1

1 Au début était la Parole, et la Parole était avec E.lohim, et la Parole était un élohim.

2 Celle-ci était au début avec E.lohim.

3 Tout devient par elle, et hors d'elle, rien de ce qui advient ne devient.

4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas saisie.
6 Advient un homme, envoyé d'HaShem ; son nom : Yohanân.

7 Il vient pour un témoignage, pour témoigner de la lumière, afin que tous adhèrent par lui.

8 Il n'était pas la lumière, mais celui qui témoigne pour la lumière.
9 Elle était la véritable lumière, qui éclaire tout homme venant dans l'univers.

10 Elle était dans le monde, et le monde est advenu par elle, et le monde ne l'a pas connue.

11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçue.

12 Et à tous ceux qui l'ont reçue, elle a donné le pouvoir de devenir enfants d'HaShem, à ceux qui adhèrent en son nom,

13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais d'HaShem.
14 Et la parole est devenue chair, et elle a planté sa tente parmi nous ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire d'un Fils unique auprès du Père, pleine de bonté et de vérité.

15 Yohanân témoigne d'elle, et s'est écrié en disant : "C'est de lui que j'ai dit : Celui qui vient derrière moi est advenu devant moi, car il était antérieur par rapport à moi".

16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et bonté après bonté ;

17 car la Torah a été donnée par Moshé, la bonté et la vérité sont advenues par Yéshou'a le Messie.

18 HaShem, personne ne l'a jamais vu ; l'unique élohim dans le sein du Père, celui-là a raconté.

*

 

1 Au début était la Parole : la Torah, comme il est rapporté par nos Maîtres : « Le Saint, Béni Soit-Il, consulta la Torah et créa le monde » (Béréshit Rabbah 1:1).

La Parole était avec E.lohim : ainsi qu'il est dit : « Quand le Saint, Béni Soit-Il, résolut de créer le monde, quand cela monta en Son vouloir, Il examina la Torah et le créa, à l'occasion de chaque œuvre qu'Il créait, Il interrogeait d'abord la Torah puis la réalisait, ce qui est exprimé : « J'étais à Ses côtés comme un enfant chéri et je faisais Ses délices jour après jour » (Mishléi/Proverbe 8:30). Ne lis pas amôn (enfant chéri) mais lis oumân (architecte, maître d’œuvre) » (Zohar Toldot 134a-134b).

La Parole était un élohim : le mot "élohim" peut désigner le Créateur, un juge, un ange, un homme puissant, une force. La Torah était avec E.lohim, le Créateur, et elle-même est un élohim, une puissance, car par elle furent créés les mondes.

En grec, il n'y a pas ici d'article indéfini avant "élohim". Cependant, en sahidique, un dialecte copte, qui possède cet article, il est bien écrit "un élohim".

2 Celle-ci : "Celle que nous a prescrite Moshè, elle est un héritage pour l’assemblée de Ya‘aqov. Nous la tenons ferme et nous ne l’abandonnerons pas" (Rachi sur Dévarim/Deutéronome 33:4). C'est cette Torah d'Israël qui était avec E.lohim, elle est la seule et véritable Parole Divine dans ce monde.

3 La Torah est le plan du monde, toutes les créations ne passent que par elle, comme le rapporte le Ba'al Hatourim, qui stipule que la guématria du mot בראשית Béréshit, "dans un commencement", possède la même valeur numérique que l'expression בתורה יצר "BaTorah yatsar", "Il a formé par la Torah".

4 En elle était la vie : comme il est écrit : "Car ce n'est pas une Parole vide pour vous, c'est votre vie" (Dévarim/Deutéronome 32:47).

la vie était la lumière des hommes : ainsi que le rapporte le prophète : « Soit attentif Mon peuple, écoute-Moi Ma nation, car une Torah sortira de Moi, et J'établirai Mon jugement pour être une Lumière des peuples » (Yesha'yahou/Isaïe 51:4).

5 La Torah éclaire dans ce monde, mais ne peut être saisie par les scélérats qui sont "dans les ténèbres", ainsi que nos Maîtres disent : "Il vit que les scélérats ne mériteraient pas de profiter de la lumière, de sorte qu’Il la mit en réserve à l’usage des justes pour les temps à venir" (Haguiga 12a).

6 Yohanân : Ce qui signifie "HaShem fait miséricorde", car sa mission était d'annoncer la venue du Roi Messie au travers qui le Créateur répare Son monde avec miséricorde.

7 : Il est venu pour témoigner de la puissance de cette Torah qui est venue habiter Yéshou'a à trente ans.

