top of page

15

1 S’approchèrent alors de Yéshou'a des péroushim et des soferim de Yéroushalayim. Ils dirent :

2 « Pourquoi tes talmidim transgressent-ils la tradition des Anciens ? Oui, ils ne font pas tilat yadayim avant de manger le pain ! »

3 Il répondit et leur dit : « Pourquoi, vous aussi, transgressez-vous la mitsvah d’HaShem à cause de votre tradition ?

4 Oui, HaShem a dit : "Glorifie ton père et ta mère", et encore : "Qui maudit son père et sa mère, mourir il mourra".

5 Mais vous, vous dites : "Qui dit au père ou à la mère : ce qui, de mon bien, aurait pu t’être utile, je l’ai offert en qorbân pour HaShem,

6 il n’a pas à glorifier son père ou sa mère." Vous annulez ainsi la Parole d’HaShem à cause de votre tradition.

7 Hypocrites ! Il a bien été inspiré par vous, Yesha‘yahou, en disant :

8 "Quand ce peuple s'avance, de sa bouche et de ses lèvres il Me glorifie, mais son cœur est loin de Moi.

9 Leur crainte de Moi est une mitsvah apprise des hommes". »

10 Il appela la foule et leur dit : « Entendez et comprenez !

11 Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui contamine l’homme, mais c’est ce qui sort de la bouche qui contamine l’homme ! »

12 Alors les talmidim s’approchèrent et lui dirent : « Sais-tu que les péroushim, en entendant cette parole, ont trébuché ? »

13 Il répondit et dit : « Toute plante que mon Père des cieux n’a pas plantée sera déracinée.

14 Laissez-les ! Ils sont des guides aveugles, et quand un aveugle guide un aveugle, ils tombent ensemble dans une fosse. »

15 Pétros répondit et lui dit : « Explique-nous le mashal. »

16 Il dit : « Êtes-vous aussi à ce point sans discernement ?

17 Ne réalisez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche descend dans le ventre et de là est chassé dehors ?

18 Mais ce qui sort de la bouche provient du cœur et cela contamine l’homme.

19 Oui, du cœur sortent ruminations criminelles, meurtres, adultères, puteries, vols, faux témoignages, blasphèmes.

20 C’est cela qui contamine l’homme. Mais manger sans tilat yadayim, cela ne contamine pas l’homme. »

 

21 Yéshou'a sortit de là. Il se retira du côté de Tsor et de Tsidôn.

22 Et voici une femme, une Kena‘anit, elle sortit de ces frontières et cria. Elle dit : « Gracie-moi, adôn bèn David ! Ma fille va mal, par un démon. »

23 Mais il ne lui répondit pas une parole. Ses talmidim s’approchèrent et dirent : « Éloigne-la, parce qu’elle crie après nous. »

24 Mais il répondit et dit : « Je n’ai été envoyé qu’aux ovins perdus de la maison d’Ysraël. »

25 Elle vint, se prosterna devant lui et dit : « Adôn, secours-moi ! »

26 Il répondit et dit : « Il n’est pas bon de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiots. »

27 Elle dit : « Oui, adôn ! Mais même les chiots mangent les miettes qui tombent de la table de leurs adôn. »

28 Alors, Yéshou'a répondit et lui dit : « Ô femme, elle est grande ta émounah ! Ce sera pour toi comme tu le veux ! » Sa fille fut rétablie sur l’heure.

 

29 Yéshou'a s’éloigna de là, vint au bord de la mer de Galil, monta sur la montagne et s’assit là.

30 Des foules nombreuses s’approchèrent de lui, et avec elles, boiteux, aveugles, estropiés, muets, et bien d’autres encore. Ils les jetèrent à ses pieds, et il les guérit.

31 Les foules s’étonnaient en voyant les muets parler, les estropiés s’assainir, les boiteux marcher, les aveugles voir. Ils glorifiaient l’E.lohim d’Ysraël !

32 Yéshou'a appela ses talmidim et dit : « Je suis pris aux entrailles pour cette foule. Oui, voilà déjà trois jours qu’ils demeurent près de moi, et ils n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils risqueraient de défaillir en route. »

33 Les talmidim lui dirent : « D’où aurions-nous, dans un désert, assez de pains pour rassasier une telle foule ? »

34 Yéshou'a leur dit : « Combien de pain avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. »

35 Il enjoignit à la foule de s’étendre à terre.

36 Il prit les sept pains et les poissons. Il remercia, partagea, donna aux talmidim et les talmidim aux foules.

37 Ils mangèrent tous et se rassasièrent. Des parts en surabondance, ils enlevèrent sept paniers pleins.

38 Ceux qui mangeaient ? Ils étaient quatre mille hommes, sans compter femmes et enfants !

39 Il renvoya les foules, monta en barque, et vint aux frontières de Magadân.

*

2 tilat yadayim : le lavage des mains à partir d'un récipient.

