top of page

17

1 Après six jours, Yéshou'a prit Pétros, Ya'aqov et Yohanân, son frère ; il les fit monter sur une haute montagne, à part.

2 Il se métamorphosa devant eux : ses faces resplendirent comme le soleil, ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.

3 Et voici, Moshéh et Éliyahou leur apparurent. Ils parlaient avec lui !

4 Pétros répondit et dit à Yéshou'a : « Adôn, il est bon pour nous d’être ici. Si tu veux, je ferai ici trois tentes : une pour toi, une pour Moshéh, et une pour Éliyahou. »

5 Il parla encore, et voici, une nuée de lumière les obombra ; et voici, une voix, de la nuée, dit : « Celui-ci est Mon fils, Mon aimé, en qui J’ai Mon gré. Entendez-le ! »

6 Les talmidim l’entendirent : ils tombèrent sur leurs faces et frémissaient fort !

7 Yéshou'a s’approcha et les toucha. Il dit : « Levez-vous ! Ne frémissez pas ! »

8 Ils levèrent leurs yeux et ne virent personne, sauf Yéshou'a, lui seul.

9 Ils descendirent de la montagne. Yéshou'a leur prescrit et dit : « Ne parlez à personne de la vision, avant que le bèn Adâm ne se réveille d’entre les morts. »

10 Ses talmidim le questionnèrent et dirent : « Que disent donc les soferim, qu’Éliyahou doit venir en premier ? »

11 Il répondit et dit : « Certes, Éliyahou viendra et restaurera tout.

12 Je vous dis : Éliyahou est déjà venu, mais ils ne l’ont pas reconnu. Ils l’ont traité comme ils ont voulu. Ainsi le bèn Adâm va souffrir par eux. »

13 Les talmidim comprirent alors qu’il leur parlait de Yohanân, l’immergeur.

 

14 Ils vinrent vers la foule. Un homme s’approcha de lui, tomba à genoux devant lui et dit :

15 « Adôn, matricie mon fils ! Oui, il est lunatique et il a très mal. Il tombe souvent dans le feu et souvent dans l’eau.

16 Je l’ai présenté à tes talmidim, mais ils n’ont pas pu le guérir. »

17 Yéshou'a répondit et dit : « Ô âge sans émounah et dévoyé ! Jusqu’à quand serai-je avec vous ? Jusqu’à quand vous supporterai-je ? Apportez-le-moi ici. »

18 Yéshou'a le rabroua, et le démon sortit de lui. Le garçon dès cette heure fut guéri.

19 Alors les talmidim s’approchèrent de Yéshou'a et, à part, lui dirent : « À cause de quoi n’avons-nous pas pu le jeter dehors ? »

20 Il leur dit : « A cause de votre peu d’émounah. Amèn, oui, je vous dis, si vous aviez de la émounah comme une graine de moutarde, vous diriez à cette montagne : "Déplace-toi d’ici à là", et elle se déplacerait. Rien ne vous serait impossible. »

21 Quand ils circulèrent en Galil, Yéshou'a leur dit : « Le bèn Adâm va être livré aux mains des hommes.

22 Ils le tueront, et, le troisième jour, il se réveillera. » Ils s’attristèrent fort.

 

23 Ils vinrent à Kéfar Nahoum. Les encaisseurs des demi-shéqalim s’approchèrent de Pétros et lui dirent : « Votre Rabbi ne paie-t-il pas le demi-shéqel ? »

24 Il dit : « Si ». À son arrivée dans la maison, Yéshou'a le devança et dit : « Quel est ton avis, Shim‘ôn ? Les rois de la terre, de qui prennent-ils taxes ou impôts ? De leurs fils, ou des étrangers ? »

25 Il dit : « Des étrangers ». Yéshou'a lui dit : « Ainsi, les fils en sont exempts.

26 Mais pour ne pas les faire trébucher, va à la mer, jette l’hameçon. Le premier poisson qui montera, saisis-le. Ouvre-lui la bouche. Tu y trouveras un statère. Prends-le et donne-le leur pour moi et pour toi. »

*

3 Moshéh : n'est-il pas écrit dans la Torah que « quand tu viendras vers la terre qu'HaShem ton E.lohim te donne, tu n'apprendras pas à faire les abominations de ces goyim [...] questionneur de nécromant et augure, consulteurs de morts. Oui, tous ceux qui font ainsi sont une abomination pour HaShem » (Devarim/Deutéronome 18:9 et 11-12) ? Mais il est rapporté que « les tsaddiqim, dans leur mort sont appelés vivants » (Bérakhot 18a) et : « Au moment où la justice n'existe plus dans le monde, le monde ne subsiste que par le mérite des morts [les tsaddiqim]. Rabbi Yessah demanda alors : "Quand le monde a besoin de pluie, pourquoi allons-nous sur les tombes des tsaddiqim ? N'est-il pas interdit de s'enquérir auprès des morts (Devarim/Deutéronome 18:11) ?" Rabbi Hizqiyah répondit : "Lorsque la Torah parle de ne pas s'enquérir auprès des morts, il s'agit de ceux qui sont vraiment morts, les pécheurs qui sont morts pour toujours". Alors que les tsaddiqim comme le Roi David sont vivants pour l'éternité ! » (Zohar III, 70b). Et ainsi ne t'étonnes pas d'entendre que nos Maîtres ont toujours gardé le contact avec les tsaddiqim d'antan, ce contre quoi la Torah n'est pas.

