-le ; il a l’âge ; il parlera de lui-même.

22 Cela, ses parents le dirent car ils frémissaient des Juifs. Oui, les Juifs en étaient déjà convenus : si quelqu’un le déclarait pour Messie, il serait exclu de la synagogue.

23 C’est pourquoi ses parents disaient : 'il a l’âge, questionnez-le'.

24 Ils appelèrent une deuxième fois l’homme qui avait été aveugle. Ils lui dirent : rends gloire à HaShem ! Nous savons, nous, que cet homme est fautif.

25 Lui répondit donc : s’il est fautif, je ne sais ; je sais une chose : c’est que j’étais aveugle, et maintenant je vois.

26 Ils lui dirent donc : qu’est-ce qu’il t’a fait ? Comment t’a-t-il ouvert les yeux ?

27 Il leur répondit : je vous l’ai déjà dit. N’avez-vous pas entendu ? Pourquoi voulez-vous l’entendre à nouveau ? Est-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses talmidim ?

28 Ils l’outragèrent et dirent : toi, tu es le talmid de celui-là ! Mais nous, nous sommes les talmidim de Moshé !

29 Nous savons qu’HaShem a parlé à Moshé. Mais celui-là, nous ne savons pas d’où il est.

30 L’homme répondit et leur dit : c’est cela l’étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est ; mais, lui, il m’a ouvert les yeux.

31 Nous savons qu’HaShem n’entend pas les fautifs ; mais si quelqu’un vénère HaShem et fait Son vouloir, HaShem l’entend.

32 Il n’a jamais été entendu qu’un homme ait ouvert les yeux d’un aveugle-né.

33 Si celui-là n’était pas d’HaShem, il ne pourrait rien faire.

34 Ils répondirent et lui dirent : dans les fautes tu es né tout entier, et tu nous enseignes ! Ils le jetèrent dehors.

35 Yéshou'a entendit qu’ils l’avaient jeté dehors. Il le rencontra et dit : toi, adhères-tu au ben Adâm ?

36 Il répondit et dit : qui est-il, Adôn, pour que j’adhère à lui ?

37 Yéshou'a lui dit : eh bien, tu le vois ! Celui qui te parle, c’est lui.

38 Il dit : j’adhère, Adôn ! Et il se prosterna devant lui.

39 Yéshou'a dit : pour un jugement je suis venu en cet univers, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles.

40 Parmi les P'roushim qui étaient avec lui, certains entendirent et lui dirent : est-ce que, nous aussi, nous sommes aveugles ?

41 Yéshou'a leur dit : si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de faute. Maintenant vous dites : 'nous voyons', mais votre faute demeure.

*

2 lui : mais un fœtus pèche-t-il dans le ventre de sa mère ? Mais la question fait allusion à une faute dans une vie antérieure.

4 La nuit vient : c'est l'exil d'Edom.

6 Il fit de la boue avec sa salive : ce qui constitue une transgression de Shabbat.

16 Entre eux, c’était la scission : comme pour le grabat de l'homme, le Rabbi, au vu de l'imminence du jugement sur Israël, violait volontairement une mitsvah de la Torah pour faire ressortir la haine gratuite du cœur et les pousser à faire téshouvah, selon le principe : « il est temps d’agir pour HaShem, Ta Torah a été bafouée » (Téhilim/Psaume 119 :126).

29 : la Torah a été donnée devant des millions de personnes, et c'est la preuve de son authenticité. Mais cet homme, personne ne sait d'où il vient ni comment il a acquis son autorité.

31 n’entend pas les fautifs : mais peut-être a-t-il accompli ses miracles par sorcellerie ? Mais celle-ci à ses limites, et les oeuvres du Rabbi les dépassaient. De plus, ses miracles étaient accompagnés d'une téshouvah à la Torah et d'une plus grande émounah en HaShem, ce qui sont les critères d'un véritable prophète du Saint Béni Soit-Il.

33 il ne pourrait rien faire : d'aussi prodigieux.

38 se prosterna : par respect.

39 afin que ceux qui ne voient pas voient : pour que les améi haarets et ceux qui sont intègres puissent accéder à l'adhésion au Tsadik de vérité.

 

et que ceux qui voient deviennent aveugles : les Tsadouqim et les mauvais P'roushim qui se disaient comprendre la Torah.

41 mais votre faute demeure : car vous ne vous attachez pas totalement au Tsadik de vérité.

​​