3 votre tradition : cette tradition ne se trouve pas dans la Torah orale, et relève de certains groupes de péroushim que nos Maîtres dénoncent (Sotah 22b).

4 : Shémot/Exode 20:12 et 21:17.

5 : il est rapporté : « Qu'en est-il s'il a dit : "Mon bénéfice est interdit à mon père" ? Rabbi Ya'aqov bar Aa et Rabbi Shemouel bar Nahmân disent au nom de Rabbi Yonatân : "Nous obligeons le fils à assister le père" » (Yéroushalmi, Nédarim 29b).

7 en disant : Yésha'yahou/Isaïe 29:13. Sur ce passouq, il est commenté : « "Tu ne t'écarteras pas de toutes les paroles que je t'ordonne moi-même aujourd'hui, à droite ni à gauche" (Devarim/Deutéronome 28:14) : pour qu'ils n'apportent aucun changement aux mitsvot d'E.l, Béni Soit-Il, en particulier tout ce qui concerne la justice, et n'en viennent pas à troquer les autres mitsvot pour des coutumes populaires ou une "mitsvah apprise des hommes" (Yesha'yahou/Isaïe 29:13). À plus forte raison s'ils se mettent à les faire en l'honneur des Anciens qui ont institué ces coutumes, et non en l'honneur de leur Créateur, pas plus que pour observer Ses mitsvot. Car de cette manière, il n'est pas de plus grave façon de perpétrer l'interdit d'aller auprès d'autres dieux, pour les servir, que celle consistant à instituer une religion en l'honneur des Anciens, qui étaient considérés comme des "élohim, exerçant la justice sur terre" (Téhilim/Psaumes 58:19) » (Sforno sur Devarim/Deutéronome 28:14).

11 contamine l’homme : à l'image l'homme atteint de tsara'at qui devient tamé (contaminé). Or, celle-ci prend racine dans l'orgueil, dans le cœur de l'homme, qui en vient à dire du lashôn hara'.

18 : or, il est enseigné : « Sortez et voyez quel est le droit chemin auquel doit s'attacher l'homme [...] Rabbi El'azar dit : "Un bon cœur" » (Pirqei Avot 2:9).

20 manger sans tilat yadayim : à l'époque, cette halakha n'avait pas encore été liée pour tout le peuple, en ce qui concerne la consommation de pain non consacré (le Roi Shélomoh institua tilat yadayim pour les qodashim, c'est-à-dire les aliments provenant des qorbanot. Puis, Hillel et Shammaï décrétèrent également le lavage des mains pour la téroumah (Shabbat 15a). Enfin, ce décret concerna aussi les houlîn (aliments non-consacrés) par la suite (Houlîn 106a)). Les quelques talmidim du Rabbi qui ne l'avaient pas fait avant leur repas comprenant du pain n'étaient donc pas fautifs.

23 Éloigne-la : exauce-la, et elle partira.

26 le pain des enfants, les bénei Yisraël, et de le jeter aux chiots, aux goyim idolâtres : « Les nations du monde [et les résha'im d'Ysraël] sont comparées aux chiens, comme il est dit : "Les chiens sont avides" (Yesha'yahou/Isaïe 56:11) » (Téhilim Rabbah 4:11). Dans le même ordre d'idées nous trouvons : « La terre d'Ysraël boit en premier lieu, et le reste du monde ensuite, ainsi qu'il est dit : "Qui répand la pluie à la surface de la terre" (Iyov/Job 5:10). Mashal d'un homme qui malaxe [des caillots de lait] pour du fromage. Il récupère l'aliment mais laisse les rebuts [le petit lait. De même le meilleur est pour Yisraël, qui a la Torah et est le fils du Roi] » (Ta'anit 10a).

34 sept : allusion aux sept Livres de la Torah (Shabbat 116a).

quelques petits poissons : les viim, les Kétouvim et les enseignements des Sages.

37 sept paniers pleins : allusion au septième millénaire qui est l'époque messianique, où la terre sera pleine de la connaissance d'HaShem, car Sa Torah, qui est comparée au pain, se sera répandue partout, comme l'eau couvre le fond des mers.

bottom of page