top of page

24

1 Et Yéshou'a sortit du Temple et alla. Ses talmidim s'approchèrent pour lui montrer les édifices du Temple.

2 Yeshou'a répondit et leur dit : « Vous voyez tout cela, n'est-ce pas ? Amèn, je vous le dis, ici il ne sera laissé pierre sur pierre qui ne soit détruite. »
3 Il s'assit sur le mont des oliviers. Et les talmidim vinrent à lui, à part, et dirent : « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe de ton avènement et de l'achèvement de l'ère ? »

4 Yéshou'a répondit et leur dit : « Prenez garde que personne ne vous égare !
5 Oui, nombreux viendront sous mon nom, disant : "Moi, le Mashiah", et en égareront beaucoup.

6 Vous entendrez des guerres et des rumeurs de guerres : gardez-vous d'être troublés, il faut que cela arrive. Mais ce ne sera pas encore la fin.

7 Oui, se réveillera ethnie contre ethnie, et royaume contre royaume, avec des famines et des séismes par endroit.

8 Tout cela sera le commencement des douleurs.

9 Alors ils vous livreront à la tribulation, et vous tueront, et vous serez haïs par tous les goyim, à cause de mon nom.

10 Et alors beaucoup trébucheront, et ils se livreront les uns les autres, se haïront les uns les autres.

11 Beaucoup de faux 'viim' s'élèveront, et ils en égareront beaucoup.

12 Et, parce que l'absence de Torah s’accroîtra, il se refroidira l'amour de beaucoup.

13 Mais qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

14 L'annonce du royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage, pour tous les goyim. Et alors surviendra la fin.

15 Quand donc vous verrez l'horreur dévastatrice, dont a parlé Daniyyel le navi, debout dans le lieu sacré (qui lit réalise !),

16 alors, ceux de Yéhoudah, qu'ils fuient dans les montagnes !

17 Qui est sur la terrasse, qu'il ne descende rien prendre dans sa maison !

18 Et qui est aux champs, qu'il ne revienne pas en arrière prendre son vêtement !

19 Malheur à celles qui l'auront dans le ventre, et les nourrices en ces jours !

20 Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un shabbat.

21 Oui, ce sera alors une grande tribulation, telle qu'il n'en a pas existé depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

22 Et, si ces jours n'étaient abrégés, aucune chair ne serait sauvée ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés.

23 Alors si quelqu'un vous dit : "Voici, ici le Mashiah !" ou : "Là !", n'y croyez pas.

24 Car de faux 'messies' et de faux 'viim' se lèveront, ils donneront de grands signes et prodiges, afin d'égarer, si possible, même les élus.

25 Voici, je vous l'ai dit d'avance.
26 Si donc ils vous disent : "Voici, il est au désert", ne sortez pas ! "Voici, il est dans les chambres !", n'y croyez pas !

27 Car, comme l'éclair sort du levant et brille jusqu'au couchant, ainsi l'avènement du bèn Adâm.

28 Où est le corps, là se rassemblent les vautours.
29 Rapidement, après la tribulation de ces jours, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera pas sa clarté, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux s'ébranleront.

30 Alors le signe du bèn Adâm apparaîtra dans le ciel, alors tous les clans de la terre se lamenteront, et ils verront le bèn Adâm venant sur les nuées du ciel, en puissance et grande gloire.

31 Il enverra ses messagers avec le shofar à la grande voix, et ils rassembleront les élus des quatre vents, des extrémités aux extrémités du ciel, jusqu'à leurs extrémités.

32 Or, du figuier, apprenez l'exemple : dès que son branchage devient tendre, et que ses feuilles poussent, vous savez que l'été est proche.

33 De même, vous aussi, quand vous verrez tout cela, sachez-le il est proche, aux portes.

34 Amèn, je vous dis, cet âge ne passera pas, que tout cela n'arrive.

35 Le ciel et la terre passeront, mais les paroles, les miennes, ne passeront pas.

36 Or cette heure, ce jour, personne ne les connaît, ni les messagers, ni le fils, mais le Père Seul.

37 Oui, comme aux jours de Noah, tel sera l'avènement du bèn Adâm.

38 Car, comme ils étaient en ces jours, avant le déluge, à manger, à boire, à épouser et à être épousées, jusqu'au jour où Noah entra dans l'arche,

39 et ne sachant rien, jusqu'à la venue du déluge qui les enleva tous. Ainsi en sera-t-il à l'avènement du bèn Adâm.

40 Alors, ils seront deux au champ, l'un sera pris et l'autre laissé,

41 elles seront deux à moudre au moulin, l'une sera prise et l'autre laissée.
42 Aussi veillez, puisque vous ne savez pas à quelle heure votre adôn vient !

43 Et cela sachez-le : si le maître savait à quelle vigile le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.

44 C'est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts ! A l'heure que vous ne croirez pas, le bèn Adâm viendra.

