9

1 Donc la première avait aussi des ordonnances pour le culte, et le Temple de cet univers.

2 Oui, un mishkân fut préparé, et en premier, où étaient la ménorah, l'autel des qétorèt en or, la table avec l'exposition des pains, se trouvait le 'Qodesh'.

3 Derrière le second voile il y avait la partie du mishkân appelée le "Qodesh haqodashîm".

4 Elle renfermait l'arche de l'alliance, entièrement recouverte d'or, où une urne d'or contenait la manne, la branche d'Aharôn qui avait bourgeonné, et les tables de l'alliance.

5 Au-dessus, les Kérouvîm de gloire obombraient le propitiatoire, dont il n'est pas possible, maintenant, de parler en détail.

6 Ceci ayant été préparé ainsi, les cohanîm, de tout temps, entrent dans la première tente pour accomplir le service.

7 Mais dans la seconde, une seule fois par an, seul y entre le cohen gadol, non sans le sang, qu'il offre pour lui-même et pour les inadvertances du peuple.

8 La rouah haqodesh montrait ceci, que le chemin des réalités sacrées n'était pas encore manifeste, tant que la première tente existe.

9 Ceci est une parabole pour le temps actuel, selon laquelle les dons et qorbanot offerts ne peuvent en conscience rendre parfait le serviteur.

10 Ce n'était qu'aliments, boissons et ablutions variées : des institutions de chair, subsistant jusqu'au temps de la réforme.

11 Mais le Messie est arrivé, cohen gadol des biens à venir, a travers la demeure plus grande et plus parfaite, non faite par la main, et qui n'est pas de cette création.

12 Il est entré une fois pour toutes dans le Temple, non par le sang des boucs et des veaux, mais par son propre sang, ayant trouvé le rachat pour pérennité.

13 Car si le sang des boucs et des taureaux, si la cendre d'une vache, aspergés sur les taméi, sanctifient et purifient la chair,

14 combien plus le sang du Messie, qui, par la rouah de pérennité, s'est offert lui-même à HaShem sans tache, purifiera-t-il nos consciences des œuvres mortes, pour le service de l'E.lohim vivant !


15 Par cela, il est donc le médiateur de l'alliance renouvelée. Ainsi la mort est survenue pour la rançon des transgressions de la première alliance, pour que les appelés reçoivent la promesse de l'héritage, en pérennité.

16 Car là où il y a un testament, la mort du testateur est une nécessité présente.

17 Oui, le testament est confirmé par la mort, il n'a aucune force durant la vie du testateur.

18 Aussi, même la première alliance n'a pas été inaugurée sans le sang.

19 Oui, Moshéh, après avoir énoncé chaque mitsvah à tout le peuple, conformément à la Torah, a pris le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope ; et il en a même aspergé le rouleau et tout le peuple,

20 en disant : « Voici le sang de l'alliance qu'HaShem a tranché avec vous. »

21 Et il a même aspergé, avec le sang, le mishkân et tous les objets du culte.

22 Selon la Torah, précisément, tout est purifié dans le sang, et sans effusion de sang il n'advient pas de rémission.


23 La nécessité étant donc que les figurations des cieux soient purifiées par ces gestes, elles-mêmes, les réalités célestes, doivent l'être par de meilleurs qorbanot que ceux-là.

24 Car le Messie n'est pas entré dans un Temple fait par la main, image des véritables réalités, mais dans les cieux eux-mêmes, afin de paraître maintenant pour nous en faces d'HaShem.

25 Et non pas qu'il doive s'offrir lui-même plusieurs fois, comme le cohen gadol, qui entre dans le Temple chaque année avec un sang étranger.

26 Autrement, il lui aurait alors fallu souffrir plusieurs fois depuis la fondation de l'univers. Mais il s'est manifesté une seule fois à l'accomplissement des ères, pour l'annulation de la faute par son propre sacrifice.

27 Et comme il appartient aux hommes de mourir une seule fois, et c'est ensuite le jugement,

28 de même le Messie a été offert une seule fois pour porter les fautes de beaucoup, mais il apparaîtra une seconde fois, sans nulle faute, à ceux qui l'attendent pour la délivrance.

*

7 une seule fois par an : à Yom Kippour.

10 des institutions de chair : des institutions conduites par une mitsvah dépendant de la chair, qui est d'être un Cohen descendant d'Aharôn.

 

subsistant jusqu'au temps de la réforme : le temps de l'exil.

15 pour la rançon des transgressions : comme le rapportent nos Maîtres : « cette blessure qui le fait souffrir et le démange nous guérira, car HaShem nous pardonnera en son mérite et nous serons guéris de nos péchés et des fautes de nos pères » (Commentaire du Ramban sur le passouk « Mon Serviteur sera élevé »).

20 : Shémot/Exode 24:8.

27 il appartient aux hommes de mourir une seule fois : pour les hommes attachés au Tsadik qui est mort une seule fois, il leur appartient de mourir une seule fois, car le Tsadik les réparent. Pour les autres, ils reviennent autant de fois qu'il faut pour terminer leur réparation. Et c'est ainsi qu'il est dit, à propos de la grandeur du Tsadik : "tout le Service Divin, les guilgoulim de chacun et les réparations de tout homme passe par son intermédiaire [au Messie]" ("Les sept piliers et fondements de la foi").