19

1 Après cela, j’entendis comme la voix forte d’une foule nombreuse au ciel. Elle dit : hallelou-Yah ! Délivrance, gloire, dynamisme à notre E.lohim,

2 parce que, Véridique et Juste en Ses jugements, Il a jugé la putain, la grande, qui avait défloré la Terre par ses puteries, et vengé le sang de Ses serviteurs, jailli de sa main !

3 Une deuxième fois, ils dirent : hallelou-Yah ! Sa fumée s’élève pour les pérennités de pérennités !

4 Les vingt-quatre Anciens, les quatre Vivants, tombèrent et se prosternèrent devant HaShem assis sur le Trône. Ils dirent : amén ! Hallelou-Yah !

5 Une voix sortit du Trône et dit : louangez notre E.lohim, tous Ses serviteurs, Ses frémissants, les petits et les grands.

6 J’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme la voix des eaux multiples, comme la voix forte des tonnerres. Elle dit : hallelou-Yah ! Il règne, HaShem E.lohim Tséva'ôt !

7 Jubilons, exultons, rendons-Lui gloire ! Elle est arrivée, la noce de l’agneau ; son épouse est prête.

8 Il lui a été donné de s’habiller de lin fin, resplendissant, pur. Oui, le lin fin, c’est les oeuvres de justice des consacrés.

9 Il me dit : écris : en marche, les invités au repas de noce de l’agneau ! Il me dit : ces paroles d’HaShem sont véridiques.

10 Je tombais à ses pieds pour me prosterner devant lui. Il me dit : vois ! Non ! Je suis un compagnon de service comme toi et tes frères ayant le témoignage de Yéshou'a. Prosterne-toi devant HaShem ! Oui, le témoignage de Yéshou'a est le souffle de l’inspiration.

11 Je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc. Celui qui était assis sur lui s’appelle adhérent, véridique. Avec justice il juge et guerroie.

12 Ses yeux, comme une flamme de feu, et sur sa tête, plusieurs diadèmes. Il avait un nom écrit que nul ne connaissait sauf lui-même.

13 Il était enveloppé d’un vêtement trempé de sang. Il s’appelait de son nom, la Parole d’E.lohim.

14 Les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs vêtus de lin fin blanc, pur.

15 De sa bouche sortait une épée aiguisée, pour frapper avec les Goyim. Il les pâture lui-même avec une verge de fer. Lui-même, il foule au pressoir le vin de l’écume de la brûlure d’E.lohim Tséva'ôt.

16 Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois, Adôn des adônîm.

17 Je vis un messager debout dans le soleil. Il cria à voix forte et dit à tous les oiseaux qui volaient à mi-ciel : venez ! Rassemblez-vous, pour le grand repas d’E.lohim,

18 pour manger les chairs de rois, les chairs de chefs, les chairs de forts, les chairs de chevaux et de ceux qui les montent, les chairs de tous, libres et esclaves, petits et grands !

19 Je vis la bête et les rois de la Terre et leurs armées rassemblées, pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval, et à son armée.

20 La bête fut arrêtée, et avec elle le faux inspiré, celui qui avait fait les signes devant elle, par lesquels il avait égaré ceux qui avaient reçu la marque de la bête et ceux qui se prosternaient devant son image. Ils furent tous deux jetés vivants dans le lac de feu embrasé de soufre.

21 Le reste fut tué à l’épée de celui qui était assis sur le cheval, celle qui sortait de sa bouche. Tous les oiseaux s’assouvissaient de leurs chairs.

*

7 Elle est arrivée, la noce de l’agneau : en effet, « au jour du Messie, ce sera une vraie noce » (Shémot Rabbah 15:31), car le Saint Béni Soit-Il renouvellera Son mariage, par l'entremise du Roi Messie, avec Son peuple Israël.

 

8 c’est les oeuvres de justice : ce sont les mitsvot de la Torah.

13 d’un vêtement trempé de sang : comme il est écrit : "pourquoi ton vêtement est-il rouge ?" (Yésha'yahou/Isaïe 63:2). C'est le Roi Messie qui juge Edom, et dont le Talith, qui représente les six cent treize mitsvot, se trempe de son sang, à lui qui a aboli les mitsvot.

14 Les armées du ciel : les Bnéi Israël avec les convertis à la Torah.

15 une épée aiguisée : qui représente la prière et la Torah.

 

comme il est écrit : "écrase-les au sceptre de fer, fracasse-les comme un vase de potier" (Téhilim/Psaume 2:9), "pourquoi ton vêtement est-il rouge, tes habits comme ceux d'un fouleur au pressoir ?" (Yésha'yahou/Isaïe 63:2).

17-18 : c'est lors de la victoire de la guerre de Gog, qui débute l'époque messianique : "dis à l'oiseau, à toute aile, à tout animal du champ : groupez-vous, venez ! Rassemblez-vous autour de Mon qorbân que j'offre pour vous, un grand qorbân sur les montagnes d’Israël ! Mangez de la chair, buvez du sang, mangez la chair des héros, buvez le sang des princes de la Terre !" (hézqèl/Ézéchiel 39:17-18).

19-20 : c'est Gog qui conduit les armées d'Edom et du monde, pour détruire le Roi Messie et Israël son peuple. Les responsables d'Edom et de sa religion sont jetés vivants dans la géhenne, il n'y a pas de réparation pour eux, tandis que les autres sont "tués à l'épée", car leur mort les expient, à l'instar de la mort du Roi Shaoul.