5 : « Voici Je soutiens Mon serviteur, Mon être veut Mon élu. J'ai donné Ma rouah sur lui » (Yesha'yahou/Isaïe 42:1).

9 Ne parlez à personne de la vision : ce qui est précieux et merveilleux doit rester caché et préservé du 'ayin hara', mêmes les grandes révélations : « Parce que les premières tables ont été données ouvertement, le mauvais penchant a prévalu sur elles, et elles ont été brisées. Mais dans ce cas [les deuxièmes tables], le Saint, Béni Soit-Il, a dit : "Il n'y a rien de plus désirable que l'humilité" » (Midrash Tânhouma, Ki Tissa 31). De même, « "Ya'aqov dit à ses fils : 'Pourquoi restez-vous à vous regarder ?'" Il leur dit : "Ne sortez pas avec du pain et n'entrez pas tous par la même porte", à cause du 'ayin hara' [parce qu'ils étaient beaux et forts] » (Béréshit Rabbah 91:2).

10 doit venir en premier : avant le Roi Mashiah.

11 viendra et restaurera tout : Eliyahou hanavi viendra pour annoncer la délivrance finale.

12 Éliyahou est déjà venu : Yohanân l'immergeur possédait la rouah d'Eliyahou et il y avait une possibilité de délivrance en ce temps-là, mais le peuple ne l'a pas saisi. Et à la fin de ce dernier exil, si Yisraël le mérite, Eliyahou hanavi viendra annoncer le retour du Roi. Sinon, il viendra en même temps que lui.

23 demi-shéqel : il s'agit de la somme qu'un Yisraélite devait payer annuellement durant le mois d'Adar pour financer les offrandes de la communauté à l'époque du Temple : « HaShem parla à Moshéh pour dire : "Oui, tu porteras la tête des bénei Yisraël en leurs recensements : chaque homme donnera la rançon de son être à HaShem quand il les recensera. Il ne sera pas contre eux de fléau quand il les recensera. Ils donneront cela, tous ceux qui passent au recensement : un demi-shéqel au shéqel du Sanctuaire, vingt guérah le shéqel ; un demi-shéqel en prélèvement pour HaShem. Qui passe par le recensement, dès vingt ans et au-dessus, donnera le prélèvement d'HaShem. Le riche ne multipliera pas, le pauvre n’amoindrira pas le demi-shéqel pour donner le prélèvement d'HaShem, pour absoudre vos êtres. Prends l’argent des absolutions des bénei Yisraël, c’est pour les bénei Yisraël le souvenir en face d'HaShem, pour absoudre vos êtres". » (Shémot/Exode 30:11-16). Et dans les Kétouvim, nous trouvons : « Nous dressons pour nous l'ordre de donner nous-mêmes un tiers de shéqel par an [d'une valeur du demi-shéqel à l'époque de Moshéh, selon le Ramban] pour le service de la Maison de notre E.lohim » (hémyah/Néhémie 10:33) et « Pourquoi n'as-tu pas demandé aux Léviyyim de faire venir de Yéhoudah, de Yéroushalayim et du rassemblement d'Ysraël la taxe [le demi-shéqel] de Moshéh, serviteur d'HaShem, prévue pour la tente du témoignage ? » (Beit Divrei Hayamim/2 Chroniques 24:6).

Les encaisseurs : la Mishnah rapporte : « Le quinze [Adar], les changeurs d'argent s'asseyaient en province [pour récolter la taxe] » (Shéqalim 3b) et il est précisé : « Le premier Adar, on annonce les shéqalim, afin que chacun prépare son demi-shéqel, et soit prêt à donner. Le quinze, les agents de change siègent dans chaque ville et demandent gentiment [de le donner]. Quand quelqu'un leur donne, ils acceptent. Et quand quelqu'un ne leur donne pas, ils ne l'obligent pas à donner. Le vingt-cinq, ils siègent dans le Temple pour faire la collecte. A partir de ce moment là, ils obligent celui qui n'a pas donné à donner. Et quiconque ne donne pas [de son plein gré], on lui prend en gage par la force sa propriété, et même son vêtement » (Mishnéh Torah, Shéqalim 1:9).

25 les fils en sont exempts : le Mashiah a été rendu parfait, sans faute. A l'inverse, nous sommes pécheurs, et donc « étrangers » vis-à-vis de la sainteté d'HaShem, comme le dit le navi : « Oui, seuls vos torts sont en séparateurs entre vous et votre E.lohim, vos fautes voilent pour vous les faces, elles empêchent d'entendre » (Yesha'yahou/Isaïe 59:2). Le demi-shéqel servant à acheter les offrandes pour les fautes, pour « l'expiation des êtres » (Shémot/Exode 30:16), celui qui n'a plus besoin de réparation, le fils unique du Roi des rois dans sa position, devrait-il y participer ?

26 Ouvre-lui la bouche : les miracles et les bénédictions ne sont effectifs qu'en se dérobant au regard (Ta'anit 8b).

bottom of page