1 Mes frères, sans faire acception de personne, ayez la émounah à notre adôn Yéshou'a, le Messie de gloire.

2 En effet, si un homme entre dans votre synagogue avec une bague d'or, un habit splendide, et qu'entre aussi un pauvre en haillons ; 

3 si vous tournez le regard sur celui qui porte l'habit splendide en disant : 'toi, assieds-toi ici confortablement', et au pauvre : 'toi, tiens-toi debout là, ou assieds-toi sous mon marchepied', 

4 ne les discriminez-vous pas, ne devenez-vous pas des juges aux pensées mauvaises ?

5 Écoutez, mes frères aimés : HaShem n'a-t-Il pas choisi les pauvres dans l'univers, riches en émounah, et héritiers du Royaume qu'Il a promis à ceux qui l'aiment ?

6 Mais vous méprisez le pauvre ! Les riches ne vous oppriment-ils pas ? Ne vous traînent-ils pas devant les batei dîn ?

7 Ne blasphèment-ils pas le beau Nom invoqué sur vous ?

8 Cependant, si vous accomplissez la Torah royale selon l’Écrit : 'tu aimeras ton prochain comme toi-même', vous faites bien.

9 Mais si vous faites acception de personne, vous commettez une faute, vous êtes repris par la Torah comme transgresseurs.

10 Car quiconque est complètement shomer Torah, mais trébuche sur un point, devient coupable de tout.

11 En effet, Celui qui a dit 'n'adultère pas', a dit aussi 'n'assassine pas'. Or, si tu n'adultères pas mais assassines, tu deviens un transgresseur de la Torah.

12 Parlez ainsi et agissez ainsi, comme devant être jugés par la Torah de la liberté.

13 Oui, le jugement est sans miséricorde pour qui ne fait pas miséricorde, mais la miséricorde triomphe du jugement.

14 Quelle utilité, mes frères, si quelqu'un dit avoir la émounah, mais non les actions ? La émounah pourrait-elle le sauver ?

15 Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de nourriture quotidienne,

16 et que l'un de vous leur dise : 'allez en paix ! Réchauffez-vous et rassasiez-vous !', sans leur donner le nécessaire pour le corps, quelle en serait l'utilité ?

17 Ainsi donc, la émounah sans les actions est morte d'elle-même.

18 Mais quelqu'un dira : 'toi, tu as la émounah, et moi j'ai les actions'. Montre-moi ta émounah sans les actions, et moi, je te montrerai ma émounah par mes actions.

19 Tu as émounah qu'HaShem est Un ? Tu fais bien ! Les démons aussi adhèrent et frissonnent !

20 Veux-tu connaître, homme vain, que la émounah sans les actions est stérile ?

21 Avrahâm avinou n'a-t-il pas été justifié par les actions, en offrant Yitshaq son fils sur l'autel ?

22 Tu vois que la émounah coopérait avec ses actions, et que par les actions la émounah était parfaite.

23 Ainsi s'accomplit l’Écrit disant : Avrahâm 'eut émounah en HaShem, et Il le lui compta en justice', et il fut appelé ami d'HaShem.

24 Vous voyez qu'un homme est justifié par les actions, et pas seulement par la émounah !

25 Ainsi Rahav l'aubergiste n'a-t-elle pas été justifiée par les actions en accueillant les messagers et en les expédiant par une route différente ?

26 Oui, le corps sans le souffle est mort, ainsi la émounah sans les actions est morte.

*

1 ayez la émounah à notre adôn Yéshou'a : marchez comme lui-même a marché, dans la justice.

5 les pauvres dans l'univers : le peuple d'Israël, qui est appelé pauvre, comme il est dit : "un peuple humble et pauvre" (Tséfania/Sophonie 3:12-13). Si le Père a ainsi honoré notre peuple, vous devez en faire autant avec les pauvres.

dans l'univers : mais pas aux Yeux d'HaShem, pour qui il est un "peuple-trésor" (varim/Deutéronome 14:2).

