« Si quelqu'un n'a pas l'esprit du Messie, il ne lui appartient pas » (Lettre envoyée aux Romains, 8:9)

« Son esprit [à un grand Juste d'Israël] se trouve véritablement en nous, car il observe ses enfants, ceux qu'il a formés de ses mains » (Igueret HaKodesh, Tanya, chap.27)

*

« Nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps dans le Messie, et nous sommes tous membres les uns des autres » (Lettre envoyée aux Romains, 12:5)

« Tous les enfants d'Israël ne constituent qu'un seul et même grand corps, dont chaque membre a besoin de tous les autres » (Igueret Kodesh, lettre 219)

*

« En effet, la bonne nouvelle révèle comment HaShem justifie les hommes devant Sa Face ; c'est par la confiance en Lui seul, du commencement à la fin, selon qu'il est écrit dans le Tanakh : « Mais le tsaddik, en sa émounah, vivra » » (Lettre envoyée aux Romains 1:17)

« 613 commandements furent donnés à Israël. Vint Havaqouq qui les basa tous sur un seul, ainsi qu'il est écrit : « Le tsaddik, en sa émounah, vivra », c'est comme s'il n'y avait pas eu plus d'un seul commandement : la émounah. Car par la seule émounah, l'homme est amené à accomplir tous les 613 commandements. En d'autres termes, quand son cœur exultera de joie dans sa foi en l'Unité d'HaShem, dans une parfaite allégresse, comme s'il n'avait que cet unique commandement, et que celui-ci seul fût le but ultime pour lequel lui et tous les mondes ont été créés alors, avec la force et la vitalité engendrées dans son âme par cette grande joie, son âme s'élèvera encore d'avantage au-dessus de tous les obstacles intérieurs et extérieurs qui l'entravent dans l'accomplissement de tous les 613 commandements.

Telle est la signification des mots « vivra en sa émounah », avec l'accent mis sur vivra, comme au jour de la Résurrection, par exemple, ainsi son âme revivra de cette grande joie » (Likoutei Amarime, Tanya, chapitre 33)

*

« Yéshou'a est le rayonnement de la Shékhinah [La Présence Divine] » (Lettre envoyée aux Hébreux 1:3)

« Celui qui s'attache étroitement à un Érudit en Torah est considéré par celle-ci comme attaché à la Shékhinah même » (Talmud Kétoubot 11b)

*

« Continuez donc à parler et à agir comme des gens qui doivent être jugés par une Torah de liberté. Car le jugement sera sans miséricorde pour celui qui n'a pas usé de miséricorde, mais la miséricorde triomphe du jugement » (Lettre de Rabbi Ya'aqov/Jacques 2:12-13)

« Le Saint Béni Soit-Il se dit : Si Je créé le monde avec le seul attribut de miséricorde, les crimes vont augmenter, mais si je le créé avec le seul attribut de justice, comment pourra-t-il subsister ? Je vais donc le crée avec les deux attributs et il pourra certainement subsister » (Béréshit Rabbah 12:15)

*

« Avez-vous reçu la rouah/le souffle par les œuvres d'une loi ou par l'écoute de foi ? » (Lettre envoyée aux Galates, 3:2)

« C'est par le mérite de leur foi que la rouah hakodesh, l'esprit de sainteté, s'attacha à eux et qu'ils entonnèrent le cantique [de la mer des joncs] » (Shémot Rabbah 23:2)

*

« Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël » (Lettre envoyée aux Romains, 9:6)

« « Car c'est la postérité d'Yitshaq/Isaac qui portera ton nom » mais pas toute la postérité d'Yitshaq » (Talmud Nédarim 31a)

*

« Tout est pur [dans ce que la Torah permet] pour tous ceux qui sont eux-mêmes purs » (Lettre envoyée à Tite 1:15)

« Les plus jeunes sont réputés tellement inférieurs à leurs aînés que si un ancien vient à toucher un nouveau il doit se purifier comme après le contact d'un étranger » (Flavius Joseph, Guerre des Juifs, Livre II, 8:10) [Les esséniens]

*

« Ils refusent le mariage » (Première lettre envoyée à Timothée 4:3)

« Ils ne se marient pas » (Antiquités Judaïques, XVIII, I:5) [les esséniens]

*

« Car l'amour d'HaShem consiste à garder ses préceptes » (Première lettre de Yohanân/Jean, 5:3)

« Quand Israël était en terre sainte, les rituels et les sacrifices qu’ils accomplissaient enlevaient toutes ces maladies du monde, maintenant, c’est le Messie qui les enlève des fils du monde, jusqu’à ce que l’homme quitte ce monde et reçoive ses punitions, comme il est dit: si ses fautes deviennent plus nombreuses, on l’emmène dans le Guey-hinnom, au niveau le plus bas et il y reçoit plusieurs punitions à cause de la souillure qui est sur son âme. Et ils allument un feu plus grand pour nettoyer cette souillure. Les Anges de la destruction utilisent pour cela des bâtons de feu pour nettoyer cette souillure. Malheur à l’âme qui reçoit ces punitions! Heureux sont ceux qui gardent les préceptes de la Torah ! » (Zohar II, 212a)

*