7

1 Après cela je vis quatre messagers debout aux quatre coins de la Terre. Ils maîtrisaient les quatre vents de la Terre, pour que le vent ne puisse souffler sur la Terre, ni sur la mer, ni sur tout arbre.

2 Je vis un autre messager. Il vint du soleil levant. Il avait le sceau d’HaShem, le Vivant. Il cria d’une grande voix aux quatre messagers à qui il avait été donné de nuire à la Terre et à la mer. Il dit :

3 « Ne nuisez pas à la Terre, à la mer ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué d’un sceau au front les serviteurs de notre E.lohim. »

4 J’entendis le nombre des marqués du sceau : cent quarante-quatre mille marqués du sceau, de toutes les tribus des bnéi Israël.

5 De la tribu de Yéhoudah, douze mille marqués du sceau. De la tribu de Réouvên, douze mille. De la tribu de Gad, douze mille.

6 De la tribu d’Ashér, douze mille. De la tribu de Naftali, douze mille. De la tribu de Menashè, douze mille.

7 De la tribu de Shim‘ôn, douze mille. De la tribu de Lévy, douze mille. De la tribu d’Issaskhar, douze mille.

8 De la tribu de vouloun, douze mille. De la tribu de Yosef, douze mille. De la tribu de Bînyamîn, douze mille marqués du sceau.

9 Après cela je vis. Voici, une foule nombreuse que nul ne pouvait dénombrer, de toutes les nations, tribus, peuples, langues,

debout en faces du Trône et en faces de l’agneau, vêtus de robes blanches, des loulavim dans leurs mains.

10 Ils criaient à voix forte et disaient : « La délivrance à notre E.lohim, Celui qui est assis sur le Trône, et à l’agneau ! »

11 Tous les messagers étaient debout autour du Trône et des Anciens et des quatre Vivants. Ils tombèrent devant le Trône sur leurs faces ; ils se prosternèrent devant HaShem

12 et dirent : « Amèn, bénédiction, gloire, sagesse, grâce, splendeur, dynamisme et force à notre E.lohim, pour toujours et à jamais. Amèn ! »

13 Un des Anciens parla et me dit : « Vêtus de robes blanches, qui sont-ils, d’où viennent-ils ? »

14 Je lui dis : « Mon adôn, tu le sais ! » Il me dit : « Ce sont les venants du grand tourment. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’agneau.

15 À cause de cela, ils sont en faces du Trône d’HaShem, ils Le servent jour et nuit dans Son Temple. Celui qui est assis sur le Trône dresse Sa tente sur eux.

16 Ils n’ont plus faim, ils n’ont plus soif ; il ne tombe plus sur eux, le soleil ni toute ardeur,

17 parce que l’agneau, au milieu du Trône, les pâture et les conduit aux sources d’eau de la vie. HaShem essuie toute larme de leurs yeux. »

*

1 Ils maîtrisaient les quatre vents de la Terre : comme il est écrit : "des quatre souffles vient le souffle" (hézqèl/Ézéchiel 37:9), et "pour saisir les extrémités de la Terre et les mécréants en seront rejetés en une secousse" (Iyov/Job 38:13). Il s'agit de souffles de saintetés qui renversent les réshaïm, et les secrets de ces passages sont expliqués par nos Maîtres (Likoutéi Moharân 8:8).

ni sur tout arbre : sur les hommes kasher, qui sont comparés à des arbres (Rachi sur Bamidbar/Nombres 13:20).

2 le sceau d’HaShem : qui est 'vérité' (Shabbat 55a).

3 d’un sceau au front : une marque spirituelle, comme dans : "passe au milieu de la ville, au milieu de Yéroushalayim, et trace un Tav sur le front des hommes qui gémissent et geignent contre toutes les abominations qui se font en son sein" (hézqèl/Ézéchiel 9:4), que nos Maîtres expliquent ainsi : "le Saint Béni Soit-Il a dit à Gavriel : va et inscris sur le front des Tsadikim un Tav d'encre, afin que les anges de destruction n'aient pas prise sur eux, et sur le front des réshaïm un Tav de sang, afin que les anges de destruction aient prise sur eux" (Shabbat 55a). Et il existe trois groupes : ceux qui ont la marque d'HaShem sur eux, ceux qui ont la marque de la bête sur eux, et les intermédiaires, qui ne méritent ni salut ni destruction (Maharcha sur cette Guémara).

4 cent quarante-quatre mille marqués du sceau : nombre symbolique de la plénitude d'Israël, composé de douze Tribus.

5-8 : ces enfants d'Israël représentent ceux qui sont totalement attachés à la Torah de Moshé et au Tsadik de vérité. Dân n'y est pas mentionné car cette Tribu est la plus idolâtre de toutes : « Dân est synonyme d’idolâtrie » (Shabbat 67a), et "Rabbi Yohanân a dit : lorsque Avrahâm arriva à Dân, sa force faiblit, car il vit que ses descendants serviraient les idoles à Dân" (Sanhédrîn 96a). Elle a néanmoins son tikoun et est présente à nouveau sur les portes de la nouvelle Yéroushalayim et sur le territoire d'Israël à l'époque messianique.

8 Yossef : c'est la Tribu d'Efrayim. Et pourquoi est-elle appelée 'Yossef' ? Car elle n'est présente que par le mérite de son père.

9 une foule nombreuse : tous les convertis venus sous les ailes de la Shékhinah. Et pourquoi ne sont-ils pas inclus dans les Tribus d'Israël ? Car l'affiliation tribale ne passe que par le père, qui doit être descendant d'Israël.

des loulavim dans leurs mains : c'était chose courante que de se réjouir en agitant des loulavim, lors de grandes occasions, comme par exemple quand le Roi David amena l'Arche à Yéroushalayim (Bamidbar Rabbah 4:20, Vayiqra Rabbah 30:2).

14 grand tourment : c'est l'exil d'Edom, qui tourmente Israël et tous ceux qui s'attachent à lui et à sa Torah, comme il est dit : "oïe ! Oui, il sera grand ce jour, à nul autre pareil. Un temps de détresse pour Ya'aqov ! Mais de lui, il sera sauvé" (Yirméyahou/Jérémie 30:7). Ce "grand jour", c'est l'effondrement de Gog (Rachi, Radak), le "temps de détresse", c'est l'exil d'Edom jusqu'à son apogée où Gog viendra contre Israël, exil dont la la durée dépend de la téshouvah du peuple consacré.

dans le sang de l’agneau : ils se sont liés au Tsadik de vérité.

16 Ils n’ont plus faim, ils n’ont plus soif, leur âme est totalement satisfaite, il ne tombe plus sur eux, le soleil ni toute ardeur, ils sont délivrés de l'oppression des Nations et du pouvoir du satân.