45 Qui est-il donc, le serviteur fidèle et sage, que son adôn a établi sur sa maisonnée, pour leur donner la nourriture à temps ?

46 Heureux ce serviteur, que son adôn, à son arrivée, trouvera faisant ainsi !

47 Amèn, je vous le dis, il l'établira sur tous ses biens.

48 Mais si le méchant serviteur dit en son cœur : "Mon adôn tarde",

49 et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes,

50 l'adôn de ce serviteur viendra au jour qu'il n'attendra pas, et à l'heure qu'il ne connaîtra pas.

51 Il le retranchera, et donnera sa part avec les hypocrites, là où sont les pleurs et le grincement de dents. »

*

1 lui montrer les édifices du Temple : il est rapporté dans le Talmoud que « celui qui n'a pas vu l'édifice d'Hordos n'a jamais vu de bel édifice » (Bava Batra 4a). En effet, il utilisa du marbre vert et blanc, et selon certains des pierres tricolores : bleues, blanches et vertes. Les plaques d'or présentes reflétaient les rayons du soleil si fortement que l'on avait l'impression de regarder l'astre lui-même ! (Ibid.).

2 il ne sera laissé pierre sur pierre : effectivement, l'entièreté du Temple a été détruit, à l'exception du Kotel, le mur de soutènement occidental, au sujet duquel il est dit que « le Saint, Béni soit-Il, a juré qu'il ne sera jamais détruit » (Shir HaShirim Rabbah 2:9:4) et « Rav Aha a dit : "Pour toujours, la Shékhinah ne bougera pas du mur occidental" » (Shémot Rabbah 2:2), ce qui s'est vérifié jusqu'à nos jours.

3 Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, quand le Temple sera-t-il détruit ? et quel sera le signe de ton avènement, comment saurons-nous que tu arrives ?, et de l'achèvement de l'ère ? Quand Yisraël retrouvera-t-il sa place à la tête des goyim ? Car « les Sages ont dit : "Il n'y entre ce monde et les jours du Mashiah qu'une seule différence : l'asservissement [d'Ysraël] aux empires [qui cessera. Mais cela concerne le tout début des jours du Mashiah. Puis, les miracles et le changement du monde arriveront] » (Mishnéh Torah, Mélakhim chap.12, Bérakhot 34b).

Du verset quatre au verset quatorze, Yéshou'a annonce les signes de l'achèvement de l'ère actuelle, puis du verset quinze au verset vingt-deux, la destruction du second Temple, avant de finir sur le signe relatif à son retour.

7 se réveillera ethnie contre ethnie, et royaume contre royaume : des ethnies différentes se combattront au sein d'un même royaume, et les royaumes eux-mêmes se combattront entre eux, ce qui est rappelé ici : « Si tu vois les royaumes qui se dressent les uns contre les autres, guette les pieds du Mashiah » (Béréshit Rabbah 42:4). Mais cela n'a-t-il pas toujours été ? Mais c'est pour t'apprendre ici qu'à l'instar d'une femme dont les contractions se rapprochent de plus en plus, de même les conflits entre royaumes seront de plus en plus nombreux et violents. En fin de compte, « sache que par ce qui se passa aux jours d'Avrahâm, que les royaumes se sont dressés les uns contre les autres, la délivrance vint pour Avrahâm » (Ibid.). De son côté, la Guémara enseigne que Rome (le monde occidental) et la Perse seront deux royautés qui dureront jusqu'aux jours du Roi Mashiah ('Avodah Zarah 2b), qui s'affronteront juste avant la délivrance. Et le Midrash rapporte : « Rabbi Yitshaq a dit : "L'année où le Roi Mashiah se dévoile, tous les rois des peuples du monde se dressent les uns contre les autres. Le roi de Perse se dresse contre le roi d'Arabie, et le roi d'Arabie va chez Edom prendre conseil d'eux. Revient le roi de Perse et détruit le monde entier. Et tous les peuples du monde tremblent et paniquent, et tombent sur leur face. Ils sont pris de contractions comme une femme qui accouche. Et Yisraël tremble et panique, et dit : 'Où aller, où venir, où aller, où venir ?' Il leur dit : 'Mes enfants, n'ayez pas peur. Tout ce que J'ai fait, Je ne l'ai fait que pour vous. N'ayez pas peur, le temps de votre rédemption est arrivé'" » (Yalqout Shim'oni sur Yésha'yahou/Isaïe, chap. 499).

avec des famines et des séismes : qui augmenteront avec le temps, car « à cause des péchés des hommes [qui iront en augmentant], les cieux et la terre se ferment et leurs lois ne les régissent plus normalement » (Zohar Vayéchèv, § 31), ce qui entraîne des cataclysmes.

