1

1 Rouleau des engendrements de Yéshou'a, Messie, bèn David, bèn Avrahâm.

2 Avrahâm engendra Yitshaq, Yitshaq engendra Ya'aqov, Ya'aqov engendra Yéhoudah et ses frères.

3 Yéhoudah engendra Pérèts et Zarah de Tamar, Pérèts engendra Hètsrôn, Hèstrôn engendra Râm,

4 Râm engendra 'Aminadav, 'Aminadav engendra Nahshôn, Nahshôn engendra Salmah,

5 Salmah engendra Bo'az, Bo'az engendra 'Oved de Rout, 'Oved engendra Yishaï,

6 Yishaï engendra David, le roi. David engendra Shélomoh de celle d'Ouriyah,

7 Shélomoh engendra hav'âm, hav'âm engendra Aviyah, Aviyah engendra Assa,

8 Assa engendra Yéhoshafat, Yéhoshafat engendra Yéhorâm, Yéhorâm engendra 'Ouziyah,

9 'Ouziyah engendra Yotâm, Yotâm engendra Ahaz, Ahaz engendra Hizqiyahou,

10 Hizqiyahou engendra Ménashéh, Ménashéh engendra Amôn, Amôn engendra Yoshiyahou,

11 Yoshiyahou engendra Yéhoyaqîm et ses frères, lors de l'exil de Bavèl.

12 Après l'exil de Bavèl, Yékhonyah engendra Shéaltiel, Shéaltiel engendra Zéroubavèl,

13 Zéroubavèl engendra Avihoud, Avihoud engendra Eliyaqîm, Eliyaqîm engendra 'Azour,

14 'Azour engendra Tsadoq, Tsadoq engendra Yakhîn, Yakhîn engendra Elihoud,

15 Elihoud engendra El'azar, El'azar engendra Matân, Matân engendra Ya'aqov,

16 Ya'aqov engendra Yosef, Yosef, à qui Miryâm la jeune fille était fiancée, engendra Yéshou'a, appelé Messie.

17 Et voici toutes les générations d'Avrahâm à David : quatorze générations, et de David à l'exil de Bavèl : quatorze générations, et de l'exil de Bavèl jusqu'au Messie : quatorze générations.

18 Et voici l'engendrement du Messie : Miryâm sa mère était méqoudéshèt à Yosef. Avant qu'ils ne se rencontrent, elle fut trouvée l'ayant dans le ventre par la rouah haqodesh.

19 Yosef, son homme, était un tsaddiq, et ne désirant pas diffamer Miryâm, voulut la délier en secret.

20 Réfléchissant à ces choses, voici, un messager de l'Adôn lui apparut en songe, et dit : « Yosef bèn David, ne crains pas de prendre Miryâm, ta femme, car ce qui s'engendre en elle est de la rouah haqodesh.

21 Elle t'engendrera un fils, et tu crieras son nom : Yéshou'a, car c'est lui qui délivrera son peuple de ses fautes. »

22 Et tout cela arriva pour accomplir ce qu'avait dit l'Adôn par Yesha'yahou le navi, disant :

23 « Voici, la jeune fille sera enceinte, elle enfantera un fils, et elle criera son nom : 'Immanou-el » signifiant « E.l avec nous. »

24 Yosef, s'étant réveillé du sommeil, fit selon ce que lui avait ordonné le messager de l'Adôn, et prit sa femme,

25 et elle lui engendra un fils et il cria son nom : Yéshou'a.

*

 

1 engendrements : « Nos Sages enseignent : dans la Torah, tous les mots "toldot" (engendrements), sont écrits sans la lettre ו vav, sauf deux : « Voici les engendrements des cieux et de la terre » (Béréshit/Genèse 2:4) et « Voici les engendrements de Pérets » (Rout/Ruth 4:18). Le premier verset décrit le début de la Création avant l'apparition de l'ange de la mort. A ce moment-là, le mot « générations » était complet (avec un ו vav). Après la faute d'Adâm et Havah, HaShem réduisit tous les mots « générations » en leur soustrayant leur ו vav. Cependant, le mot « générations » de Pérets est écrit avec un ו vav parce qu'il est l’ancêtre du Messie. A sa venue, HaShem « effacera la mort à jamais » (Yésha'yahou/Isaïe 25:8) » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:18).

Le fils de Yéhoudah est appelé Pérets car « tu as fait brèche pour toi » (Béréshit/Genèse 38:29). De même, « monte en faces d'eux l'ébrécheur ; il fait brèche et passe » (Mikhah/Michée 2:13), c'est-à-dire le Roi Messie, dont le dévoilement « purifie, blanchit, et épure » (Daniel 12:10). Et alors, ceux-ci « monteront au mont Tsiôn pour juger le mont 'Esav, et à HaShem sera le règne » ('Ovadiyah/Abdias 21).