9 qui éclaire tout homme venant dans l'univers : La Torah éclaire l'âme humaine présente dans l'embryon :

« Rabbi Simlaï a expliqué à quoi ressemble le fœtus dans le ventre de sa mère : comme un carnet replié, il a les mains posées sur les tempes, les deux coudes sur ses deux genoux, les deux talons sur ses deux fesses. La tête reposant entre ses genoux, il a la bouche fermée et le nombril ouvert. Il mange ce que sa mère mange et boit ce qu'elle boit, et ne rejette aucune excrétion, sans quoi il causerait la mort de sa mère. Et au moment où il est mis au monde, s'ouvre ce qui était fermé et se ferme ce qui se tenait ouvert ; car si tel n'était pas le cas, il ne pourrait survivre la durée d'un instant.

Une lumière allumée à sa tête, il contemple et saisit le monde d'un bout à l'autre, comme il est dit : ‘Quand son flambeau brillait au-dessus de ma tête, où sa lumière me guidait dans les ténèbres’ (Iyov/Job 29:3). Mais que cela ne t'étonne pas, car il est fréquent qu'un homme se trouve ici et rêve pourtant qu'il est à Apamée [ville de Babylonie]. Et il n'y a pas de jours aussi délicieux pour un homme que ceux-là, comme il est dit : 'Qui me ramènerait aux mois passés, aux jours où HaShem me protégeait ?' (Iyov/Job 29:2), et quelle est cette période qui n'est faite que de mois et non d'années ? Ce sont les mois de la gestation.

Pendant cette période, c'est toute la Torah qui lui est enseignée, comme il est dit : « Il m'instruisait en me disant : que ton cœur s'attache à mes paroles, garde mes commandements et tu vivras » (Mishléi/Proverbe 4:4). Et il est dit : « Dans le secret de Dieu, comme une tente au-dessus de moi » (Iyov/Job 29:4). Pourquoi est-il nécessaire de rajouter un autre verset ? Car si tu venais à dire que l'enfant est un prophète, je te répondrais: « Dans le secret d'HaShem, comme une tente au-dessus de moi ».

Et au moment où il est mis au monde, un ange se présente qui lui tapote sur la bouche et lui fait oublier toute la Torah, comme il est dit : « Le péché est tapi à ta porte » (Béréshit/Genèse 4:7). Et il ne peut sortir de là avant qu'on lui ait fait prêter serment, comme il est dit : « J'ai juré qu'en mon honneur tout genou ploiera et toute langue prêtera serment », (Yésha'yahou/Isaïe 45:23). ‘Tout genou’ : il s'agit du jour du trépas, comme il est dit :

« S'inclineront devant Lui tous ceux qui descendent dans la poussière », (Téhilim/Psaume 22:29) ; « Toute langue prêtera serment » : c'est le jour de la naissance, comme il est dit : 'Celui dont les mains sont sans tache, au cœur pur, qui ne m'évoque pas pour la fausseté et ne prête pas de serment frauduleux’ (Téhilim/Psaume 24:4). Et quel est le serment qu'on lui fait prêter ? 'Sois juste et ne sois pas perfide, et même si le monde entier devait te dire que tu fais partie des justes, considère-toi mauvais. Et sache qu'HaShem est pur, que Ses pensées sont pures et que l'âme qu'Il a déposée en toi est pure. Que si tu la conserves innocente, tant mieux ; sinon, Je te la retirerai' » (Niddah 30b).

10 Elle était dans le monde : dans le Gan 'Eden, avec Adâm et Havah.

le monde ne l'a pas connue : le premier couple l'a repoussé par sa faute.

11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçue : allusion aux hommes des générations d'Adâm à Avrahâm, car la Torah est appelée "séfer toldot adâm", le Livre de l'histoire d'Adâm. Cependant, tous l'ont refusé, à l'exception de quelques tsadikim.

12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue : allusion à Avraham et à sa descendance, le peuple d'Israël, qui ont accepté la Torah, ainsi qu'il est écrit : "Avraham a obéi à Ma Voix et a gardé Mes ordres, Mes mitsvot, Mes décrets et Mes Torot [la Torah écrite et orale]" (Béréshit/Genèse 26:5), ainsi que : "Nous ferons et nous comprendrons" (Shémot/Exode 24:7).

 

elle a donné le pouvoir de devenir enfants d'HaShem : comme il est écrit : "Vous êtes les enfants d'HaShem, votre E.lohim" (Dévarim/Deutéronome 14:1).

à ceux qui adhèrent en son nom : allusion aux convertis qui se joignent à Israël par la Torah.