8 Tout cela sera le commencement des douleurs : la délivrance se réalise selon deux étapes : une première remplie de souffrances, appelée « èt péqouda », correspondant aux dernières douleurs d'une femme enceinte, et une deuxième qui est la délivrance proprement dite, correspondant à la naissance de l'enfant. Durant cette première phase, l'obscurité et les souffrances augmentent considérablement, à tel point que certains de nos Maîtres n'ont pas voulu voir le dévoilement du Mashiah (selon le Gaôn de Vilna et le Ramhal, Sanhédrîn 98b), de la même manière que l'esclavage d'Ysraël en Égypte s'est durci après que Moshéh soit venu parler à Pharaon la première fois.

9 et vous serez haïs par tous les goyim, à cause de mon nom : les goyim haïront et persécuteront les Juifs par le nom du Mashiah, qui se traduit par christos en grec.

10 trébucheront : « "Ils trébucheront, un homme par son frère" » : l'un trébuchera à cause du péché de l'autre, car tous en Yisraël sont responsables les uns des autres (Sanhédrîn 27b) » (Rashi sur Vayiqra/Lévitique 26:37).

12 se refroidira l'amour de beaucoup : car « en ceci nous savons que nous aimons les enfants d'HaShem, quand nous aimons HaShem et que nous faisons Ses mitsvot. Oui, tel est l'amour d'HaShem : garder Ses mitsvot » (Alef Yohanân/1 Jean, 5:2-3). L'amour véritable ne peut grandir, se diriger et s'épanouir qu'au travers des mitsvot.

13 qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé : celui qui restera dans la Torah et les mitsvot jusqu'à la fin de sa vie trouvera sa part dans le gan 'eden, en attendant la résurrection. Quant à la dernière génération, seul celui qui persévérera dans la Torah sera digne d'être debout devant le Roi d'Ysraël.

14 : tous les goyim entendront parler du royaume du Saint, Béni Soit-Il, qui s'installera sur terre par Yisraël et son Roi, Yeshou'a bèn David : « HaShem fait pénétrer Sa yéshou'a aux yeux des goyim, Il découvre Sa justice. Il mémorise Son chérissement, Sa émounah, pour la maison d'Ysraël. Toutes les extrémités de la terre voient la yéshou'a de notre E.lohim » (Téhilim/Psaumes 98:2-3) et : « Il ne ternit et ne cassera pas, avant d'avoir mis le jugement sur la terre ; et sa Torah, les îles souhaiteront » (Yesha'yahou/Isaïe 42:4). Tout cela sera un témoignage pour eux : celui qui veut entrer sous les ailes de la Shékhinah, pour se convertir, qu'il le fasse, car « le Saint, Béni Soit-Il, exila Yisraël parmi les peuples uniquement pour que les convertis les rejoignent » (Pessahim 87b). De même : « Allez donc faire des talmidim parmi tous les goyim [ce sont les conversions pour la Torah] » (Matityahou/Matthieu 28:19).

Et alors surviendra la fin : qui sera marquée par une grande épidémie, la guématria de « fin » étant égale à celle de : « Le jour de l'épidémie », comme il est rapporté : « Juste avant la venue du Mashiah, une épidémie s'abattra sur le monde » (Shir HaShirim Rabbah 2:13).

15 : après avoir résumé brièvement ce qui se passera depuis sa résurrection jusqu'à son retour, Yéshou'a revient ici aux évènements de la destruction du second Temple.

 

15 Quand donc vous verrez l'horreur dévastatrice, la puissance romaine commencer à commettre des abominations en lieu sacré jusqu'au moment où Yéroushalayim sera entourée d'ennemis qui dévorent, broient et foulent (Daniyyel/Daniel 7:7) : « Mais quand vous verrez Yéroushalayim encerclée par des camps, sachez alors que sa dévastation sera proche » (Louqas/Luc 21:20), dont a parlé Daniyyel le navi, debout dans le lieu sacré : comme il est écrit : « Des bras se dresseront de sa part et profaneront le Sanctuaire fortifié. Ils écarteront le [sacrifice] permanent et donneront l'abjection et la désolation » (Daniyyel/Daniel 11:31). Et Rashi nous enseigne que l'offrande tamid a été supprimée six ans avant la destruction du Temple (sur Daniyyel 12:11). De là nous apprenons que depuis le vol dans le trésor du Temple par Florus, qui déclencha une première révolte, jusqu'au début du siège de la ville du grand Roi par les troupes romaines, se situe la période propice pour fuir loin de la destruction semée par Rome.

16 ceux de Yéhoudah, quand ils verront les armées romaines arriver en nombre, qu'ils fuient dans les montagnes !