Messie... David... Avrahâm : les initiales de ces trois mots forment Adâm.

 

3 Pérèts : « Le nom Pérèts [« une brèche »] fait allusion à la lune, parfois à l'état de brèche, et parfois pleine, « construite » […]. Comme la lune grossit pour devenir pleine en quinze jours, la monarchie a grandi pour atteindre sa pleine splendeur à la quinzième génération : celle de Shélomoh, en comptant depuis Avrahâm » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:18).

de Tamar : Tamar, Rout et Bat Shév'a sont citées ici car elles ont spécifiquement désiré construire la royauté d'Ysraël, ainsi qu'il est dit : « Puisses-tu donner naissance à une famille royale digne de celle de Pérèts, et établir la monarchie avec cette femme qui a pris l'initiative de ce mariage comme l'ont fait les filles de Lot et Tamar » (Mé'âm Lo'ez Rout, 4:12), « Mon adôn, tu l'as toi-même juré, par HaShem ton E.lohim, à ta servante : "Oui, Shélomoh, ton fils, règnera après moi, il siégera sur mon trône" » (Alef Mélakhim/1 Rois 1:17).

5 Salmah : « Salmôn, qui veut dire « vêtement », a été nommé ainsi parce qu'il a enveloppé son âme d'un magnifique vêtement de bonnes actions […] Le nom Salmôn est dérivé du mot soulam, échelle, et est composé des mêmes lettres que Shélomoh. Le Midrash rapporte que jusqu'à Salmôn, des échelles étaient édifiées pour les chefs de tribus et, après lui, pour les rois. En d'autres termes, les générations de Pérèts jusqu'à Nahshôn se sont élevées d'un échelon à l'autre jusqu'à mériter la Royauté. Les générations suivantes ont, de même, grandi jusqu'à atteindre « le haut de l'échelle » en la personne de Shélomoh qui régnait sur les êtres célestes et terrestres » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:19,20).

Bo'az : « Les événements inhabituels ayant conduit au mariage de Bo'az avec Rout ont été arrangés par HaShem pour donner naissance au Roi David. De la même façon, les événements inhabituels ayant conduit à l'union de Yéhoudah et Tamar émanaient du Maître du Monde » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:18).

de celle d'Ouriyah : Bat Shév'a, la femme de David, qui lui était destinée depuis les six jours de la Création (Sanhédrîn 107a). Et pourquoi dire ici "celle d'Ouriyah" ? Pour te montrer qu'elle a accédé à la grandeur, en passant de la main d'un serpent à celle du roi David. De la même manière, pourquoi Avigayil continue d'être appelée "la femme de Naval", bien qu'il soit mort et qu'elle appartienne à David (Alef Shémouel/1 Samuel 27:3) ? Pour te montrer qu'elle est passée de la main d'un serpent à celle du roi, et a connu l'élévation (Homat Anakh).

8 Yéhorâm engendra 'Ouziyah : trois rois ne sont pas cités : Ahazyahou, Yoash et Amatsyahou. HaShem a déclaré que la maison d'Ahav serait totalement exterminée (Alef Mélakhim/1 Rois 21:21) et Yéhorâm était marié avec 'Atalyah bat Ahav, et il est écrit : « Il avait trente-deux ans à son règne, et il régna huit ans à Yéroushalayim. Il alla sur la route des rois d'Ysraël, selon ce qu'avait fait la maison d'Ahav, car la fille d'Ahav était à lui pour femme. Il fit le mal aux Yeux d'HaShem, mais HaShem ne consentit pas à détruire la maison de David, à cause du pacte qu'Il avait tranché pour David, quand Il avait dit de lui donner une lampe, et à ses fils, tous les jours » (Beit Divréi Hayamim 21:5-7). N'ayant pas fait une teshouvah complète comme David leur père, ils payèrent pour leur ancêtre, ainsi qu'il est écrit dans la Torah de Moshéh : « Je sanctionne le tort des pères sur les fils, jusqu'à la troisième et à la quatrième génération pour Mes haineux » (Shémot/Exode 20:5), que Rachi commente : « Jaloux pour punir, et Il n'outrepasse pas Son attribut pour pardonner l'idolâtrie [...] lorsqu'ils répètent les actions mauvaises de leurs pères dans leurs mains », et il est écrit : « Il fit ce qui est mal aux Yeux d'HaShem » (Beit Mélakhim/2 Rois 8:27), « Seulement, ils n'écartèrent pas les hauts lieux, le peuple sacrifiait et encensait encore dans les hauts lieux » (Beit Mélakhim/2 Rois 12:4) et « Seulement, les hauts lieux, il ne les écarta pas, le peuple sacrifiait et encensait encore dans les hauts lieux » (Beit Mélakhim/2 Rois 14:4). Ils ne méritèrent donc pas de compter dans la lignée royale du Messie, bien qu'ils en soient des maillons.