13 lesquels sont nés, non du sang : en référence à Avraham qui a été choisi pour sa émounah, sa foi, et non pour des considérations humaines, ni de la volonté de la chair : allusion à Ishmaël qui est "né selon la chair" (Lettre envoyée aux Galates 4:23), ni de la volonté de l'homme : allusion à 'Essav que son père Yitshaq avait choisi : "mon âme te bénira avant que je meure" (Béréshit/Genèse 27:4), mais d'HaShem : allusion à Ya'aqov qui fut choisi par le Créateur, ainsi qu'il est dit : "J'ai aimé Ya'aqov, Et j'ai eu de la haine pour 'Essav" (Malakhi/Malachie 1:2-3).

14 Et la parole est devenue chair : Yéshou'a est un homme descendant de David par son père Yossef, qui a réussi à se réparer totalement, grâce à la Torah et aux mitsvot. HaShem lui a alors donné, à l'âge de trente ans, l'âme messianique, au moment de son immersion, faisant de lui le libérateur, et cette âme messianique contient toute la Torah en elle. Au vu du niveau spirituel atteint par le Roi Messie, il est alors considéré comme étant la "Torah vivante". Nos Maîtres sont également appelés, par la Torah orale, des Torah vivantes, car le Messie n'est que le premier d'un grand nombre de frères, qui sont les Bnéi Israël marchants dans la Torah et pratiquant les mitsvot.

 

et elle a planté sa tente parmi nous : comme il est dit : « Il sera un Sanctuaire » (Yésha'yahou/Isaïe 8:14), ce qui est une allusion au mishkhan, la tente de la rencontre au désert. Le Midrash nous enseigne que le Messie est appelé "tente" car comme ce tabernacle, il peut expier les fautes du peuple.

 

et nous avons contemplé sa gloire : nous avons appris de lui en l'observant.

 

une gloire comme la gloire d'un Fils unique auprès du Père : Yéshou'a est l'envoyé d'HaShem, et tel un fils s'occupant des affaires de son père, le Messie a été fidèle dans tout ce que le Père lui a donné.

15 Celui qui vient derrière moi : à ma suite, est advenu devant moi : me surpasse, car il était antérieur par rapport à moi : il est plus important que moi, et est antérieur à moi dans la mahshavah, la Pensée Divine.

16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et bonté après bonté : La bonté d'HaShem s'exprime à travers lui, de façon ininterrompue.

17 car la Torah a été donnée par Moshé : comme il est écrit : "La Torah nous a été donnée par Moshé, héritage de l'assemblée de Ya'aqov" (Dévarim/Deutéronome 33:4). Ce passouk est chanté dans les synagogues lors de la présentation de la Torah à la communauté.

 

la bonté et la vérité sont advenues par Yéshou'a le Messie : le roi Shlomo a enseigné : "la bonté et la vérité expient la faute" (Mishléi/Proverbe 16:6). En effet, "c'est par lui que la remise des fautes est annoncée pour vous, pour tout ce dont vous n'avez pu être justifiés par la Torah de Moshé" (Histoire des Talmidîm/Actes 13:38). Car les qorbanot, les offrandes du Temple offertes selon la Torah ne peuvent expier que les fautes involontaires mais non les fautes volontaires. Cependant, « Pourquoi le récit de la mort de Myriam fait-il immédiatement suite à la section sur la vache rousse ? Pour t’enseigner que, de même que les offrandes procurent l’expiation, de même la mort des tsaddikim/justes procure-t-elle l’expiation (Mo'éd Qatân 28a) » (Rachi sur Bamidbar/Nombres 20:1). Ce que les offrandes du Temple ne peuvent expier, soit les péchés commis volontairement, le cendres de la vache rousse et la mort des Tsadikim, des Justes, le peuvent : « Il y a, dans le Gan 'Eden, un palais appelé le « palais des fils de la maladie ». Le Messie entre dans ce palais et rassemble chaque douleur et chaque châtiment d'Israël. Tout cela vient reposer sur lui. Et s'il ne les avait pas pris sur lui-même, aucun homme n'aurait été capable de porter les châtiments d'Israël pour la transgression de la Torah, car il est écrit : « Certainement ce sont nos maladies qu'il a portées" (Yésha'yahou/Isaïe 53:4) » (Zohar II, 212a).

18 HaShem, personne ne l'a jamais vu : comme la Torah nous l'enseigne : "l'homme ne peut me voir et vivre" (Shémot/Exode 33:20). HaShem est Esprit, Infini et Éternel, que signifie donc "le voir" ? C'est comprendre Sa Justice et Sa conduite dans ce monde. Or, l'unique élohim dans le sein du Père, celui-là a raconté : la Torah, appelée élohim, est le plan du monde, donc de Sa conduite et de Sa Justice, et cette Torah s'est enveloppée dans l'âme du Roi Messie, qui raconte ce qu'elle connaît d'HaShem.