17 Qui est sur la terrasse, qui est le toit de la maison quand Yéroushalayim commencera à être encerclée, qu'il ne descende rien prendre dans sa maison, mais qu'il fuie la ville sans attendre, à l'instar de Lot : « Échappe-toi, pour ton être ! Tu ne regarderas pas derrière toi et ne t'arrêteras pas dans tout le Cirque ! Échappe-toi vers la montagne, afin que tu ne sois pas exterminé ! » (Béréshit/Genèse 19:17). De même, Rabbân Yohanân bèn Zakkaï, voyant la situation désespérée de la ville, parvint à fuir in extremis (Guitîn 56a).

16-18 : beaucoup ont fui en direction de Pella, une ville située de l'autre côté du Yarddèn.

19 : à cause du risque de fausse couche ou de manque de lait pour l'enfant (Ta'anit 27b).

20 : en hiver pour ne pas être ralenti par la neige et le froid. Un shabbat car le pays est en repos, et les montures ne sont pas préparées pour la fuite. C'est également un démérite supplémentaire de devoir transgresser le shabbat et lui manquer d'honneur pour fuir une colère Divine venue à cause de nos fautes : « "Dans le mois d'Aviv (Shémot/Exode 13:4)" : ne savions-nous pas en quel mois ils sont sortis ? Le sens de cette précision est le suivant : "Voyez la faveur qu'HaShem vous a faite en vous libérant en cette saison, celle la plus propice, puisqu’il n’y a ni soleil, ni froid ni pluie". C’est ce que veut dire le verset : "Il fait sortir les captifs au moment propice (bakosharot)" (Tehilim/Psaumes 68:7), à savoir pendant le mois le plus propice (casher) (Mekhilta) » (Rashi sur Shémot/Exode 13:4). HaShem aime tellement Yisraël que même au sein du jugement, Il l'avertit de prier afin que la fuite intervienne dans les meilleures conditions.

21 : il est rapporté : « Ce sera un temps de détresse comme il n'en a jamais été depuis que la nation existe jusqu'en ce temps » (Daniyyel/Daniel 12:1). Selon Rashi, ce passage du navi se rapporte à la guerre finale de Gog. Il n'y a cependant aucune difficulté. En effet, Yéshou'a rajoute « et qu'il n'y en aura jamais » car le Temple sera détruit, les morts nombreux, et Yisraël partira pour le plus long des exils. À l'inverse, pour la guerre de Gog, le temps de détresse sera également unique dans l'histoire, car toutes les nations seront assemblées cette fois contre Yéroushalayim, mais l'espoir arrivera dans ce même temps, ainsi qu'il est dit : « En ce jour, HaShem protégera l'habitant de Yéroushalayim. En ce jour, le trébuchant parmi eux sera comme David, et la maison de David comme E.lohim, comme le messager d'HaShem en faces d'eux » (Zékharyah/Zacharie 12:8).

22 aucune chair ne serait sauvée : tous ceux en érèts Yisraël auraient été tués.

à cause des élus : en raison de la miséricorde du Saint, Béni Soit-Il, envers Son peuple.

23 Alors si quelqu'un vous dit : "Voici, ici le Mashiah !" ou : "Là !", n'y croyez pas : comme Rabbi 'Aqiva qui, lorsqu'il aperçut bèn Koziba, s'exclama : « Voici le Roi Mashiah ! » (Yéroushalmi, Ta'anit 4:5).

24 ils donneront de grands signes et prodiges : or, concernant le Roi Mashiah, « Les Sages ne demandent ni signe ni prodige » (Mishnéh Torah, Mélakhim chap.11), et le bèn David lui-même dira : « Si vous ne voyez pas des signes et des prodiges, vous ne croyez pas ! » (Yohanân/Jean 4:48). Car ce qui importe, ce ne sont ni les signes ni les prodiges, mais la vérité vécue de la Torah.

27 Car, comme l'éclair [...] ainsi l'avènement du bèn Adâm : il se dévoilera de manière soudaine, tel un voleur pénétrant dans la brèche, et tout œil le verra : dans le shéol, sur terre et dans les mondes supérieurs.

28 Où est le corps, là se rassemblent les vautours : comme il est écrit : « Il [Le vautour] est là où sont les victimes » (Iyov/Job 39:30). Au temps de la fin, le Roi Mashiah, par les messagers célestes (les vautours), ira rassembler les Yisraélites dispersés qui sont comparés à cette époque à un corps « mort », ainsi qu'il est dit : « À l'achèvement de la dispersion de la main du peuple consacré » (Daniyyel/Daniel12:7), que Rashi commente : « Quand la force d'Ysraël aura disparu », car « Il réconforte Ses serviteurs, quand Il voit que leur main est tarie » (Devarim/Deutéronome 32:36). Il n'y aura pas besoin de dire où le Roi Mashiah se trouve pour aller à sa rencontre, car tous le verront et « il enverra ses messagers avec le shofar à la grande voix, et ils rassembleront les élus des quatre vents » (verset 31).