11 Yoshiyahou engendra Yéhoyaqîm : il est écrit au sujet de Yéhoyaqîm : « Il ne sera pour lui personne qui siège sur le trône de David. Sa charogne sera jetée à la chaleur, le jour, à la glace, la nuit. Je le sanctionne, lui, sa semence » (Yirméyahou/Jérémie 36:30-31). Et il est écrit au sujet de Yékhonyah la chose suivante : « Ainsi parle HaShem : inscrivez cet homme : "Solitaire ! Un brave qui ne triomphera pas en ses jours !" Il ne triomphera pas de sa semence, l'homme assis sur le trône de David qui gouverne encore en Yéhoudah » (Yirméyahou/Jérémie 22:30). Cependant, le Rambam dit : « Mais après qu'il s'est repenti dans son exil, il est dit au sujet de son fils  Zéroubavèl  : "En ce Jour, parole d'HaShem Ts.évaôt, Je te prendrai,  Zéroubavèl  bèn Shéaltiel, Mon serviteur, dit HaShem, et Je te mettrai comme un sceau" (Haggaï/Aggée 2:23) » (Mishnéh Torah, Séfer Hamadda', Téshouvah, 7:6). En effet, « rien ne résiste à la téshouvah » (Yéroushalmi Pé'ah 1:1, Zohar Mishpatim 106 a-b).

ses frères : Yohanân, Tsidqiyahou et Shalloum (Alef Divréi Hayamim/1 Chroniques 3:15).

12 Yékhonyah : le fils de Yéhoyaqîm.

Après l'exil de Bavèl, Yékhonyah engendra : comme il est dit : « Et après qu'il fut exilé, il est écrit : "Et les fils de Yékhonyah : Assir Shéaltiel son fils" (Alef Divréi Hayamim/1 Chroniques 3:17) » (Sanhédrîn 37b).

6-16 : les généalogies étaient connues, comme il est rapporté : « On a trouvé à Yéroushalayim un rouleau de généalogie dans lequel il était écrit qu'Hillel descendait de David » (Béréshit Rabbah 98:8). Et ainsi Yisraël préservait ces informations : « Ils s'enfantaient par clans, par la maison de leurs pères, au nombre des noms : Ils ont produit des documents attestant de leur généalogie, et des témoins pour confirmer leur ascendance, afin que chacun puisse être enregistré dans sa tribu » (Yalqout Shim‘oni Bamidbar 684, Rachi sur Bamidbar/Nombres 1:18).

17 d'Avrahâm à David : quatorze générations : ainsi qu'il est dit : « David devait appartenir à la quatorzième génération afin que Shélomoh soit la quinzième [Il allait être le représentant de la Gloire d'HaShem sur terre, et son règne représentait l'apogée de la splendeur d'Ysraël]. La quinzième génération correspondait à la pleine lune qui apparaît le quinzième jour du mois lunaire » (Mé'âm Lo'ez Rout 2:1). Il est de plus rapporté : « David (de valeur numérique quatorze) à la quatorzième génération, est mentionné par allusion dans le verset « Lors de sa délivrance, l'un d'eux avança la main » (Béréshit/Genèse 29:28), 'Yad' / main, de valeur numérique quatorze » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:18).

« Le Saint, Béni Soit-Il, a dit à David : "Quel besoin avais-Je de détailler les généalogies de Pérèts, Hètsrôn, Râm, 'Aminadav, Nahshôn, Salmôn, Bo'az ou Yishaï si ce n'est pour arriver à toi !" Ce que vise le verset : « J'ai trouvé David Mon serviteur, Je l'ai oint de Mon huile sacrée » (Téhilim/Psaume 89:21) » (Béréshit Rabbah 39:10). De même, toute cette généalogie n'a été donnée que pour arriver au Roi Messie descendant de David.

Et voici toutes les générations d'Avrahâm à David : il y a en tout quarante-deux générations, qui a fallu pour réparer Adâm, mot dont les initiales forment Avrahâm, David et Mashiah. Cela correspond aux quarante-deux étapes des bénei Yisraël dans le désert (Bamidbar/Nombres 33), que chaque Yisraélite doit traverser dans sa vie pour se réparer, pour sortir de l'esclavage et accéder à la liberté de son être. Ce faisant, il illumine également pour sa vie le Nom Divin de quarante-deux lettres.