*


19 Voici le témoignage de Yohanân, lorsque les Juifs envoyèrent de Yéroushalayim des cohanim et des léviim, pour lui demander : Toi, qui es-tu ?

20 Il déclara, et ne le nia pas, il déclara qu'il n'était pas le Messie.

21 Et ils lui demandèrent : Quoi donc ? Es-tu Eliyahou ? Et il dit : Je ne le suis pas. Es-tu le prophète ? Et il répondit : Non.

22 Ils lui dirent alors : Qui es-tu ? Afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même ?

23 Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin de l'Adôn, comme a dit Yésha'yahou, le prophète.
24 Mais les envoyés des proushim,

25 le questionnent et lui disent : Pourquoi immerges-tu donc, si tu n'es pas le Messie, ni Eliyahou, ni le prophète ?

26 Yohanân leur répondit : Moi, j'immerge dans l'eau, mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas.

27 Il vient après moi et je ne suis pas digne de délier la lanière de sa sandale.

28 Ces choses se passèrent à Beit Hananyah, au delà du Yardèn, où Yohanân immergeait.

29 Le lendemain, il vit Yéshou'a venant à lui, et il dit : Voici l'agneau d'HaShem, qui enlève le péché du monde.

30 C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient derrière moi est advenu devant moi, car il était premier par rapport à moi.

31 Et moi, je ne le connaissais pas, mais pour qu'il soit manifesté à Israël, pour cela je suis venu, en immergeant d'eau.

32 Yohanân rendit ce témoignage : J'ai vu la rouah descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui.

33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé immerger d'eau, celui-là m'a dit : Celui sur qui tu verras la rouah descendre et demeurer, c'est celui qui immerge dans la rouah hakodesh.

34 Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'il est le fils d'HaShem.

*

 

19 cohanim et des léviim : des enseignants de Torah envoyés pour examiner Yohanân et sa Torah, afin de savoir si il ne s'agissait pas d'une nouvelle dérive au sein du peuple.

21 Eliyahou : qui doit revenir, selon les paroles de nos prophètes, pour annoncer la venue du Roi Messie.

Je ne le suis pas : pourtant Yéshou'a dira de lui : "c'est lui l'Eliyahou qui devait venir", pourquoi donc a-t-il nié à ce moment-là ? C'était par humilité. Autre explication : Le véritable Eliyahou vient à l'aube de la Délivrance Finale pour annoncer le Roi Messie. Ici, Yohanân possède l'esprit, la rouah d'Eliyahou, mais n'est pas ce prophète lui-même.

Le prophète : allusion à cette déclaration de la Torah : "HaShem vous enverra un prophète comme moi, vous l'écouterez !" (Dévarim/Deutéronome 18:15).

23 je suis la voix : comme il est écrit : "Voix du crieur : au désert, frayez la route d'HaShem, redressez dans la steppe un sentier pour notre E.lohim !" (Yésha'yahou/Isaïe 40:3).

29 l'agneau d'HaShem : il s'agit d'une allusion au qorbân Pessah, que les Israélites ont offert juste avant de sortir d’Égypte. Le sang de l'agneau leur a permis de sortir du pays de l'esclavage et de recevoir la Torah cinquante jours plus tard, de même le sang de Yéshou'a expie notre péché et nous permet de sortir de l'esclavage de nos fautes, ce qui nous a conduit à recevoir la rouah hakodesh cinquante jours plus tard à Shavouôt, esprit nous conduisant dans une pratique plus forte encore de la Torah de Moshé.

32 : l'âme messianique provient d'un endroit du Gan 'Eden appelé le Kan Tsipor, le "nid de l'oiseau". C'est la raison pour laquelle cette âme descend sous la forme d'un oiseau. Il est écrit, de plus, au début de la Torah, que "la rouah d'E.lohim planait sur la face des eaux" (Béréshit/Genèse), et il s'agit de la rouah du Roi Messie. De même la rouah plane au-dessus de l'eau du Yardèn avant de venir dans le Ben Yossef. A partir de ce moment Yéshou'a devient le Roi Messie.

34 le fils d'HaShem : l'homme qui reflète à la perfection le Créateur de toutes choses, qui marche dans toutes Ses Voies.