Autre explication : il est écrit dans la Torah : « Les oiseaux de proie s’abattirent sur les corps et Avrahâm les mis en fuite » (Béréshit/Genèse 15:11). Selon les Pirqei déRabbi Eli'ezer, « Il n'est d'oiseaux de proies que le fils de David, qui est comparé à un rapace, ainsi qu'il est dit : "Mon héritage est un rapace bigarré" (Yirméyahou/Jérémie 12:9) ». Ici le corps mort représente Edom, la nation du dernier exil qui dominera le monde entier et où sont dispersés les Yisraélites. Ainsi, le Roi Mashiah viendra prendre par ses messagers ses élus dispersés dans ce dernier royaume.

29 : ce verset résume tout l'exil d'Edom, qui commence véritablement après la destruction du second Temple, et termine avec le retour du Mashiah. Il est rapporté par nos Maîtres : « "Il le dit au soleil : il ne brille plus" (Iyov/Job 9:7). Rabbi Shim'ôn dit : "C'est Yosef. 'Quant aux étoiles, Il les scelle' (ibid.) : ce sont ses frères, dont il est écrit : 'Onze étoiles se prosternèrent devant moi' (Béréshit/Genèse 37:9) [...] le soleil s'obscurcit et les étoiles ne brillèrent plus, parce que Yosef fut séparé de son père" » (Zohar Vayéshèv, 29). Et concernant la destruction du Temple : « Depuis le jour de la destruction du Temple, il n'y a pas un jour sans malédiction, et la rosée ne descend pas en bénédiction, et la saveur a été ôtée aux fruits. Rabbi Yosei dit : "Le gras des fruits a aussi été ôté". Rabbi Shim'ôn bèn El'azar dit : "La fin de la pureté a causé le retrait de la saveur et du parfum, l'interruption des dîmes a causé le retrait de la richesse des céréales" » (Mishnah, Sotah 48a).

Yéshou'a fut séparé de son Père céleste et défiguré par les peuples du monde. « Le soleil s'obscurcira » : C'est HaShem qui cache Sa Face à Son peuple parti en exil, « La lune ne donnera plus sa clarté », c'est le Mashiah qui représente la royauté, qui de fait ne reflète plus la lumière d'HaShem et qui chute en exil avec son peuple, ainsi qu'il est dit : « Va, descends » (Shémot/Exode 32:7), « Les étoiles tomberont du ciel », ce sont les Yisraélites dispersés qui, semblables aux étoiles quand ils sont éclairés par la Face d'HaShem, tombent et deviennent comme la poussière foulée aux pieds par les goyim (Béréshit/Genèse 15:5), « Les puissances des cieux s'ébranleront », le Temple restera détruit tout le temps de cet exil, comme il est écrit : « J'ébranlerai les cieux et la terre » (Haggaï/Aggée 2:6) que Rashi commente : « Ils comprendront alors que Ma Shékhinah réside dans cette bâtisse ». Le Temple est comparé au cou d'un homme, or quand le cou faiblit, la tête est ébranlée. Tant que le Temple n'est pas reconstruit, les cieux sont ébranlés, et la terre déconnectée d'HaShem. Et que le Temple soit appelé « puissance », cela est rapporté dans la Torah de Moshéh : « Je briserai la fierté de votre puissance » (Vayiqra/Lévitique 26:19) que Rashi commente : « Il s'agit du Temple ». Et pourquoi le mot est-il au pluriel ici ? Car il est fait référence aux Temples terrestre et céleste, et le terrestre est l'image du céleste. 

30 : il est rapporté : « Et maintenant, parlons dans la gloire du Roi Mashiah, car il viendra bientôt avec les nuées des cieux et deux sérafim à sa droite et à sa gauche, comme il est dit : "Voyez ! Avec les nuées des cieux vient quelqu’un de semblable à un bèn Adâm" (Daniyyel/Daniel 7:13). En la génération pendant laquelle viendra le bèn David, des sérafim de feu seront envoyés dans le Sanctuaire » (Midrash Pirqei Mashia). La Guémara précise également : « Rabbi Yéhoshou'a bèn Lévy a opposé deux textes qui se contredisent. Un texte porte : "Et voici que sur les nuées du ciel est arrivé comme un bèn Adâm" (Daniyyel/Daniel 7:13). Et par ailleurs : "Il est humble, monté sur un âne" (Zékharyah/Zacharie 9:9). S'ils le méritent, il viendra sur les nuées du ciel, et s'ils ne le méritent pas, il viendra humble et monté sur un âne » (Sanhédrîn 98a). Rashi rapporte sur ce passage que le Roi Mashiah apportera rapidement la délivrance par nos mérite, en hâtant sa venue, ou alors il l'amènera paresseusement, comme les pas d'un âne.