18 était méqoudéshèt : il s'agit de la première étape du mariage, appelée érousîn ou qiddoushîn.

L'ayant dans le ventre par la rouah haqodesh : expression signifiant qu'elle est tombée enceinte de Yosef avant la dernière étape de leur mariage, ceci ayant été néanmoins conduit par HaShem Lui-même, comme il est également dit au sujet de Tamar : « La rouah haqodesh dit : "C'est de moi que ces choses sont arrivées" » (Béréshit Rabbah 85,12), alors qu'elle est tombée enceinte du père de la lignée messianique hors mariage, et c'est ainsi l'allusion : « Dans la faute j'ai été conçu, et dans le péché s'échauffa de moi ma mère » (Téhilim/Psaume 51:7).

Et toute autre compréhension n'est qu'idolâtrie, car : « Nîmrod prétendait être un dieu, il réussit à convaincre les peuples qu'il avait créé les cieux et la terre. L'opinion générale admettait que Nîmrod n'était pas né d'une femme et que Kouch n'avait que cinq fils : Séva, Havilah, Savtah, Ra'mah et Savtékha. La Torah réfute l'idée répandue que Nîmrod était un dieu en précisant clairement et sans aucune ambiguïté que « Kouch engendra Nîmrod » (Mé'âm Lo'ez Béréshit 11:31). Seul un homme descendant du roi David par son père peut prétendre au trône d'Ysraël : « Ce n'est pas seulement la Royauté mais toutes les hautes fonctions et nominations au sein d'Ysraël qui se transmettent par succession au fils, et au fils du fils à jamais » (Mishnéh Torah, Hilkhot Mélakhim chap.1), « Dès lors qu'il fut oint, David a acquis la couronne royale, et la Royauté est à lui et à sa descendance mâle à jamais » (Ibid.).

rouah haqodesh : le « souffle de sainteté », qui est un degré de prophétie variable, donnant de fortes intuitions de vérité.

19 Yosef, son homme, était un tsaddiq : il est dit : « Partout où il est dit "homme" [ish], il s'agit d'un grand tsaddiq dans sa génération, qui est capable d'être un bouclier pour lui-même et pour les autres » (Zohar Rout 77d, Tânhouma Shémini 9). Et pourquoi le messager l'appelle « Yosef bèn David » ? Selon le sens littéral, car il est son descendant et donc apte à donner naissance au futur roi, mais également car il marchait dans les pas de son père, et "fils" signifie aussi "talmid", car il était à sa ressemblance.

voulut la délier en secret : car un tel comportement n'était pas adéquat avec son niveau : « Rav donnait des coups de fouet pour des qiddoushîn effectués avec un rapport », cela étant impudique (Qiddoushîn 12b). Ceci concerne également la femme qui est arousah (Mishnéh Torah, séfèr nashim, Ishout 10:1).

20 ce qui s'engendre en elle est de la rouah haqodesh : comme il est rapporté au sujet de Tamar : « Une voix est sortie du ciel et a déclaré : "De Moi ! C'est par Ma Volonté que la chose s'est produite" » (Rachi sur Béréshit/Genèse 38:26).

Et pourquoi une telle action de la part d'HaShem ? Car « si les moments décisifs pour l'histoire du peuple Juif étaient passés, ces événements n'auraient pas abouti […] Yéhoudah était sur le point de dépasser Tamar et de continuer sa route lorsqu'un ange l'a poussé vers elle. Bo'az n'avait plus qu'un jour à vivre lorsqu'il a épousé Rout. Tout ceci nous enseigne que, dès que le moment sera mûr, le Messie ne tardera pas à venir » (Mé'âm Lo'ez Rout 4:18).

 

22 ce qu'avait dit l'Adôn : dans Yésha'yahou/Isaïe 7:14. Au niveau du sens littéral, le verset fait référence au fils du roi Ahaz, ou selon d'autres Maîtres, au fils du navi lui-même. Ici Mattityahou l'applique par allusion à la naissance du Roi Messie. De même qu'à l'époque d'Ahaz, avant que l'enfant sache choisir le bien, les intentions des rois ennemis seraient anéanties, de même Hordos et ses intentions disparaîtraient avant que Yéshou'a soit en âge de choisir le bien.

23 Immanou-el : cela désigne ici allusivement le Roi Messie. Ce nom signifie "E.l avec nous", E.l étant un des Noms Divins désignant l'attribut de héssed, la bonté. Ceci signifie que Yéshou'a dévoile une dimension de bonté pour le monde.

24 prit sa femme : il prit Miryâm officiellement dans sa maison, c'est la seconde étape du mariage, les nisouîn. Il s'écoulait généralement une année entre les deux étapes du mariage (Kétoubot 57a).