 

*


35 Le lendemain, Yohanân était encore là, avec deux de ses talmidim ;

36 Il fixa son regard sur Yéshou'a qui marchait, et dit : Voici l'Agneau d'HaShem.

37 Les deux talmidim l'entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Yéshou'a.

38 Yéshou'a se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu ?

39 Venez, leur dit-il, et voyez. Ils allèrent, et ils virent où il demeurait ; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure.

40 Andréas, frère de Shimôn Pétros, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Yohanân, et qui l'avaient suivi.

41 Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Shimôn, et il lui dit : Nous avons trouvé le Mashiah,ce qui signifie Messie, l'oint.

42 Et il le conduisit vers Yéshou'a. Yéshou'a, le fixant, dit : Tu es Shimôn ben Yohanân ; tu seras appelé Kéfa, ce qui signifie Pétros.

43 Le lendemain, il voulut se rendre en Galil, et Yéshou'a rencontra Philippos. Il lui dit : Suis-moi.

44 Philippos était de Beit Tsaïda, de la ville d'Andréas et de Pétros.

45 Philippos rencontra Nétanel, et lui dit : Nous avons trouvé celui de qui Moshé a écrit dans la Torah et dont les prophètes ont parlé, Yéshou'a ben Yossef de Natsérèt.

46 Nétanel lui dit : De Natsérèt, rien de bon peut-il sortir ? Philippos lui répondit : Viens, et vois.

47 Yéshou'a, voyant venir à lui Nétanel, dit de lui : Voici vraiment un ben Israël, dans lequel il n'y a point de fraude.

48 Nétanel lui dit : d'où me connais-tu ? Yéshou'a répond et lui répondit : Avant que Philippos t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.

49 Nétanel répondit et lui dit : Rabbi, tu es le fils d'HaShem, tu es le Roi d'Israël.

50 Yéshou'a répond et lui dit : Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois ; tu verras plus que cela !

51 Et il lui dit : Amen, amen, je vous dis, désormais vous verrez s'ouvrir le ciel et les messagers d'HaShem monter et descendre sur le ben Adâm.

*

42 le fixant : lisant dans son cœur.

 

Pétros : rocher, car sur les enseignements qu'il recevra de son Rabbi et qu'il transmettra à son tour sera bâtie la communauté du Roi Messie.

44 Beit Tsaïda : ce qui signifie "la maison du pêcheur".

46 : Natsérèt n’apparaît pas dans la Torah et les Prophètes, comme Beit-Léhèm par exemple, ce qui ne dénote pas une importance spéciale de cette ville.

48 sous le figuier : ce qui signifie que Nétanel étudiait la Torah, comme il est rapporté dans la Torah orale que Rabbi 'Akiva étudiait également avec ses élèves sous l'ombre d'un figuier.

50 : Et qu'à vu Nétanel pour croire ? Que Yéshou'a a pénétré son cœur tandis qu'il étudiait la Torah, comme il est rapporté plus loin : "il les connaît tous [...] lui sait ce qui est en l'homme" (Yohanân/Jean 2:24-25) et a dévoilé son cœur, pur de péchés, comme il est dit : "mon cœur est vide en moi" (Téhilim/Psaume 109:22), c'est-à-dire vide du mauvais penchant. Et cela explique la réponse du Roi Messie, qu'ils verront que toutes révélations passent par lui, le Tsadik/le Juste.

51 vous verrez s'ouvrir le Ciel... : il s'agit d'une allusion au passage où Ya'aqov, dans la Torah, rêve d'une échelle placée sur Terre qui monte jusque dans les Cieux et sur laquelle montent et descendent les messagers célestes (Béréshit/Genèse 28:12). Le père d'Israël reconnaît alors qu'il s'agit de "la porte des Cieux" (28:17), et Yéshou'a annoncera : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé » (Yohanân/Jean 10.9). A ce propos, le Roi Messie est de la Tribu de Yéhoudah, qui s'écrit comme le Nom Divin, avec la lettre Dalet en plus en son milieu, et sa symbolique est la porte, ce qui signifie que pour aller vers HaShem, il faut passer par le Tsadik, le Roi Messie, qui est la porte qui vient de cette Tribu.

Autre explication : il est écrit, littéralement, "Il eut un songe, et voici une échelle posée à terre et sa tête touche dans les Cieux. Et voici les messagers d'E.lohim montent et descendent sur lui" (Béréshit/Genèse 28:12), les anges montent et descendent sur le Tsadik, le Roi Messie, qui est comparé à l'échelle, car il est le canal parfait entre le Créateur et Son monde. En effet, en hébreu, le mot ratsôn (la volonté) possède les mêmes lettres que le mot tsinor (tuyau).