La génération du second Temple n'a pas mérité le dévoilement total, ainsi qu'il est dit : « Que de fois ais-je voulu rassembler tes enfants, comme un oiseau rassemble ses oisillons sous ses ailes, mais vous ne l'avez pas voulu » (Matityahou/Matthieu 23:37). Mais selon les paroles de Rabbénou, nous mériterons une délivrance par les nuées, à la fin.

sur les nuées du ciel : la guématria de l'expression « nuée rapide », 'av qal, est égale à celle du mot bar, « fils » en araméen, soit 202 (Téhilim/Psaumes 2, Zohar III, 307).

31 : le nom Moshéh vient du radical mashal, comme dans : « Il me retire (yamshéni) des eaux multiples » (Beit Shemouel/Samuel 22:17). De même, Shiloh, mot de guématria 345 comme Moshéh, nous sortira des grandes eaux, qui désignent les nations, pour nous ramener sur notre terre.

avec le shofar : comme il est écrit : « Vous serez récoltés un à un, bénei Yisraël ! Et c'est en ce jour, il sonnera, le grand shofar, et alors reviendront les perdus » (Yésha'yahou/Isaïe 27:12-13) et : « Si ton banni est au bout des cieux, de là HaShem ton E.lohim te regroupera, et de là Il te prendra. HaShem ton E.lohim te fera venir vers la terre dont tes pères avaient hérité, et tu en hériteras » (Devarim/Deutéronome 30:4-5). Et ce verset fait référence aux tribus dispersées de la maison d'Ysraël, au-delà du sâmbatyôn : « Rabbi dit : "Ils [les tribus dispersées] viennent dans le monde futur, comme il est dit : 'Et c'est en ce jour, il sonnera, le grand shofar, et alors reviendront les perdus'" » (Sanhédrîn 110b). Le Roi Yéshou'a les réunira avec la maison de Yéhoudah et les convertis en érèts Yisraël et alors tout Yisraël sera délivré.

33 il est proche, de se dévoiler, aux portes, de nos cœurs, car il attend la téshouvah d'Ysraël pour revenir, ainsi qu'il est dit : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe » (Hazôn/Révélation 3:20). Le Roi Mashiah aurait déjà dû revenir depuis plusieurs siècles, mais à cause de nos nombreux péchés, cet instant est sans cesse reporté, car il veut que tous arrivent à la téshouvah. Mais il y a une date limite, la fin du sixième millénaire.

34 que tout cela n'arrive : la destruction de Yéroushalayim et les faux sauveurs (depuis le verset quinze). Et cela est évident, puisque « cette heure, ce jour, personne ne les connaît » (36), car le jour de la délivrance ne dépend que de la téshouvah, qui est dépendante du libre-arbitre, que Seul connaît le Saint, Béni Soit-Il. Il a cependant révélé ponctuellement la fin à des tsaddiqim, comme Ya'aqov et Daniyyel, mais par la suite elle leur fut dissimulée (Béréshit Rabbah 98:2, Pessahim 56a).

35 les paroles, les miennes, ne passeront pas : car les paroles du Mashiah sont des paroles de Torah, qui se maintient à jamais.

36 : de même : « Rabbi Shim'ôn bèn Laqish dit : "J'ai révélé [le jour de la délivrance] à Mon cœur ; Je ne l'ai pas révélé aux messagers de service" » (Sanhédrîn 99a) car : « Rabbi Yoanân et Rabbi El'azar ont tous deux dit : "Pour le premier [Temple], où le péché a été exposé, la fin [de leur punition] a été exposée [et le navi les a informés qu'ils retourneraient dans leur pays dans soixante-dix ans]. Dans le cas de ces derniers [l'ère du Second Temple], dont le péché n'a pas été exposé [ils ont tenté de déguiser leur conduite], la fin [de leur peine] n'a pas été exposée" » (Yoma 9b).

38 à manger, à boire, à épouser et à être épousées : il est écrit au sujet de l'époque du déluge : « Ils se prirent des femmes parmi toutes celles qu'ils eurent choisies » (Béréshit/Genèse 6:2). Rashi et Ramban enseignent qu'ils prenaient des femmes mariées, un autre homme ou une bête. L'immoralité sexuelle était à son comble, comme l'adultère, le libertinage, la fornication, l'homosexualité, la zoophilie : « Rabbi Yohanân a dit : "Cela enseigne qu'ils ont monté des animaux domestiques sur des animaux sauvages, des animaux sauvages sur des animaux domestiques, et tous sur les humains et les humains sur tous » (Sanhédrîn 108a).