7 le beau Nom invoqué sur vous : c'est une allusion aux Téfilines de la tête que portent les Israélites, comme il est écrit : "Ils verront alors que le Nom d'HaShem est invoqué sur toi, et ils te craindront" (varim/Deutéronome 28:10) et il est rapporté : ""Et tous les peuples de la Terre verront que tu portes sur toi le Nom d'HaShem, et ils te craindront" : Rabbi Eli'ézer Hagadol dit : il s'agit là des Téfilines de la tête" (Bérakhot 6a). La lettre ש Shîn sur le boîtier de la tête, les lanières formant la lettre ד Dalet derrière la tête et le י Youd du deuxième boîtier forment le Nom  שדי Sh.addaï, un des Noms Divins.

8 la Torah royale : Le cœur de la Torah, nourrissant la pratique des mitsvot : "Rabbi 'Aqiva enseigne : 'tu aimeras ton prochain comme toi-même', c'est un grand principe de la Torah" (Yéroushalmi, Nédarîm 9:4).

aimeras ton prochain... : Vayiqra/Lévitique 19:18.

9 vous commettez une faute : comme il est écrit : "Tu n'auras pas égard à la personne du pauvre et tu ne favoriseras pas la personne du grand" (Vayiqra/Lévitique 19:15).

10 devient coupable de tout : L'on devra faire téshouvah alors, ce qui consiste à avouer sa faute oralement devant HaShem, la regretter, et s'engager à ne plus la refaire. Néanmoins, l'on ne se découragera pas car "le tsadiq tombe sept fois et se relève" (Mishléi/Proverbes 24:16).

11 n'adultère pas : Shémot/Exode 20:13.

n'assassine pas : Shémot/Exode 20:13.

12-13 la Torah de la liberté, etc : étudiez et pratiquez la Torah, et marchez dans les voies de votre Père céleste : « Celui qui est miséricordieux envers les autres, HaShem sera miséricordieux avec lui » (Shabbat 151b), et : « Par la façon dont vous jugez les autres, HaShem vous juge » (Shabbat 127b).

18 toi, tu as la émounah, et moi j'ai les actions : toi, tu te contentes du cœur et de l'esprit sans la pratique de la Torah, tandis que moi, je démontre l'authenticité et la puissance de ma foi par les œuvres de la Torah. La foi associée avec les œuvres de la Torah est vivante, comme l'âme dans le corps, tandis que la foi sans la pratique de la Torah est morte, telle une âme sans corps.

19 : Pourquoi Ya'aqov lie-t-il ici le "Shémâ Israël" avec les mazikim, les démons ? Car nos Maîtres nous apprennent que la récitation du Shémâ Israël le soir est telle une épée à double tranchant dans la main, qui détruit les forces du mal créées par nos fautes. Le kriat Shémâ al hamita recèle donc une puissance spirituelle faisant trembler les mazikim : "Rabbi Yitshaq a dit : quiconque récite le Shémâ près de son lit [avant de dormir] c'est comme s'il tenait dans sa main une épée à deux tranchants [contre les forces du mal], comme il est dit : "les louanges élevées d'HaShem sont dans leur gorge, et une épée à deux tranchants dans leur main" (Téhilim/Psaume 149:6)" (Bérakhot 5a), et : "quiconque récite le Shémâ près de son lit, les démons se tiennent loin de lui" (Bérakhot 5a). Enfin, le Ari Hakadosh (Sha'ar Hakavanot) enseigne que la lecture avec concentration du Shémâ le soir permet de désintégrer les corps invisibles des démons et êtres maléfiques créés par la semence en vain de l'homme, et de délivrer ainsi les étincelles divines captives.

Tu as émounah qu'HaShem est Un : Tu confesses la Parole mais tu ne la met pas en pratique, tes confessions sont donc vaines.

 

23 Avrahâm 'eut émounah en HaShem... : Béréshit/Genèse 15:6.

ami d'HaShem : Yésha'yahou/Isaïe 41:8.

2