Lois et Coutumes de la Fête

_____

_____

 

 

 

commandments-49012_1280.png

La Torah écrite ne mentionnant pas de mitsvot particulières pour cette Fête comme c'est le cas pour Pessah et Soukkot, la plupart des coutumes trouvent leur source dans la Torah orale. Les "permis" et "interdits" de ce jour seront donc les mêmes que les autres Yom Tov.

Bénédiction

Nous faisons la brakha suivante, avant d'allumer deux bougies pour la Fête :

בָּרוּךְ אַתָּה יהוה אֱלֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם אֲשֶׁר קִדְשָׁנוּ בְּמִצְוֹתָיו וְצִוָּנוּ לְהַדְלִיק נֵר שֶׁל יוֹם טוֹב

Baroukh Atah Adonaï E.loheinou, Mélèkh ha'olam, achère qidéchanou bémitsvotav, vétsivanou léadliq nér shel Yom Tov

 Tu es Source de Bénédictions HaShem notre E.lohim, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et qui nous a ordonné d'allumer la bougie du Yom Tov

La nuit de Shavouôt

Une coutume répandue est de veiller toute la nuit de Shavouôt. On y étudie la Torah et l'on y fait certaines lectures propres à ce moment. La raison en est que le jour du Don de la Torah, le peuple d'Israël fut réveillé par les sons du Chofar (corne de bélier) au lieu de l'être par lui-même plus tôt, pour pouvoir se préparer pour ce grand jour. Afin de faire le tikoun, de réparer cette faute de nos pères, nous privons nos yeux de sommeil, attendant impatiemment le levé du jour pour revivre ce moment par notre étude et nos téfilot, nos prières.

Le Roi David

David est né et s'est voilé le jour de Shavouôt, c'est pourquoi la coutume du peuple d'Israël est d'abonder, en ce jour, en lectures de Téhilim (Psaumes), écrits par l'ancêtre du Roi Messie.

Méguilat Routh

Nous lisons également la Méguilat Routh (Le Livre de Ruth) qui raconte une partie de l'histoire de cette noble femme, ancêtre de David et de Yéshou'a. De plus, cette histoire prend place lors de la période des moissons de l'orge, durant le temps de Shavouôt donc.

Plats lactés

Comme pour chaque Shabbat et Jours de Fêtes, l'on devra faire de bons repas, avec si possible de la viande et du vin.

Pour Shavouôt en particulier, nous consommons des mets lactés. Les raisons sont nombreuses : premièrement, la Torah est comparée au lait, qui nourrit l'enfant et le fait grandir. De même la Torah nourrit notre être entier.

Ensuite, les montagnes du Sinaï sont appelées "gavnounim" dans le Téhilim/Psaume 68:17, et ce mot est de la même racine que gvina, le fromage.

Autre raison, les Bnéi Israël reçurent du Sinaï, entre autre, les lois de la kasheroute, des aliments permis et interdits. Or, ils réalisèrent que leurs ustensiles de cuisines étaient donc devenus inutilisables, ils devaient les purifier avant de pouvoir y faire cuire de la viande, cette fois permise par la Torah. En conséquence, ils mangèrent des mets lactés ce jour, ne pouvant consommer des plats carnés pour le moment.