De plus, en ce temps-là, le blé avait la taille d'un arbre et ses épis celle d'un melon, HaShem avait gratifié l'homme d'une abondante nourriture. Ils vivaient dans l'aisance et l'oisiveté (Méam Loez, parashat Noah, chap.2), et ainsi mangeaient de manière honteuse, leur dieu étant leur ventre, buvaient jusqu'à l'ivresse, s'accouplaient avec des personnes mariées, du même sexe ou un animal, et se laissaient prendre par eux, par vice. Nos Maîtres continuent en disant : « Ils perpétraient la débauche. Or, la luxure va toujours en grandissant sans jamais être rassasiée, comme il est dit : "L'homme a un petit organe qui, plus il est nourri, plus il a faim" (Soukkah 58b). Ils perpétraient également le vol, et celui qui aime la rapine et l'argent n'est jamais repu d'argent, mais sa passion ne fait que grandir constamment » (Kéli Yaqar). De plus, « ils n'écoutaient pas les paroles de celui qui les admonestait » (Sforno).

Explication complémentaire : de même que cette génération vivait dans l'insouciance sans savoir « qu'un œil voit, qu'une oreille entend, et que tous tes actes sont consignés dans un livre » (Pirqei Avot 2:1), et que le jugement survint rapidement en les surprenant,  il en sera de même à la dernière génération.

39 et ne sachant rien, jusqu'à la venue du déluge qui les enleva tous : nos Maîtres enseignent : « Partout où tu trouves dérèglement sexuel et idolâtrie, une catastrophe générale s'abat sur le monde, tuant bons et mauvais » (Béréshit Rabbah 26:5). Mais les pécheurs ne se doutent de rien car, pour eux, « tout demeure comme depuis le commencement de la création » (Beit Shim'ôn Kéfa/2 Pierre, 3:4), s’obscurcissant volontairement l'intelligence et s'endurcissant dans leurs voies. Ainsi, ils semblent profiter d'une vie de plaisir, tout en ignorant que le Créateur les réserve pour le châtiment, tandis qu'Ysraël qui souffre est préparé pour le monde à venir. Et le Midrash rapporte au sujet du jugement : « Lorsque le Saint, Béni Soit-Il, jugera les peuples, Il le fera de nuit, lorsqu'ils seront endormis et incapables de commettre des transgressions, comme il est dit : "En un instant ils meurent, au milieu de la nuit" (Iyov/Job 34:20). Mais lorsque Il jugera Yisraël, il le fera au moment où il s'adonne aux mitsvot » (Midrash Tehilim 9:11).

40 ils seront deux... : il est écrit : « Et si ces trois hommes se trouvaient au milieu d'elle : Noah, Daniyyel et Iyov, par leur justification ils sauveraient leur être [mais pas les autres] » (hézqèl/Ézéchiel 14:14), car ce sont des tsaddiqim, comme : « Tous deux sont des tsaddiqim, intègres, devant HaShem » (Louqas/Luc 1:6), « Ils seront justifiés, ceux qui accomplissent la Torah » (Haromiyim/Romain 2:13) et « la sanctification, sans laquelle personne ne verra HaShem » (Ha'ivriyim/Hébreux 12:14). En effet, « vous mettrez Mes mitsvot en pratique, et ainsi vous serez saints pour HaShem votre E.lohim » (Bamidbar/Nombres 15:40). Or, voici qu'il est rapporté : « "Car Je suis devenu votre Maître, et Je vous prendrai, un d'une ville et deux d'une famille" (Yirméyahou/Jérémie 3:14) : Reish Laqish dit : "Les mots sont comme ils sont écrits [seul un par-ci et deux par-là seront sauvés]". Rabbi Yohanân lui a dit : "Cela ne plaît pas à leur Maître que tu dises ainsi à leur sujet ! Plutôt, un d'une ville fera mériter toute la ville et deux d'une famille feront mériter toute la famille" » (Sanhédrîn 111a). Il n'y a pas de difficulté : les gens d'un faible niveau ne pourront se sauver qu'eux-mêmes, comme au travers du feu. Les tsaddiqim et hassidim, qui donnent en plus des avertissements et se placent contre le mal, pourront en sauver d'autres par leur mérite. Mais Noah, Daniyyel et Iyov n'étaient-ils pas tsaddiqim ? Oui, mais pour ne pas s'être élevés contre le mal, ils n'auraient pu en sauver d'autres qu'eux. En effet, Noah n'a pas prié pour sa génération, qui a péri dans le déluge (Zohar Hadash, Noah 29a), Daniyyel a donné un conseil de vie au roi de Bavèl (Bava Batra 4a) alors qu'il ne le méritait pas, à cause de ses actions abominables envers les Juifs, comme : « voukhadnétsar le rasha' a exilé Yisraël ; il y avait parmi eux des jeunes garçons qui faisaient honte au soleil par leur beauté. Et les chaldéennes les voyaient, les désiraient et avaient des écoulements. Elles le rapportèrent à leurs maris, et leurs maris au roi. Le roi donna l'ordre de les exécuter. Et malgré cela, elles continuaient à avoir des écoulements. Le roi donna alors l'ordre de faire piétiner [les corps des jeunes hommes, pour effacer leur beauté] » (Sanhédrîn 92b), et a ainsi été destitué de sa grandeur (Méguilah 15a), et Iyov n'a pas protesté contre le décret de Pharaon visant à tuer les enfants des Yisraélites (Shémot Rabbah 1:9). Autre explication : ils peuvent les sauver pour la vie du monde à venir, comme : « [En raison de son grand mérite] une bat qol s'éleva et lui dit : "Préfères-tu que quatre cents ans te soient ajoutées, ou que ta génération mérite la vie du monde à venir ? [...] Donnez-lui les deux !" » ('Erouvîn 54b), mais non du jugement dans ce monde.

41 une sera prise par le jugement, l'autre laissée en vie.

42 veillez : étudiez la Torah, pratiquez les mitsvot : sanctifiez-vous et purifiez-vous. Et c'est un avertissement où le Rabbi se montre insistant, de veiller et prier. À ce sujet il est dit : « Tous les tsaddiqim et les craignant HaShem authentiques n'ont atteint leur niveau que grâce à l'hitbodédout, et le propos tenu entre l'homme et son Créateur. En particulier dans ces générations, à la fin de l'exil, alors que le mauvais penchant et l'Autre côté se renforcent considérablement, et les générations sont très faibles tant du point de vu physique que spirituel, il est impossible à présent d'échapper au renforcement du mauvais penchant et d'être sauvé de l'accroissement des obstacles, ainsi que de se rapproche d'HaShem, Béni Soit-Il, si ce n'est grâce au dialogue entre l'homme et son Créateur » (Liqoutei 'Etsot, Hitbodédout, 16).

44 : dans la Guémara, il est rapporté : « Il a été enseigné à l'école d'Eliyahou : "Le monde durera six millénaires, soit deux millénaires de tohou, puis deux millénaires de Torah, et deux millénaires de jours du Mashiah. Mais à cause de nos péchés qui sont nombreux, celles qui sont passées sont passées [les années sont passées sans le voir]" » (Sanhédrîn 97a-98b). Les deux premiers millénaires ont été d'Adâm harishôn à Avrahâm, les deux millénaires suivant d'Avrahâm au début de l'exil d'Edom, après la destruction du second Temple. Ainsi, depuis ce moment-là, il y a la potentialité que Yéshou'a se dévoile à nouveau. Rashi commente : « Après les deux mille ans de Torah, le Mashiah aurait dû venir mettre un terme à l'exil et faire sortir Yisraël de son asservissement. Mais, à cause de nos fautes, le Mashiah n'est pas apparu au bout des quatre mille ans". Autre explication : le Mashiah Yéshou'a travaille dans le monde durant les derniers deux mille ans, qui sont ses jours, pour l'affiner et le préparer, puisque nous n'avons pas mérité de travailler de manière dévoilée avec lui et plus rapidement.

Quand au moment exact de son dévoilement, cela reste caché à toute la création : « Trois choses viennent quand il y a une diversion de l'esprit [on n'y pense pas], les voici : le Mashiah, une trouvaille et un scorpion » (Sanhédrîn 97a). Le scorpion est la constellation qui correspond au mois hébraïque de Mar Heshvân, qui est le seul mois de l'année où ne se trouve aucune célébration en Yisraël. Ainsi, de même que durant ce mois nous n'attendons aucune convocation avec HaShem, de même le Roi Mashiah arrivera dans un moment ou personne ne l'attend. Autre explication : son dévoilement sera pour les uns comme une magnifique trouvaille, pour les autres comme la piqûre d'un scorpion. Autre explication : dans le Péreq Shirah, le chant du scorpion est : « HaShem est bon pour tous, et Sa miséricorde embrasse toutes Ses œuvres » (Téhilim/Psaumes 145:9), car le dévoilement du Roi Mashiah est une bonté pour tout l'univers,

45 leur donner la nourriture à temps : les enseigner et les affermir, la Torah étant comparée au pain.

grincements de dents : il est rapporté : « Lorsqu’on s’est donné de la peine, que l’on a labouré, semé, sarclé, taillé et bêché, et qu’au temps de la récolte vient frapper la nielle, cela fait grincer les dents » (Rashi sur Vayiqra/Lévitique 26:20). Cela signifie que même sur les bonnes actions qu'il aurait accompli, il ne recevra pas de récompense. Pourtant, nos Maîtres enseignent que chaque mitsvah, même réalisée par un rasha', un méchant, reçoit un salaire ! En vérité, le salaire de ces personnes est reçu dans ce monde, mais dans le monde qui vient, elles ne possèdent plus rien, et sont jetés hors du royaume du Roi Mashiah.

bottom of page